Salut la puce

film sorti en 1983 et réalisé par Richard Balducci
Salut la puce
Réalisation Richard Balducci
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 97 min
Sortie 1983


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Salut la puce est un film français réalisé par Richard Balducci et sorti en 1983.

SynopsisModifier

Robert Dumortier, dit Capitaine, musicien il donne des cours de trompette et vit sur une péniche amarrée à l’Île Saint-Louis. D'un caractère rêveur, il raconte à son fils « La Puce» les voyages qu'ils auraient pu faire ensemble. Il s' associe avec Alfred qui fait les poubelles avec philosophie, Ficelle qui manipule le bonneteau et « Le poète » qui récite des poèmes dans la rue, la bande des quatre passe son temps à faire des blagues. La bande vit de petites combines: bonneteau, spectacle truqué... Le poète décroche un emploi dans un parc d'attraction. Un spectacle de lutte, « Jackson » qui se termine de façon inattendue. Le poète présente le spectacle, les 3 autres de la bande choisissent parmi les spectateurs un gringalet pour se mesurer aux lutteurs et le soulève pour le mettre sur la scène. Le premier se fait battre facilement, le deuxième qui semblait chétif gagne et les quatre compères se sauvent poursuivis par les 3 lutteurs ! Pas de vrais ennuis jusqu'à ce que « capitaine » trouvé en possession d'une mallette rempli de bijoux soit soupçonné du meurtre du marionnettiste Fedor Fédorowitz. Il s'avère qu'il a été bousculé par le véritable assassin qui a perdu la mallette. Le « tueur des marionnettistes » en a déjà tué trois, un autre marionnettiste de la troupe du Paradis latin est en danger : Rigodo-Cartecolin. « Capitaine » le seul à avoir vu l'assassin est engagé au Paradis latin afin de l'identifier.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

Des images d'archives montrent une manifestation un premier mai devant la Porte Saint-Denis avec Georges Seguy et Georges Marchais[2] . Ces images sont entrecoupées de plans des quatre compères : « Capitaine » , Alfred, Ficelle et « le poète » , qui appuyés à un garde-fou semblent assister à la manifestation.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier