Samuel Pallache

Samuel Pallache (hébreu: 'שמואל פאלאץ, Shmuel Palach) (1550 - ) était un marchand, diplomate et pirate juif marocain de la famille Pallache qui en tant qu'émissaire du souverain marocain, a conclu un traité avec la République néerlandaise en 1608. Il est probablement un ancêtre de Haim Palachi (en).

Samuel Pallache
Rembrandt Man in Oriental Costume.jpg
Biographie
Naissance
Vers 1550
Fès
Décès

La Haye, Pays-Bas
Sépulture
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Autres informations
Domaine
Religion

BiographieModifier

Samuel Pallache est né à Fès, au Maroc. Son père, Isaac Pallache, était un rabbin, mentionné pour la première fois dans le Taqqanot en 1588. Son frère était Joseph Pallache et son oncle était le grand rabbin de Fès Judah Uziel. Son fils Isaac Uziel était un rabbin de la communauté Neve Shalom à Amsterdam.

Sa famille est originaire de l'Andalousie, où son père avait servi de rabbin à Cordoue. Selon le Professeur Mercedes García-Arenal, « les Pallaches étaient une famille séfarade qui peut-être descend de Bene Palyāj mentionné par le chroniqueur du XIIe siècle Abraham ibn Dawd Halevi comme "la plus grande des familles de Cordoue" ».

Dans la première moitié du XVIe siècle, après la conquête chrétienne de l'Espagne musulmane (la Reconquista), la famille a fui vers le Maroc.

Le nom de famille est écrit «Palache» sur son certificat de décès. Il a signé son nom aussi «Palacio» et «Palatio», d'autres documents néerlandais montrent «Palatio», «Palachio» et «Palazzo». Alors que la famille s'étendait hors de la péninsule Ibérique, les orthographes incluaient : de Palatio, al-Palas, Pallas, Palaggi, Balyash, ainsi que Palacci, Palaty, Palatie, et Paliache Il y a aussi des Juifs tunisiens avec les noms de famille "Palatgi" et "Paligi". Palacci est classé comme un nom séfarade espagnol : Pallache est répertorié comme un nom portugais séfarade.

CarrièreModifier

Pallache est arrivé aux Pays-Bas entre 1590 et 1597. En 1591, Middelbourg lui a offert un permis de résidence, mais les pasteurs protestants ont protesté.

Après une délégation de la République néerlandaise a visité le Maroc pour discuter d'une alliance commune contre l'Espagne et les pirates barbaresques, le sultan Zaidan el-Nasir en 1608 a nommé le marchand Samuel Pallache pour être son envoyé au gouvernement néerlandais à La Haye. Officiellement, Pallache servit comme son « agent », et non comme ambassadeur.

Le , 1608, Pallache a rencontré le stathouder Maurice de Nassau et les États généraux à La Haye pour négocier une alliance d'entraide contre l'Espagne. Le , les deux pays ont signé le Traité d'amitié et de commerce libre, un accord reconnaissant le commerce libre entre les Pays-Bas et au Maroc, et en permettant au sultan d'acheter des navires, armes et munitions des Pays-Bas. Ce fut l'un des premiers traités officiels entre un pays européen et une nation non chrétienne, après les traités du XVIe siècle de l'alliance franco-ottomane.

Les recherches ont montré que Pallache était un agent double. Il a maintenu des liens étroits avec la cour d'Espagne et a transmis des informations classifiées sur les relations maroco-néerlandaises à l'Espagne. En même temps, il passait des informations sur l'Espagne aux Pays-Bas et au Maroc. Lorsque cela a été découvert, il est tombé en disgrâce auprès du sultan[1]. En plus de ses affaires diplomatiques, Pallache a également poursuivi ses activités en tant que marchand, négociant activement entre les Pays-Bas et le Maroc. Il a obtenu la permission du prince Maurice aussi pour les activités corsaires. Les produits obtenus en piratant ces marchandises ont été vendues le long de la côte marocaine.

Fin de vieModifier

En 1614, Pallache, après avoir capturé un navire portugais, n'a pas pu amener sa cargaison à terre au Maroc pour ensuite naviguer pour les Pays-Bas. Une tempête l'a forcé à se réfugier dans un port où, à la demande de l'ambassadeur d'Espagne, il a été arrêté et emprisonné. Finalement, le prince Maurice est venu à son aide et l'a ramené aux Pays-Bas. Cependant, ayant perdu tout son argent, il est tombé malade peu après.

Il est mort le à La Haye et a été enterré dans le cimetière Beth Haim d'Ouderkerk sur l'Amstel, cimetière de la communauté juive.

Notes et référencesModifier

  1. Henri de Castries, Les signes de validations des chérifs saadiens, 11, rue Victor-cousin Paris, Emile LAROSE, (lire en ligne), p. II. - Validation par seing manuel (p238)