Ouvrir le menu principal

Sainte-Croix (Québec)

municipalité de la MRC de Lotbinière, Chaudière-Appalaches, au Québec (Canada)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Croix.

Sainte-Croix
Sainte-Croix (Québec)
Maison de Pointe-Platon dans le domaine Joly-De Lotbinière
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Subdivision régionale Lotbinière (Chef-lieu)
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Jacques Gauthier
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé San-crucien, ienne
Population 2 516 hab. ()
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ nord, 71° 44′ ouest
Superficie 7 240 ha = 72,4 km2
Divers
Code géographique 2433102
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Sainte-Croix

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Croix

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte administrative de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Sainte-Croix

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte topographique de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Sainte-Croix
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Sainte-Croix est une municipalité de près de 2 500 habitants dans la municipalité régionale de comté de Lotbinière au Québec (Canada), située dans la région administrative de Chaudière-Appalaches[1].

Sommaire

GéographieModifier

Dans la MRC : Lotbinière

Municipalités limitrophesModifier

ToponymieModifier

Elle est nommée en l'honneur de la Vraie Croix.

La Commission de toponymie du Québec précise : « Selon une tradition bien établie, le nom de Sainte-Croix, qui coiffe cette municipalité de la région de Lotbinière, traversée par la rivière du Petit Saut, implantée sur la rive sud du Saint-Laurent, à 20 km à l'est de Lotbinière, à la hauteur de Donnacona sur la rive nord, remonterait à 1637. Cette année-là, le fief ou seigneurie de Sainte-Croix, concédé à la Compagnie des Cent-Associés au lieu-dit Platon Sainte-Croix, fut réservé pour les religieuses qui viendraient s'établir à Québec en vue de l'éducation des filles. Le choix porta sur les Ursulines qui arrivèrent en 1639 avec Marie de l'Incarnation et la prise de possession symbolique n'intervint que le , alors que le père Jérôme Lalemant le reçut en leur nom. Or, ce jour-là était célébrée l'Exaltation de la Sainte-Croix, fête religieuse rappelant l'invention, au sens de la découverte de la vraie croix, reconquise sur les Perses en 628. Au cours de cette cérémonie, on exhibait la Croix aux gens de Jérusalem. On peut croire que la fixation du nom remonte à cette dernière année et qu'on a choisi la date de la cérémonie en conséquence. La dénomination de Sainte-Croix figurait déjà dans le récit de Champlain en 1603 et sur une carte de 1611, mais s'appliquait certainement à la pointe (aujourd'hui Pointe Platon 46° 39′ 56″ N, 71° 51′ 34″ O, ce mot ayant le sens de terrain plat), importante pour la navigation alors et située à la hauteur de l'embouchure de la rivière Jacques-Cartier. En 1613, Champlain explique que c'est par erreur que ce lieu est désigné Sainte-Croix, car on avait cru, à tort, que Cartier y avait hiverné en 1535-1536[2]. »

HistoireModifier

La seigneurie de Sainte-Croix est la quinzième seigneurie à être concédée en Nouvelle-France, le 16 janvier 1637, par la Compagnie des Cent-Associés, sous Henri de Lévis. Elle est concédée aux Ursulines de Québec. Le père Jérôme Lalement prend possession symboliquement de la seigneurie le 14 septembre 1647 en leur nom. Il y installe des bornes lors de la fête de l’exaltation de la Sainte-Croix, qui rappelle l’invention, au sens de la découverte de la vraie croix, reconquise sur les Perses en 628. La fixation du toponyme de la paroisse vient de cette fête.

Les premiers colons arrivent vers 1680, dont la famille de Louis Houde, le 13 février 1682, résidant alors sur l’île d’Orléans. Il acquiert des Ursulines de Québec une terre de neuf arpents de front sur un plateau, en bordure du fleuve. Une première chapelle est bâtie en 1694 près du fleuve sur une partie de terre donnée par Louis Houde. Une deuxième église sera construite en 1732 sur la route principale. Le peuplement de la seigneurie se fait lentement puisque la seule route est la voie navigable du fleuve. Le chemin du Roy sera ouvert à la circulation jusqu’à la seigneurie, en 1718.

En bordure du fleuve, les Ursulines font bâtir un premier moulin à farine en 1754 qui sera exploité jusqu’à la construction d’un autre moulin en 1801, situé en haut de la côte.

L’érection canonique de la paroisse date de 1721 alors que son érection civile a lieu en 1845.

En 1846, Pierre-Gustave Joly, seigneur de la seigneurie de Lotbinière achète des Ursulines une partie des terres de Pointe-Platon, pointe de terre limitrophe aux seigneuries de Lotbinière et de Sainte-Croix en bordure du fleuve. Il y fait bâtir un manoir qui sera appelé Maple House, en 1851, et qui servira de résidence d’été.

DémographieModifier

Évolution démographique
2006 2011 2016
2 3902 3522 516

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[3].

Sainte-Croix
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Jean Lecours Voir
2005 Jacques Gauthier Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

AttraitModifier

ÉducationModifier

On y retrouve l'école primaire La Mennais ainsi que l'école secondaire Pamphile-Le May qui compte environ 600 élèves de la première année du secondaire à la cinquième.

IndustriesModifier

SportModifier

On trouve à Sainte-Croix un circuit de course automobile, le Circuit Riverside Speedway Ste-Croix[4].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussiModifier

Liens externesModifier