Ouvrir le menu principal

Stéphane Cordinier

handballeur français

Stéphane Cordinier
Image illustrative de l’article Stéphane Cordinier
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (49 ans)
Lieu Créteil[1]
Taille 1,79 m (5 10)[1]
Masse 74 kg (163 lb)[1]
Poste Ailier gauche
Situation en club
Parcours junior
Saisons Club
 ?-1989 Drapeau : France US Créteil
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
1989-1993 Drapeau : France US Créteil
1993-1998 Drapeau : France PSG-Asnières
1998-1999 Drapeau : Allemagne TV Niederwürzbach
Sélections en équipe nationale **
Année(s)Équipe M. (B.)
1993-1999 Drapeau : France France72 (?)[2]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Stéphane Cordinier, né le à Créteil, est un ancien joueur international français de handball. Il est depuis devenu entraineur.

Sommaire

BiographieModifier

Formé à l'US Créteil, il entre dans le groupe pro au début de la saison 89/90. L'année précédente, Créteil a fait le doublé et a atteint la finale de la Coupe de coupes[3]. Président du club, Jean-Claude Tapie, le "frère de", a composé un effectif constellé d'internationaux français et de perles yougoslaves. Dès sa première saison, il joue ainsi une demi-finale de Ligue des champions contre le FC Barcelone et apprend aux côtés de Mile Isaković, champion olympique en 84 au même poste que lui[3]. Cordinier s'endurcit sous la coupe de techniciens venus des Balkans, Sead Hasanefendić d'abord, Branislav Pokrajac ensuite[3].

Dans la lignée des Barjots, le handball se professionnalise, mais est éducateur sportif à la mairie de Créteil. Seul le Paris Saint-Germain Handball, alors intégré au projet omnisports de Charles Biétry, possède des joueurs entièrement professionnels et, lorsque Cordinier est contacté par le club de la capitale en 1993, il saute le pas comme Stéphane Stoecklin, Denis Lathoud et quelques autres pointures. Hormis un titre de vice-champion de France en 1996, les résultats restent moyens et en 1998, il prend la direction de l'ambitieux club allemand du TV Niederwürzbach[4]. Il y retrouve trois autres Français (Joulin, Schaaf, Houlet). Mais un gros sponsor lâche en cours de route et l'ambiance deviet moyenne[3]. Plusieurs fois touché à la cheville, bientôt papa pour la deuxième fois, Cordinier arrête sa carrière à seulement 29 ans.

Appelé à 72 reprises en équipe de France par Daniel Costantini à partir des Jeux méditerranéens de 1993, il ne prend pas part au Mondial 95, remporté par les "Barjots". En 1996, il participe aux Jeux olympiques d'Atlanta, conclus à une frustrante quatrième place. Jamais titulaire à part entière, le Martiniquais empoche tout de même une médaille de bronze lors du championnat du monde 1997, au Japon.

Son fils Isaia est basketteur professionnel.

PalmarèsModifier

En équipe de FranceModifier

En clubModifier

Notes et référencesModifier