Sovvente il sole

Sovente il sole (Souvent le soleil, en italien) RV 749 est une aria baroque du XVIIIe siècle, du compositeur maestro et violoniste virtuose italien Antonio Vivaldi (1678-1741), extrait de l'opéra Andromeda Liberata (en) (ou Serenata Veneziana, sérénade de Venise) RV 117 de 1726 (découvert en 2002 dans les archives du conservatoire Benedetto Marcello de Venise[1])[2].

Sovente il sole
RV 749
Souvent le soleil
Image illustrative de l’article Sovvente il sole
Portrait présumé d'Antonio Vivaldi en 1723 (musée international et bibliothèque de la musique de Bologne)

Genre Aria, opéra, musique baroque
Nb. d'actes Acte II, scène 5 de l'opéra Andromeda Liberata (en)
Musique Antonio Vivaldi
Texte Légende d'Andromède de la mythologie grecque
Langue originale Italien
Sources littéraires Mythologie grecque
Durée approximative 9:23
Dates de composition 1726 en musique classique
Commanditaire Pietro Ottoboni, présumé (cardinal et mécène mélomane)

HistoireModifier

Vivaldi est un des les plus importants compositeur maestro et violoniste virtuose de toute l'Europe baroque, en particulier avec son œuvre Les Quatre Saisons... Le manuscrit inconnu de son opéra-pasticcio-serenata Andromeda Liberata (en) (ou Serenata Veneziana) RV 117 daté du [1], est découvert en par le musicologue français Olivier Fourès dans les archives du conservatoire Benedetto Marcello de Venise[1],[3]. Cette œuvre aurait été composée pour les nombreux concerts des festivités de l’été 1726, organisés en l’honneur des célébrations du retour le à Venise (après son bannissement politique de quatorze ans) du cardinal Pietro Ottoboni, important mécène-mélomane entre autres d'Antonio Vivaldi, Arcangelo Corelli, et Haendel...

L'aria Sovente il sole (seule partition avec violon rédigée de la main manuscrite de Vivaldi à lui être attribuée avec certitude[4]) est extraite de l'Acte II, scène 5 de l'opéra Andromeda Liberata (en)[5], composée collectivement par cinq compositeurs (présumés et controversés) de Venise (dont Antonio Vivaldi, et peut-être, d’après analyse musicologique et historique, de Giovanni Porta, Tomaso Albinoni, Nicola Porpora, et Antonino Biffi...).

L'opéra est inspiré du thème de la princesse Éthiopienne Andromède de la mythologie grecque[6]. Fille du roi Céphée et de la reine Cassiopée, qui eut l’arrogance de prétendre que la beauté de sa fille surpassait celle des Néréides de Poséidon. Ce dernier fou furieux envoie alors le monstre marin Céto ravager le pays. L’oracle d’Ammon révèle alors au roi qu'il doit donner sa fille en sacrifice au monstre marin pour sauver son royaume. Alors qu’elle s'attend à être dévorée, attachée nue à un rocher du bord de mer, le héros Persée (fils de Zeus et Danaé, qui vient de tuer la Gorgone Méduse) l'aperçoit depuis le ciel avec son cheval Pégase, tombe éperdument amoureux d'elle, et promet au roi de tuer le monstre s'il lui donne sa fille en mariage. Il tue le monstre et épouse Andromède avec qui il a une nombreuse et longue descendance.

ParolesModifier

Sovente il sole risplende in cielo,
Più bello e vago se oscura nube già l'offuscò.
E il mar tranquillo quasi senza onda
Talor si scorge, se ria procella già lo turbò.

Souvent le soleil resplendit dans le ciel,
Plus beau et agréable si un sombre nuage l'a d'abord assombri.
Et la mer calme, presque sans vagues,
On ne peut l'apercevoir que si une rude tempête l'a d'abord troublée.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Andromeda liberata », sur operabaroque.fr,
  2. [vidéo] Sovente il Sole - Antonio Vivaldi - Philippe Jaroussky sur YouTube
  3. « Andromeda liberata », sur www.francemusique.fr,
  4. « Vivaldi - Sovvente il sole », sur www.musiques-buissonnieres.fr,
  5. « Andromeda liberata. Acte 2, scène 5. Sovvente il sole », sur www.musiques-buissonnieres.fr,
  6. « Andromeda liberata », sur www.forumopera.com,

Voir aussiModifier

Lien externeModifier