Saint-Maurice-de-Tavernole

ancienne commune française du département de la Charente-Maritime
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Maurice.

Saint-Maurice-de-Tavernole
Saint-Maurice-de-Tavernole
L'église Saint-Maurice.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Jonzac
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Code postal 17500
Code commune 17371
Démographie
Gentilé Tavernolais
Population 136 hab. (2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 51″ nord, 0° 24′ 08″ ouest
Altitude Min. 29 m
Max. 75 m
Superficie 3,92 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Réaux-sur-Trèfle
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
Saint-Maurice-de-Tavernole
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 15.svg
Saint-Maurice-de-Tavernole
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Maurice-de-Tavernole
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Maurice-de-Tavernole

Saint-Maurice-de-Tavernole est une ancienne commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime dans la région Nouvelle-Aquitaine. Elle a disparu le en fusionnant au sein de la commune nouvelle de Réaux sur Trèfle.

Ses habitants sont appelés les Tavernolais et les Tavernolaises[1].

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

AdministrationModifier

Au , la commune de Saint-Maurice-de-Tavernole a fusionné avec celles de Moings et de Réaux. La nouvelle commune s'appelle Réaux-sur-Trèfle[2].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Jean-Michel Mariau    
2014 31 décembre 2015 Samuel Mariau   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

RégionModifier

À la suite de la mise en application de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, Saint-Maurice-de-Tavernole appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 136 habitants, en augmentation de 0,74 % par rapport à 2008 (Charente-Maritime : 3,21 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
267301343312309299304300308
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
318319291250244240244217192
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
198191200165174184164122121
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
113119101126109109131132136
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

L'église Saint-MauriceModifier

C'est une simple petite église rurale du XIIe siècle. D’après la tradition, elle aurait été détruite pendant la guerre de Cent Ans ou les guerres de Religion, puis remplacée par la chapelle du château pour devenir paroissiale.

La dernière campagne de restauration de 2001 a permis de mettre au jour des sarcophages en pied de mur de contreforts. Certains sont partis à Fontaines-d'Ozillac. Elle a permis également de chauler les murs, les mariant agréablement avec la charpente apparente, dont l’entrait serait marqué du XVIIe siècle :

CE TEMPLE A ESTE, FAIT EN L'AN 1604 (ou 1609).

Le plus audacieux aura été sans doute de donner à cette petite église rurale sans éléments remarquables en 2002 un décor contemporain de vitraux et de fresques murales.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :