Ouvrir le menu principal

Saint-Antoine-Cumond

ancienne commune française du département de la Dordogne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Antoine.

Saint-Antoine-Cumond
Saint-Antoine-Cumond
L'église de Cumond
Blason de Saint-Antoine-Cumond
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Montpon-Ménestérol
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Aulaye
Statut Commune déléguée
Maire délégué Pierre de Cumond
2017-2020
Code postal 24410
Code commune 24368
Démographie
Gentilé Antonins
Population 370 hab. (2014 en diminution de -4.64 % par rapport à 2009)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 26″ nord, 0° 11′ 58″ est
Altitude Min. 40 m
Max. 124 m
Superficie 12,14 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint Privat en Périgord
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 15.svg
Saint-Antoine-Cumond

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Saint-Antoine-Cumond

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Antoine-Cumond

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Antoine-Cumond

Saint-Antoine-Cumond est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle fusionne avec Festalemps et Saint-Privat-des-Prés pour former la commune nouvelle de Saint Privat en Périgord.

GéographieModifier

GénéralitésModifier

Dans le quart nord-ouest du département de la Dordogne, la commune déléguée de Saint-Antoine-Cumond forme la partie nord-ouest de la commune nouvelle de Saint Privat en Périgord. Elle est bordée à l'ouest par la Dronne, et arrosée par son affluent, le ruisseau de Muret.

Communes limitrophesModifier

En 2016, année précédant la création de la commune nouvelle de Saint Privat en Périgord, Saint-Antoine-Cumond était limitrophe de six communes dont trois dans le département de la Charente. À l'est, son territoire est distant d'environ 250 mètres de celui de Chassaignes.

ToponymieModifier

En occitan, la commune porte le nom de Sent Antòni e Cucmont[1].

Villages, hameaux et lieux-ditsModifier

Outre le bourg de Saint-Antoine-Cumond proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[2].

B

  • la Bernarde
  • chez Bouchard
  • chez Bressy
  • le Breuil
  • le Buguet

C, D

  • Chante-Alouette
  • le Chantours
  • les Charmis
  • le Chêne Vert
  • la Combe
  • la Côte
  • Cumond
  • la Divise

F, G

  • Février
  • la Gaulie
  • le Grand Béard
  • le Grand Renard
  • la Grande Cour
  • la Grande Cussonnie

L

  • Lamourier
  • Lautendie

M, N

  • le Maine
  • la Marronnière
  • le Mas
  • la Meynardie
  • Mirand
  • le Moulin de Cumond
  • le Moulin Neuf
  • Muret
  • Nougeyrol

P

  • les Parges
  • le Petit Béard
  • le Petit Renard
  • la Petite Cour
  • la Petite Cussonnie
  • la Petite Ferracie
  • la Peyrière
  • la Pinière
  • Pleine Serve
  • le Pontet
  • Porcherac

R

  • la Renjardie
  • le Repayre
  • le Rondelet

S

  • Sallebœuf
  • la Siguenie

T, V

  • chez Texier
  • chez Tupa
  • le Vignaud

HistoireModifier

Une commanderie de l'ordre hospitalier de Saint-Antoine a été fondée sur le territoire de la paroisse de Mirand, réunie à Cumond en 1790, sous la dénomination de commanderie générale de Saint-Antoine-lès-Aubeterre, à trois kilomètres seulement et en face d’Aubeterre. La commanderie a été fondée sous l'épiscopat de Renaud de Thiviers, évêque de Périgueux, mort en Terre Sainte en 1101. La commanderie est passée à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1775 et 1777[3].

En 1924, la commune de Cumond change de nom et devient Saint-Antoine-Cumond.

De 1942 à 1944, 37 juifs, principalement des réfugiés d'Alsace-Lorraine, ont été arrêtés dans la commune puis déportés vers le camp de concentration d'Auschwitz[4].

Au , Saint-Antoine-Cumond fusionne avec Festalemps et Saint-Privat-des-Prés pour former la commune nouvelle de Saint Privat en Périgord dont la création a été entérinée par l'arrêté du 26 septembre 2016, entraînant la transformation des trois anciennes communes en « communes déléguées »[5].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[6],[7]. Ceux-ci sont membres d'office du conseil municipal de la commune nouvelle de Saint Privat en Périgord, jusqu'au renouvellement des conseils municipaux français prévu en 2020[5].

Liste des mairesModifier

 
La mairie en 2010.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1953 mars 1995 Guy Bassi    
mars 1995 mars 2001 Gilbert Arfeuillère    
mars 2001 mars 2008 Francis Magne    
mars 2008[8] décembre 2016 Pierre de Cumond SE Notaire

DémographieModifier

Les habitants de Saint-Antoine-Cumond se nomment les Antonins[9].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 370 habitants, en diminution de -4,64 % par rapport à 2009 (Dordogne : 1,03 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
602672686702649947909903926
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9559191 015949827905877803755
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
758761658603560609572518497
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
521474449430394365388366370
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Les données économiques de Saint-Antoine-Cumond sont incluses dans celles de la commune nouvelle de Saint Privat en Périgord.

EntreprisesModifier

L'entreprise de textile « Moulin Neuf », créée en 1948, a employé jusqu'à 200 salariés à son apogée avant de terminer en faillite[14]. Les locaux ont été repris par une nouvelle entreprise créée en 2010, « Moulin Neuf textiles », qui emploie quinze personnes en 2014[14].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le château de Cumond.
 
L'église vue de l'est.
  • L'église paroissiale Saint-Pierre-ès-Liens de Cumond date initialement du XIIe siècle; elle a été agrandie aux XIVe et XVIe siècles et restaurée de façon importante au XIXe siècle, en particulier les clochers et la chapelle nord[17]. Elle est classée monument historique depuis 1914[18],[19].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason Écartelé: aux 1er et 4e d'azur à la fasce d'or accompagnée de six fleurs de lis, trois rangées en chef et trois rangées en pointe, aux 2e et 3e d'azur à trois étoiles d'argent rangées en fasce, surmontées d'un croissant du même et soutenues d'une grappe de raisin d'argent feuillée de deux pièces de sinople; sur le tout, d'argent au tau d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 21 mars 2014.
  2. Saint-Antoine-Cumond, Géoportail, consulté le 11 novembre 2016.
  3. Vicomte de Cumond, « La Commanderie générale d'Aubeterre, de l'Ordre de Saint-Antoine en Périgord (1100-1838) », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1922, tome 49, p. 85-94, 164-173, 209-218, 258-269 (lire en ligne), 1923, tome 50, p. 53-68, 89-103 (lire en ligne)
  4. Pierre-Manuel Réault, À la mémoire des juifs arrêtés sur ordre de Vichy, Sud Ouest édition Périgueux du 19 juin 2010.
  5. a et b « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Saint -Privat en Périgord », sur Préfecture de la Dordogne (recueil des actes administratifs), (consulté le 6 octobre 2016), p. 134-138
  6. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 3 décembre 2016.
  7. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 3 décembre 2016.
  8. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 25 août 2014.
  9. Fiche commune Saint-Antoine-Cumond, Union des maires de la Dordogne, consultée le 25 novembre 2016.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. a et b Jean-Louis Savignac, « Moulin Neuf, le renouveau du textile français », Sud Ouest édition Dordogne, 14 juillet 2014, p. 15.
  15. « Domaine du château de Cumond », notice no PA24000047, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Château de Cumond », notice no IA24000746, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Église de Cumond (notice) », notice no IA24000736, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Église de Cumond », notice no PA00082800, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Comte de Cumond, L'église de Cumond, dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1878, tome V, p. 111-116 (lire en ligne)