Racing Football Club Union Luxembourg

club luxembourgeois de football
(Redirigé depuis Sporting Club Luxembourg)
RFCU Luxembourg
Logo du RFCU Luxembourg
Généralités
Nom complet Racing Football Club Union Lëtzebuerg
Fondation
Couleurs Bleu ciel et blanc
Stade Stade Achille Hammerel
(5 814 places)
Championnat actuel BGL Ligue
Président Karine Reuter
Entraîneur Fahrudin Kuduzovic
Site web www.racing-union.lu
Palmarès principal
National[1] Championnat du Luxembourg (28)
Coupe du Luxembourg (22)

Maillots

Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat du Luxembourg de football 2022-2023
0

Le Racing Football Club Union Luxembourg est un club luxembourgeois de football basé à Luxembourg-Ville. Le club de la capitale est connu pour son histoire riche ainsi que pour son centre de formation performant.

Le club a été fondé en 2005 à la suite de la fusion des plus grands clubs de la ville. Ces différents clubs comptaient au total 28 titres de champion du Luxembourg. Depuis sa fondation le club n'a toujours pas remporté son championnat national mais a remporté la coupe en 2018.

HistoriqueModifier

Génèse du clubModifier

Débuts en fanfareModifier

Le Racing Club Luxembourg a été fondé en 1907, et le club est devenu le premier champion du Luxembourg en 1909-10, ainsi que le premier vainqueur de la Coupe du Luxembourg en 1922. Avec le Sporting Club Luxembourg et l'Union Sportive Hollerich, les trois clubs de la capitale ont dominé le foot luxembourgeois. La suprématie des footballeurs de la capitale étaient telle en ces années que la première équipe nationale, qui affronta le la France (1-4), était composée exclusivement de joueurs du Racing Club Luxembourg, du Sporting Luxembourg et de l'Union Sportive Hollerich/Bonnevoie[2].

Premières fusionsModifier

La domination insolente du football de la capitale dans les années 1920 s'est terminée avec l'émergence des clubs du sud du Luxembourg comme le CS Fola Esch et les Red Boys Differdange. Cela a lancé un phénomène qui a profondément marqué la vie footballistique de la commune : la propension des clubs à fusionner, quelles qu'en soient les raisons.

La première grande fusion eut lieu en 1923 : elle regroupait les deux premiers champions de Luxembourg, le Racing et le Sporting. Les origines du Racing se trouvaient au Limpertsberg, où il avait aménagé un terrain de jeu à l'emplacement actuel de la Schueberfouer, avant de déménager route d'Esch en 1912. Il s'était encore couvert de gloire en remportant en 1922 la première Coupe du Luxembourg aux dépens de la Jeunesse d'Esch (2-0). Le Sporting, le club du centre de la Ville, avait dès 1910 trouvé refuge au Brasseschweier et s'était lui illustré une dernière fois en s'emparant du titre de champion en 1919. En 1923, les deux clubs décidèrent de s'unir, non sans de vives discussions dans les deux camps, sous le nom de CA Spora Luxembourg - les trois premières lettres de SPOrting assemblées aux deux premières de RAcing. Le club fusionné allait devenir non seulement l'un des clubs de football les plus titrés, mais également le plus grand club omnisports du pays (athlétisme, escrime, tennis)[3].

À peine deux ans plus tard, en 1925, le meilleur des trois clubs de Luxembourg depuis les origines du foot national, l'Union Sportive de Hollerich/ Bonnevoie, s'associa à la Jeunesse Sportive de Verlorenkost, qui disposait d'un terrain beaucoup mieux situé. Dorénavant, le club se nomma Union Sportive de Luxembourg et disputait ses matchs au Verlorenkost, sur un terrain situé pratiquement au même endroit que le Stade Achille Hammerel existant encore de nos jours.

Ces deux fusions allaient vite être couronnées de succès : l'Union, forte de ses internationaux Jean Walin, Ady Hubert, Robert Ries et autres Will Schutz, acquit son sixième titre dès 1927. Le Spora quant à lui avait déjà entamé une période des plus fastes, qui allait lui rapporter jusqu'au de la Seconde Guerre mondiale la bagatelle de sept titres de champion et trois Coupes du Luxembourg. Cette succession de victoires se prolongeait au-delà de la calamiteuse période nazie, jusqu'au début des années 1960.

L'âge d'or du SporaModifier

Cette période dorée des bleu et jaune avant 1940 et après 1945 coïncida avec les inoubliables saisons passées au Brasseschweier. Sur ce terrain magique de la Place Joseph Il, au milieu des habitations, au contact permanent de la population et, surtout, de la jeunesse, le Spora vivait intensément, trouvait ses ressources, s'éclatait véritablement. Sur ce véritable terrain de quartier, le Spora acquit au fil des années une renommée de maître-organisateur de grands événements. Dès 1924, le Spora organisait la Coupe des 3 Nations lors du weekend de Pâques, à laquelle participaient toujours deux équipes étrangères. Cette authentique compétition dépassait le simple caractère amical, elle allait connaître pas moins de 25 éditions et perdura, avec différentes interruptions, il est vrai, jusqu'en 1965. Elle fit apprécier au public luxembourgeois un nombre considérable de grandes équipes européennes, telles l'Austria de Vienne en 1932 avec son fameux avant-centre Mathias Sindelar, la vedette du Wunderteam autrichien en ce temps-là, ou encore le PSV Eindhoven, le Slavia Prague, les Young Fellows de Zurich, le Beerschot d'Anvers, Lanerossi Vicenza, même l'équipe brésilienne de Bangu[4].

La renaissance de l'Union et la percée de l'ArisModifier

Le titre de 1961 de Champion de Luxembourg aura été le dernier du CA Spora avant bien longtemps. Après 1961, les titres du Spora se firent donc rare, abstraction faite de ses deux succès en Coupe de Luxembourg, en 1965 et 1966, sous la baguette de son entraîneur-joueur Vic Nurenberg, l'ancien crack professionnel qui avait défrayé la chronique internationale en 1960, en marquant les trois buts de la victoire de l'OGC Nice en Coupe d'Europe des champions contre le Real de Madrid.

Si dans les années 1960 et 1970 le Spora disparut des sommets, pour autant d'autres clubs de la commune prirent le relais. En tout, la Ville de Luxembourg firent la fête une quinzaine de fois pendant la période de 1959 à 1972! Tout d'abord, l'Union Sportive Luxembourg, qui avait pour ainsi dire disparu de la circulation après sa victoire lors du championnat en 1927, refit surface de façon aussi spectaculaire que réjouissante. En l'espace d'une douzaine d'années le club du Verlorenkost remporta deux nouveaux titres de champion en 1962 et 1971, et ajouta cinq victoires en Coupe de Luxembourg (1959, 1963, 1964, 1969, 1970) au seul succès qu'il y avait inscrit jusque-la (en 1947).

Ce fut la glorieuse période des piliers comme Johny Léonard — trois fois consécutivement, en 1963, 1964 et 1965 meilleur réalisateur en division nationale avant de partir au FC Metz — et les débuts victorieux de jeunes tels Nico Braun. Avant d'entamer une grande carrière professionnelle, Nico Braun avait été sacré meilleur buteur (avec 25 réalisations en 22 matches) du championnat 1970/71 que son club avait dominé sans concéder la moindre défaite ! Les années 1960 allaient également être marquées par un phénomène remarquable : l'arrivée parmi l'élite du football grand-ducal d'un autre club de la capitale : l'Aris de Bonnevoie .

En 1963/64, l'Aris et tout Bonnevoie jubilèrent : pour sa 5e saison seulement au niveau le plus élevé, l'équipe du quartier le plus peuplé sur le territoire de la Ville remportait finalement, qui plus est en devançant le cher voisin de Verlorenkost, le premier trophée de son existence, remontant à l'année 1922. Du parc des sports, nommé plus tard Stade Camille Polfer à la mémoire de l'ancien bourgmestre de la Ville et entraîneur du club, jusqu'au casino syndical, toute la localité était en folie.

Après les titres en 1966 et en 1972, soit trois titres en huit ans, on en aurait presque oublié de mentionner qu'entretemps, en 1967, l'Aris s'était également emparée de la Coupe de Luxembourg. Cette victoire-là fut encore une fois signée aux dépens de l'Union. Mais, comme s'il n'avait pas bien digéré ces plats gourmands, le club de Bonnevoie en resta là, jusqu'à sa fusion en 2001 avec le CS Hollerich. Il ne retrouva plus jamais l'allant des fastes années 1960. Le football de la capitale ayant de tout temps été cyclique, des années de succès alternant avec des périodes creuses, après les folles années 1960, il fallut attendre une dizaine de saisons avant de voir de nouveau un représentant de la Ville de Luxembourg s'illustrer en 1980.

Une fin de siècle trompeuseModifier

Il est vrai que sur le plan des résultats et des performances les années 1980 et 1990 ont vraiment très fière allure, davantage même que la fabuleuse décennie 60. Quand bien même l'Aris était rentrée dans le rang et que le Spora, à part son dernier titre (1989) déjà évoqué, devait se satisfaire d'une seule victoire en Coupe de Luxembourg en 1980, la Ville et sa banlieue brillaient de mille feux grâce à l'Union.

L'Union pouvait compter sur des cadres internationaux, et donc la vitrine de l'Union était richement garnie. Privée très tôt de son grand espoir Roby Langers, meilleur buteur de la division nationale avec 26 buts a l'âge de 20 ans, parti dès l'été 1980 pour un long et fructueux périple à l'étranger, l'Union restait longtemps animée par les plus fidèles parmi les fidèles. L'équipe se distingua d'abord en Coupe de Luxembourg (en 1986, 1989 et 1991) avant de réussir un tonitruant triplé en championnat (en 1990, 1991 et 1992). Et l'Union aura été la dernière formation de la capitale à remporter un trophée à la fin du XXe siècle : en 1996, elle se paya le luxe de battre en finale de la coupe, sur le score de 3 a 1, la grande équipe de la Jeunesse d'Esch, celle qui, de 1995 à 1999, allait dominer haut la main le foot grand-ducal en ramassant cinq titres de champion à la suite

Cette mémorable victoire a d'ailleurs failli être la toute dernière d'un club de la capitale, jusqu'à la victoire héroïque du Racing FC Union en Coupe de Luxembourg 2017/18, le premier titre après la fusion de 2005.

C'est bien la preuve que les saisons précédant et suivant le passage du XXe au XXIe siècle n'ont guère été flamboyantes. Les meilleurs clubs de la Ville de Luxembourg ayant vécu pendant des années au dessus de leurs moyens, ils se trouvaient forcés de réduire leur train de vie, c'est-à-dire qu'ils durent renoncer peu ou prou à une politique de transferts coûteuse et n'étaient plus à même financièrement de retenir les meilleurs jeunes formés au club.

Le succès ne pouvait cacher la réalité : à l'image de la désaffection dramatique du public, la chute sur le plan sportif avait été vertigineuse au fil des années. L'heure était donc grave : non seulement l'avenir sportif était sombre, mais au fil du temps la situation économique était devenue de plus en plus délicate. Encouragés par le Collège Echevinal de la Ville de Luxembourg, les responsables de l'Alliance, de l'Union et du Spora se résignèrent à fusionner. Le Racing Football Club Union Luxembourg fut donc créé[5].

Histoire du Racing FC Union LuxembourgModifier

Pour sa première saison en tant que nouveau club le Racing FC Union Luxembourg participe à la première division du championnat nationale lors de la saison 2005-2006. Ces débuts sont difficiles et le club termine à la 7e place au classement lors de la première phase du championnat. La saison suivante le club terminera à la 4e place. Lors de la saison 2007-2008, le Racing-Union termine à la 2e place derrière le F91 Dudelange. Grâce à ce classement le jeune club se qualifie pour la première de son histoire en Coupe UEFA.

La saison suivante sera plus compliquée, le club sera éliminé dès le premier tour préliminaire de la Coupe UEFA 2008-2009 par le Kalmar FF et terminera à la 10e place en championnat (sur 14). Pour la saison 2009-2010, le Racing-Union termine à la 7e place à un 1 point seulement de la 4e place et d'une qualification européenne.

Les saisons suivantes le Racing-Union va terminer chaque saison en deuxième partie de tableau du championnat du Luxembourg avant d'être relégué en Promotion d'honneur à l'issue de la saison 2013-2014 après avoir terminé à la dernière place du championnat. La saison suivante le club termine à la seconde place et est promue en Division Nationale. Pour son retour au haut niveau lors de la saison 2015-2016 le club termine à la 8e place.

En 2018, le Racing-Union remporte le premier titre de son histoire qui est la Coupe du Luxembourg. Ce titre permet de qualifier le club pour la Ligue Europa 2018-2019 malgré une 7e place au classement général. Pour sa participation à la Ligue Europa, le Racing-Union sera éliminé dès le premier tour par le Viitorul Constanța mais aura obtenue un nul 0-0 en Roumanie.

Joueurs et personnalités du clubModifier

EntraîneursModifier

Effectif actuel [6],[7]Modifier

Effectif du Racing FC Union Luxembourg
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[8] Nom Date de naissance Sélection[9] Club précédent
16 G   Ruffier, RomainRomain Ruffier 04/10/1989 (32 ans) FC Wiltz 71
40 G   Plemling, MarcMarc Plemling 11/06/1989 (33 ans) US Hostert
71 G   Pereira Sequeira, GuilhermeGuilherme Pereira Sequeira 05/11/2011 (10 ans) Formé au club
3 D   Crillon, JudicaëlJudicaël Crillon 21/11/1988 (33 ans) Football Club de Chambly Oise
2 D   Büch, GordonGordon Büch 25/10/1995 (26 ans) FC Ingolstadt 04
98 D   Simon, PitPit Simon 17/02/1998 (24 ans) Luxembourg -21 ans FC Metz
20 D   Konte, AmdyAmdy Konte 13/07/1997 (25 ans) Thonon Évian Grand Genève Football Club
14 D   Omrani, AbdelhakimAbdelhakim Omrani 18/02/1991 (31 ans) FC Dunărea Călărași
24 D   Mersch, GerardGerard Mersch 08/09/1996 (26 ans) Club sportif Fola Esch
44 D   Skenderovic, DelvinDelvin Skenderovic 23/01/1994 (28 ans) F91 Dudelange
38 D   Skenderovic, DeminDemin Skenderovic 21/02/2002 (20 ans) F91 Dudelange
21 D   Hennetier, JonathanJonathan Hennetier 06/11/1991 (30 ans) CSO Amneville
33 M   Amiri, DinanDinan Amiri 29/05/2002 (20 ans) Formé au club
29 M   Bentebbal, HadiHadi Bentebbal 06/07/2001 (21 ans) Formé au club
34 M   Bicheler, LoganLogan Bicheler 12/12/2002 (19 ans) Formé au club
10 M   Pokar, MarioMario Pokar 18/01/1990 (32 ans) F91 Dudelange
27 M   Holter, DwaynDwayn Holter 15/06/1995 (27 ans) Luxembourg Formé au club
4 M   Dikaba, RodrigueRodrigue Dikaba 28/10/1985 (36 ans) Club sportif Fola Esch
25 M   Nakache, KévinKévin Nakache 05/04/1989 (33 ans) F91 Dudelange
26 M   Simon, JérômeJérôme Simon 12/09/1993 (29 ans) Chania FC
70 A   Gonçalves, BryanBryan Gonçalves 14/09/2002 (20 ans) Football Club Wiltz 71
15 A   Françoise, EmmanuelEmmanuel Françoise 08/06/1987 (35 ans) Football Club Swift Hesperange
9 A   Logrillo, AllanAllan Logrillo 30/12/2001 (20 ans) Formé au club
7 A   N'Goma, Kablan DavyKablan Davy N'Goma 13/10/1995 (26 ans) FK Blansko
72 A   Tinelli, LorisLoris Tinelli 02/02/1999 (23 ans) Royal Excelsior Virton
22 A   Mabella, YannYann Mabella 22/02/1996 (26 ans) République du Congo Tours FC
19 A   Dembélé, ManaMana Dembélé 29/11/1988 (33 ans) Le Havre AC
17 A   Taber, TylerTyler Taber 19/07/2003 (19 ans) Virginia Tech Hokies
11 A   Tafer, YannisYannis Tafer 11/02/1991 (31 ans) Neuchâtel Xamax FCS
Entraîneur(s)

Légende

 

Joueurs emblématiquesModifier

Joueurs formés à l'AcadémieModifier

Arbitres InternationauxModifier

  •   Léon Hamus
  •   Maurice Hamus
  •   Norman Mootz
  •   Jacques Colling
  •   Norbert Risch
  •   Marcel Herrmann
  •   Jean Koster
  •   Lucien Kayser
  •  Norbert Rolles.

Bilan sportifModifier

PalmarèsModifier

Palmarès du Racing-Union depuis 2005 :

Palmarès de l'Union Luxembourg de 1925 à 2005 :

  • Championnat du Luxembourg (6):
    • Champion : 1927, 1962, 1971, 1990, 1991 et 1992
    • Vice-champion : 1922, 1948, 1963, 1964, 1965, 1966, 1973, 1993 et 1998
  • Coupe du Luxembourg (10):
    • Vainqueur : 1947, 1959, 1963, 1964, 1969, 1970, 1986, 1989, 1991 et 1996
    • Finaliste : 1923, 1926, 1933, 1937, 1961, 1962, 1967, 1978, 1983 et 1997

Palmarès de l'Aris Bonnevoie de 1922 à 2001 :

Palmarès du Spora de 1923 à 2005 :

  • Championnat du Luxembourg (11):
    • Champion : 1925, 1928, 1929, 1934, 1935, 1936, 1938, 1949, 1956, 1961 et 1989
    • Vice-champion : 1924, 1926, 1930, 1931, 1933, 1945, 1952, 1959, 1967 et 1988
  • Coupe du Luxembourg (8):
    • Vainqueur : 1928, 1932, 1940, 1950, 1957, 1965, 1966 et 1980
    • Finaliste : 1925, 1929, 1930, 1931, 1934, 1945, 1963 et 1987

Palmarès de l'US Hollerich 1909 à 1925 :

Palmarès du Sporting Luxembourg de 1908 à 1923 :

Palmarès du Racing Club Luxembourg de 1907 à 1923 :

Bilan européenModifier

Note : dans les résultats ci-dessous, le score du club est toujours donné en premier.

Saison Compétition Tour Club Domicile Extérieur Total
2008-2009 Coupe UEFA Premier tour Q   Kalmar FF 0 - 3 1 - 7 1 - 10
2018-2019 Ligue Europa Premier tour Q   Viitorul Constanța 0 - 2 0 - 0 0 - 2
2021-2022 Ligue Europa Conférence Premier tour Q   Breiðablik Kópavogur 2 - 3 0 - 2 2 - 5
2022-2023 Ligue Europa Conférence Deuxième tour Q   FK Čukarički 1 - 4 0 - 4 1 - 8
Légende
  • Victoire ou qualification pour le tour suivant
  • Match nul
  • Défaite ou élimination de la compétition

Identité et imageModifier

NomModifier

US Hollerich
Bonnevoie

(1909-1925)
 
JS Verlorenkost
(1912-1925)
 
Aris Bonnevoie
(1922-2001)
 
CS Hollerech
(1913-2001)
 
SC Luxembourg
(1908-1923)
 
Racing Club
Luxembourg

(1907-1923)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Union Luxembourg
(1925-2005)
 
 
 
 
 
CS Alliance 01
(2001-2005)
 
 
 
 
 
 
Spora Luxembourg
(1923-2005)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Racing FC
Union Luxembourg

(depuis 2005)
 
 

Notes et référencesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « Match - Luxembourg - France - FFF », sur www.fff.fr (consulté le )
  3. (de) « detail | Ons Stad », sur onsstad.vdl.lu (consulté le )
  4. « L'âge d'or du Spora », sur racing-union.lu (consulté le )
  5. « 83/2006 - Sport II | Ons Stad », sur onsstad.vdl.lu (consulté le )
  6. « Clubs », sur extranet.flf.lu (consulté le )
  7. « Racing FC Union Luxembourg - Profil du club », sur www.transfermarkt.fr (consulté le )
  8. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  9. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Liens externesModifier