Ouvrir le menu principal

Stabat Mater (Vivaldi)

œuvre d'Antonio Vivaldi
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stabat Mater (homonymie).

Stabat Mater
Genre Musique sacrée
Musique Antonio Vivaldi
Durée approximative 20 minutes
Dates de composition 1711-1712
Création
Brescia

Stabat Mater (RV 621) est une œuvre pour ensemble et voix (contralto) d'Antonio Vivaldi composée en 1712.

HistoriqueModifier

Antonio Vivaldi se voit confier en 1711 la composition d'une œuvre en l'honneur de la Vierge par la paroisse de l'église Santa Maria della Pace de Brescia, ville natale de son père, Giovanni Battista Vivaldi. La première de l'œuvre fut donnée le dans cette église même, à l'occasion de la fête des Sept Douleurs de la Vierge Marie. Le Stabat Mater tombe ensuite dans l'oubli pour être redécouvert dans la première moitié du XXe siècle, comme d'ailleurs de nombreuses œuvres du compositeur, et fut redonné, pour la première fois depuis 1712, en par Alfredo Casella, à Sienne dans le cadre de la Settimana Vivaldiana (la « semaine vivaldienne »).

Cette œuvre est de dimensions plus réduites que le Stabat Mater de Pergolèse puisqu'un seul soliste (contralto) intervient, et de surcroit, seuls dix des vingt versets que comporte la séquence originale Stabat mater dolorosa — attribuée au moine Jacopone da Todi — seront utilisés.

Selon Carl de Nys « une page comme ce Stabat Mater suffirait à elle seule pour témoigner de la foi profonde et de la spiritualité authentique du célèbre abbé vénitien sur lequel courent toujours quelques ragots malveillants qui déforment la vérité de sa biographie ».

En matière de musique baroque sacrée, cette œuvre constitue actuellement l’une des compositions les plus connues de Vivaldi.

Structure généraleModifier

Cette œuvre, en fa mineur, comprend neuf mouvements :

  1. Stabat Mater dolorosa - Largo
  2. Cuius animam gementem - Adagissimo
  3. O quam tristis et afflicta - Andante
  4. Quis est homo - Largo
  5. Quis non posset contristari - Adagissimo
  6. Pro peccatis suae gentis - Andante
  7. Eia Mater, fons amoris - Largo
  8. Fac ut ardeat cor meum - Lento
  9. Amen - Allegro

L'œuvre est construite en trois groupes de trois mouvements chacun, qui s'articulent sur dix strophes du texte médiéval latin du Stabat Mater. Les deux premiers groupes utilisent, sur des paroles différentes, la même base musicale. Ce procédé, inhabituel dans l'œuvre de Vivaldi et celle de ses contemporains, apporte une sensation d'unité particulière à l'ensemble de l'œuvre[1].

Les tempos sont globalement lents (largo, adagissimo, lento...), le seul mouvement rapide est le dernier, « Amen », indiqué allegro. L'orchestre est soutenu par la basse continue de l'orgue, et cela, a pour effet d'approfondir le caractère méditatif de cette cantate d'église.

L'exécution de l'œuvre dure environ 20 minutes.

Discographie sélectiveModifier

Notes et référencesModifier

  1. Roger-Claude Travers, Diapason no 615, p. 51.
  2. « Une lecture dépouillée et profonde », « un sommet vivaldien », diapason n°615.
  3. Erato disques
  4. « La version gagnante de l'écoute en aveugle du no 82 de Classica : le chant tragique de Sara Mingardo et la direction habitée d'Alessandrini », La discothèque idéale de la musique classique, Actes Sud/Classica.