Liste des seigneurs, comtes et ducs de Rauzan

page de liste de Wikipédia
(Redirigé depuis Seigneur de Rauzan)

Duc de Rauzan-Duras
Image illustrative de l’article Liste des seigneurs, comtes et ducs de Rauzan
Armes de la maison de Beauvoir-Chastellux, duc de Rauzan-Duras : Écartelé de Chastellux[1] et de Duras[2],[3].

Image illustrative de l’article Liste des seigneurs, comtes et ducs de Rauzan
Titulaire actuel
François-Jean de Chastellux
depuis le 2005

Création 1819
Premier titulaire Henri-Louis de Chastellux
Résidence officielle Château de Rauzan

Rauzan est une ancienne seigneurie, avec paroisse et juridiction de son nom, dont le bourg de Rauzan était le chef-lieu. Ce bourg est situé dans le Bazadais, à deux lieues de Civrac et de la Dordogne (rivière), et à quatre lieues de Libourne[4].

GénéralitésModifier

Les deux seigneuries de Rauzan et de Civrac étaient entrées dans la maison de Durfort par suite d'un mariage contracté, le , par Jean de Durfort (vers 1450-1520), chevalier, seigneur de Duras et de Blanquefort (Gironde), maire de Bordeaux, capitaine de 50 lances et gouverneur de Crémone lors de la conquête de l'Italie, avec Jeanne Angevin, fille unique et présomptive héritière de Jacques Angevin, seigneur de Rauzan, de Civrac, de Pujols, de Bladignac, etc., et de Marguerite de Montferrand.

À l'occasion du mariage de Henri-Louis de Chastellux (1786-1863) avec Clara de Durfort (1799-1863), fille cadette d'Amédée-Bretagne-Malo de Durfort, Louis XVIII lui conféra le le titre héréditaire de marquis de Duras-Chastellux[5], et le jour-même du mariage (31 août), les honneurs du Louvre et le titre d'attente et personnel de « duc de Rauzan-Duras » par brevet du roi car il devait succéder à la pairie de son beau-père[6],[n 1].

Ainsi, l'ordonnance royale du [3] déclare Henri-Louis de Chastellux héritier des rang, titre et dignité d'Amédée-Bretagne-Malo de Durfort[7], avec transmission[3] de titre de duc de Duras, sous le nom de duc de Rauzan[7].

Le duché-pairie ne put passer dans la maison de Beauvoir-Chastellux, le duc de Duras étant mort en 1838 sans que toutes les formalités aient été accomplies (il manquait alors les lettres patentes obligatoires, l'ordonnance royale d'autorisation de transmission de 1825 étant insuffisante)[6].

Seigneurs de RauzanModifier

L'ordre de succession des premiers seigneurs de Rauzan nous est inconnu.

Jacques de Durfort avait épousé, le Marguerite de Montgommery (1585-1606), dame de Lorges. Il fut créé marquis de Duras en et comte de Rauzan le [7].

Comtes de RauzanModifier

  1. Jacques de Durfort (1547-1626), 1er marquis de Duras (), baron de Blanquefort, 1er comte de Rauzan (), capitaine de 50 hommes des ordonnances du roi, conseiller d'État sous Henri IV de France
  2. Guy Aldonce Ier de Durfort (1605-1665), fils du précédent, 2e marquis de Duras, 2e comte de Rauzan, seigneur de Lorges, maréchal de camp, capitaine des gardes du corps du Roi
    1. Frédéric Maurice de Durfort (1626 - ), son fils cadet, comte de Rozan.
      Frédéric-Maurice, comte de Rauzan, fut du nombre des séditieux qui, pendant la minorité de Louis XIV, suivirent le parti du cardinal de Retz contre la reine-mère, régente, et Mazarin, son ministre. La Cour, humiliée par toutes sortes de complots et de libelles diffamatoires, employa le moyen extrême de bloquer Paris, et se retira à Saint-Germain-en-Laye. Le blocus dura deux mois. Frédéric-Maurice y perdit la vie.
    2. Guy Aldonce II de Durfort (1630-1702), son 3e fils, est l'auteur de la branche de Lorges.
  3.  
    Armes des ducs de Duras : Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (de Durfort) ; aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne)[2],[9].
    Jacques Henri de Durfort (1625-1704), fils du précédent, 3e marquis de Duras, 3e comte de Rauzan, puis 1er duc de Duras (1689), maréchal de France, chevalier de l'ordre du Saint-Esprit.
    Jacques Henri de Durfort (1625-1704), est créé duc et pair de Duras en [10] puis duc « simple » en 1689[10].
  4. Jacques Henri II de Durfort (1670-1697), fils du précédent, 2e duc de Duras sur la démission de son père[Quand ?], 4e comte de Rauzan ;
  5. Jean-Baptiste de Durfort (1684-1770), frère puiné du précédent, comte de Durfort de Duras, 3e duc de Duras (1704), duc et pair (1755), marquis de Blanquefort et de Pujol, 5e comte de Rauzan, maréchal de France
  6. Emmanuel-Félicité de Durfort (1715-1789), fils du précédent, 4e duc de Duras, 6e comte de Rauzan, maréchal de France, membre de l'Académie française (no 251, ), chevalier du Saint-Esprit, chevalier de la Toison d'or ;
  7. Emmanuel-Céleste de Durfort (1741-1800), fils du précédent, 5e duc de Duras, 7e comte de Rauzan ;
  8. Amédée-Bretagne-Malo de Durfort (1771-1838), 6e duc de Duras, 8e comte de Rauzan, maréchal de camp, membre de la Chambre des pairs.

Ducs de Rauzan-DurasModifier

  1. 1819-1863 : Henri-Louis de Chastellux (1786-1863), beau-fils du précédent, 1er duc de Rauzan-Duras, 1er marquis de Duras-Chastellux[7], 9e comte de Chastellux (1854), 15e vicomte d'Avallon, marié, le , avec Clara de Durfort (1799-1863), dont 3 filles et un fils :
    1. Amédée Gabriel Henri de Chastellux (Paris VIIe, - Château de Chastellux, ), fondateur du Correspondant[7] et de l'abbaye Sainte-Marie de la Pierre-Qui-Vire[7], marié avec sa cousine germaine Marguerite de Chastellux (1822-1906), dont :
  2. 1863-1917 : Henri-Paul-César de Chastellux (1842-1917), dit « le marquis de Duras[7] », petit-fils du précédent, 2e duc de Rauzan-Duras, 2e marquis de Duras-Chastellux, 10e comte de Chastellux, 16e vicomte d'Avallon, historien ;
  3. 1917-1966 : Anséric Christian Joseph Marie Olivier de Chastellux (1878-1966), fils du précédent, 3e duc de Rauzan-Duras, marquis de Duras-Chastellux, 11e comte de Chastellux, vicomte d'Avallon ;
  4. 1966-2005 : César Louis Melchior Marie Henri Jean de Chastellux (1912-2005), fils du précédent, 4e duc de Rauzan-Duras, marquis de Duras-Chastellux, 12e comte de Chastellux, vicomte d'Avallon, marié, sans postérité[11] ;
  5. Depuis 2005 : François-Jean Marie Robert Olivier de Chastellux (né en 1946), neveu du précédent, 5e duc de Rauzan-Duras, marquis de Duras-Chastellux, 13e comte de Chastellux, vicomte d'Avallon.

Notes et référencesModifier

  1. Le double ou minute de ce brevet se trouve aux Archives nationales (France), cartons de la Maison du Roi (Réf. O³, n°66), en date du , signé Louis, contresigné Le marquis Dessolles.
  1. Courcelles 1826, p. 145.
  2. a et b Rietstap 1884-1887. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « RIETSTAP » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  3. a b et c Velde 2005, p. Lay peers.
  4. Courcelles 1826, p. 143.
  5. Château de Chastellux 2011, p. Histoire.
  6. a et b Pinoteau 1983, p. 41.
  7. a b c d e f g h i et j Roglo 2012.
  8. Courcelles 1822, p. 7.
  9. Popoff 1996, p. 104.
  10. a et b Courcelles 1827, p. 301.
  11. Decloitre 2012.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier