Sônia Guajajara

militante écologiste brésilienne
Sônia Guajajara
Sônia Guajajara (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
MaranhãoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Sônia Bone de Souza Silva SantosVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
State University of Maranhão (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Articulação dos Povos Indígenas do Brasil (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Ordre du Mérite culturel (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Sônia Guajajara (née le ) est une militante autochtone de la tribu des Guajajara au Brésil œuvrant pour la protection de l'environnement.

BiographieModifier

Sônia Guajajara est née dans un village de l'Amazonie dans la zone de la forêt humide dans l'état du  Maranhão. Elle étudie dans une école d'agriculture dans le Minas Gerais, et poursuit des études en sciences de l'éducation à l'Université Fédérale du Maranhão (en).

Elle est la candidate du Parti Socialisme et Liberté pour la vice-présidence du Brésil, la première autochtone en lice pour ce poste, aux côtés de Guilherme Boulos qui candidate pour la présidence[1]. Elle organise un certain nombre de manifestations en faveur des droits des peuples autochtones au Brésil et joue un rôle important dans l'organisation d'une réunion des personnalités dirigeantes indigènes, avec la présidente du Brésil Dilma Rousseff en 2013[2].

Guajajara est la cheffe de file de Articulação dos Povos Indígenas do Brasil (pt) (l'Articulation des Peuples Indigènes du Brésil), qui représente plus de 300 groupes ethniques indigènes au Brésil[3].

En 2015, elle est nominée pour recevoir le Ordem do Mérito Culturel (Ordre du mérite culturel). Elle reçoit également  la médaille d'honneur de l'État du Maranhão.

Elle est invitée sur scène par Alicia Keys lors de Rock in Rio (Festival) en 2017, où elle s'exprime sur la chanson de Keys  Kill your Mama[4].

 
De gauche à droite, Elizeu Guarani Kaiowá, Nara Baré, Sonia Guajajara, Alberto Terena, Angela Kaxuyana et Kretã Kaingang, membres de l'APIB, à Paris, le 12 novembre 2018, manifestant devant le siège de la banque BNP Paribas, pendant la tournée européenne "Sang Autochtone, pas une goutte de plus".

Du 17 octobre au 20 novembre 2019, Sônia Guajajara voyage dans 12 pays d'Europe dans le cadre de la tournée « Sang Autochtone : pas une goutte de plus »[5], menée par 8 leaders indigènes de l'APIB représentant les 5 régions du Brésil. Cette campagne vise à dénoncer les graves violations perpétrées contre les peuples autochtones et l’environnement au Brésil en nette progression depuis le début de la présidence de Jair Bolsonaro[6]. Pendant l'escale en France, Sônia Guajajara et les autres membres de la délégation de l'APIB renforcés par une centaine de militants français se rassemblent le 12 novembre 2019 devant le siège de la banque BNP Paribas[7] pour dénoncer le rôle des institutions financières françaises dans la destruction de la forêt amazonienne. Une lettre de dénonciation est remise à Bertrand Cizeau, directeur de communication de BNP Paribas.


RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sônia Guajajara » (voir la liste des auteurs).

Article connexeModifier