Ouvrir le menu principal

Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hospitalière (homonymie).

Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus
Image illustrative de l’article Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus
Devise : Aimer Dieu et se taire
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 27 septembre 1882
par Mgr Moreno y Maisanove
Approbation pontificale 16 mars 1908
par Pie X
Institut congrégation religieuse
Type Apostolique
But soins des malades
Structure et histoire
Fondation 31 mai 1881
Ciempozuelos
Fondateur Benoît Menni
Abréviation H.S.C
Site web Site officiel
Liste des ordres religieux

Les sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus (en latin : Congregationis Sororum Ospitalarium a Sanctissimi Cordis Jesus) forment une congrégation religieuse féminine de droit pontifical.

HistoriqueModifier

La congrégation est fondée le 31 mai 1881 dans l'hôpital psychiatrique de Ciempozuelos par le Père Benoît Menni (1841 - 1914), frère de l'Ordre des hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu, assisté par deux religieuses, Marie Josefa Recio et Marie Angustias Giménez.

L'institut est approuvé par Mgr Juan de la Cruz Ignacio Moreno y Maisanove, archevêque de Tolède le 27 septembre 1882 (Madrid dépend alors de l'archidiocèse de Tolède, le diocèse de Madrid est créé en 1868 et détaché de Tolède en 1885).

Il reçoit le décret de louange du pape Léon XIII le 25 juillet 1892 et l'approbation finale par le Saint-Siège le 28 novembre 1901, les constitutions sont définitivement approuvés le 16 mars 1908 par le pape Pie X.

FusionModifier

En 2011, la congrégation des sœurs augustines hospitalières de l'Immaculée Conception de Cambrai fusionne avec elles[1]. Cette congrégation était issue de la fusion réalisée en 1845 par le cardinal Giraud, archevêque de Cambrai de maisons autonomes d'augustines qui œuvraient dans les hôpitaux de Lille, Cambrai, Seclin et Comines[2]. En 1965, les augustines hospitalières de Cambrai ont absorbé les augustines de l'hôpital Saint-Gatien de Tours[3].

Activité et diffusionModifier

Les sœurs se consacrent à aider les malades, les handicapés, les personnes âgées, en particulier ceux qui ont des problèmes de santé mentale.

Elles sont présentes :

La maison généralice est à Rome.

Au 31 décembre 2005, la congrégation comptait 1 194 religieuses dans 110 maisons.

Notes et référencesModifier