Signe de bénédiction

Le signe de bénédiction, appelé aussi geste de bénédiction, est une gestuelle et une représentation iconographique chrétienne qui appelle la protection céleste sur des personnes.

Christ pantocrator bénissant avec sa main droite (benedictio graeca).
Christ représenté en empereur « faisant de la droite le geste de prise de parole de l'iconographie païenne antique, consistant à lever la main, paume ouverte en direction des auditeurs, avec index et médius dressés[1] ».
Vierge de Montserrat avec l'enfant Jésus bénissant de sa main droite (benedictio latina).

HistoriqueModifier

Le geste de bénédiction « apparaît très tôt dans l’art chrétien des catacombes et reprend le geste du rhéteur antique qui sur l’agora, réclame le silence pour prendre la parole ». La main levée du Christ « représente donc beaucoup plus qu’une bénédiction : c’est le geste de celui qui enseigne et énonce la parole divine, qui juge aussi[2] ».

Cette disposition des doigts ne s'attache au commencement qu'aux figurations du Christ–Logos. Elle devient une bénédiction sacramentelle attribuée au Pantocrator et aux saints à partir du IXe siècle qui voit la dogmatisation de la vie religieuse dans l'Église d'Orient, puis est adoptée par le clergé[3].

TypologieModifier

Il existe une différence entre deux bénédictions selon la liturgie grecque et latine, et selon l'iconographie byzantine et occidentale. La benedictio graeca se fait avec la main droite, l’index entièrement ouvert, le grand doigt légèrement courbé, le pouce croisé sur l’annulaire et le petit doigt courbé, geste dans lequel certains historiens d'art ont vu la figuration du monogramme du Christ, IC-XC (une abréviation reprenant les premières et dernières lettres des mots grecs Jésus, IHCOYC, et Christ, XPICTOC)[4]. Les deux doigts tendus symboliseraient la double nature — humaine et divine — du Christ et les trois autres joints figurant la Trinité[5]. La benedictio latina se fait également avec la main droite, laissant le pouce libre, les trois premiers doigts ouverts étant également interprétés comme une image de la Trinité divine tandis que l'annulaire et l'auriculaire repliés unis symboliseraient la double nature du Christ[6].

Alors que les évêques en Occident se sont réservé la bénédiction avec les trois doigts ouverts, les prêtres l'ont quant à eux pratiquée la main ouverte tout entière[7].

Similitudes avec l'iconographie bouddhisteModifier

Dans l'art bouddhique, les représentations de Bouddhas utilisent un nombre restreint de mudrās, dont certains présentent une similitude au niveau de la disposition des doigts[8].

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. François Bœspflug, « Le Christ vêtu par les artistes », Lumière & vie, no 292,‎ , p. 55
  2. Sabine Gignoux, « Le Salvator Mundi de Léonard de Vinci décrypté par François Bœspflug », sur la-croix.com,
  3. (pl) Anna Różycka-Bryzek, Bizantyńsko-ruskie malowidła w kaplicy zamku lubelskiego, PWN, , p. 22.
  4. Adolphe Napoléon Didron, Iconographie chrétienne, Imprimerie royale, , p. 415.
  5. François Vouga, Jean-François Favre, Pâques ou rien : La Résurrection au cœur du Nouveau Testament, Labor et Fides, , p. 297.
  6. Adolphe Napoléon Didron, op. cit., p.416
  7. Adolphe Napoléon Didron, op. cit., p.417
  8. (en) « What does this hand gesture mean in Icons? », sur iconreader.wordpress.com, .

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier