Rue du Chevaleret

rue de Paris, France

13e arrt
Rue du Chevaleret
Image illustrative de l’article Rue du Chevaleret
Rue du Chevaleret en direction du boulevard Vincent-Auriol, en 2007.
Situation
Arrondissement 13e
Quartier Gare
Début 16, rue Régnault
Fin 79, boulevard Vincent-Auriol
Morphologie
Longueur 1 340 m
Largeur 20 m
Historique
Création Avant XVIIIe siècle
Géocodification
Ville de Paris 1984
DGI 1990
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Chevaleret
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons
Voies ferrées en bordure de la rue du Chevaleret, 2008.
Couvrement des voies ferrées, 2010

La rue du Chevaleret est une voie située dans le quartier de la Gare du 13e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Disposant d'un accès en transports en commun très aisé grâce aux stations Chevaleret de la ligne   , et Bibliothèque François-Mitterrand de la ligne    et de la ligne   , la rue souffre cependant d'un certain isolement, notamment à cause de la présence des voies ferrées menant à la gare d'Austerlitz qui la bordent sur la plus grande partie de sa longueur, et de la configuration topographique des lieux.

En effet, elle se trouve au pied d'une dénivellation naturelle du sol, descendant de la rue de Patay. De plus, l'importante rue de Tolbiac se contente de la traverser par un viaduc et le passage d'une rue à l'autre ne s'effectue qu'au moyen de deux escaliers situés de part et d'autre de ce viaduc.

Cet isolement est amené à s'estomper grâce au développement de la zone d'aménagement concerté ZAC Paris-Rive-Gauche, qui, à terme, recouvrira les voies ferrées d'une dalle qui permettra une liaison directe avec le nouveau quartier Paris Rive Gauche.

Origine du nomModifier

Elle tient son nom d'un lieu-dit de la commune d'Ivry-sur-Seine où elle était située autrefois.

HistoriqueModifier

Avant le XIXe siècleModifier

Peu d'informations sont disponibles quant à l'histoire ancienne de la rue du Chevaleret. Jusqu'à ce que Paris étende ses limites jusqu'au 13e arrondissement en 1860, les terres sur lesquelles se trouvait l'actuelle rue du Chevaleret dépendaient de la commune toute proche d'Ivry-sur-Seine, qui s'étendait alors jusqu'au boulevard Vincent-Auriol (nommé « boulevard de la Gare » jusqu'en 1971).

Jusqu'à l'urbanisation complète du quartier, au XIXe siècle, le secteur était couvert d'exploitations agricoles si l'on se réfère aux cartes de Paris remontant au XVIe siècle. Étant situés au même niveau que les berges de la Seine, ces terrains étaient propices à la culture maraîchère et à la vigne, renommée au Moyen Âge), mais souvent soumis aux crues. Enfin, le secteur environnant était truffé de carrières, exploitées depuis le XVIIe siècle. Les carriers seront les premiers habitants de la rue du Chevaleret. Il faut enfin signaler, depuis le XVIIe siècle au plus tard, la présence de la « croix Jarry » au niveau de l'actuel croisement entre la rue du Chevaleret et la rue Watt. Cette croix aurait commémoré l'assassinat en ce lieu d'un certain Jarry[1].

Il est certain qu'un chemin vicinal empruntait le tracé de l'actuelle rue. On fait référence à un chemin dit « du Chevaleret » en 1670. L'étymologie reste obscure. Deux options sont le plus souvent retenues : ce nom proviendrait du nom du propriétaire des terres ou bien de la nature du petit chemin vicinal qui traversait les vignes, et qui ne permettait que le passage d'un cheval de front. Cette seconde hypothèse semble cependant peu crédible : une famille du nom de Chevaleret (éteinte depuis le milieu du XXe siècle) a en effet vécu à Ivry-sur-Seine. L'origine de ce patronyme peut effectivement prêter à confusion : au Moyen Âge, « chevaleret » pouvait désigner un chevalier de condition modeste ou une personne de son entourage, notamment un écuyer.

Toujours est-il que le chemin du Chevaleret prend son origine dans le faubourg Saint-Victor. Le chemin suivait à l'époque un petit canal reliant la Bièvre à l'abbaye Saint-Victor. L'établissement du Jardin du roi et de la Salpêtrière firent disparaître cette portion du chemin, qui reliait à l'origine l'abbaye à Ivry-sur-Seine.

L'existence du chemin est attestée sur le plan de Roussel en 1730. Avec le mur des Fermiers généraux, l'agglomération parisienne se rapprocha du secteur, avec la barrière d'Italie et de la Gare, mais le secteur demeurait encore le domaine quasi-exclusif des carriers et paysans.

XIXe siècleModifier

Avec l'industrialisation, la rue du Chevaleret devient « […] un corps vif, lardé de cicatrices de toutes les générations, violent et doux en profondeur, toutefois mobile et vigilant, tissé d'invisibles fables[2] […] ».

À partir des années 1850, l'urbanisation de la rue débuta effectivement en parallèle avec le développement très rapide du trafic ferroviaire provenant de la gare d'Austerlitz voisine. Au fur et à mesure que la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans acquiert des terrains le long de la rue et y installe des ateliers d'entretien, la rue commence à se peupler.

 
Maison Lefèvre Fils, atelier d'un artisan tonnelier, no 183 rue du Chevaleret, photographié en 1905.

Tout comme le reste de l'est du 13e arrondissement, la rue du Chevaleret regroupait de nombreux ouvriers : l'urbanisation tardive de ce secteur a permis l'installation d'industries, d'ateliers et d'entrepôts qui ne pouvaient trouver leur place dans le centre historique de Paris, déjà surpeuplé. La proximité des moyens de transports (chemin de fer, port fluvial de Bercy, ligne de Petite Ceinture) permettait un approvisionnement et une expédition aisés. En outre, de nombreux ouvriers habitant rue du Chevaleret travaillaient aux ateliers de la gare d'Austerlitz (situés du côté impair de la rue) et aux usines Panhard et Say toutes proches.

En 1860 l'Œuvre de Saint-Casimir, établissement caritatif pour des ressortissants polonais, s'établissait dans la rue (voir ci-dessous, au no 119.

XXe siècleModifier

 
Rue du Chevaleret vue depuis le boulevard Vincent-Auriol vers 1900.
 
Pavillon des années 1920, au no 25 rue du Chevaleret, à l'angle de la rue Cantagrel (à gauche), en 2011.

Durant la Belle Époque, le quartier est soumis à la délinquance juvénile des apaches, rendant la fréquentation de cette rue encaissée et isolée particulièrement dangereuse.

Symbole du caractère modeste du quartier : en 1934, l'Armée du salut fait construire un foyer par Le Corbusier, qui existe toujours au no 37. Durant la drôle de guerre, Joséphine Baker y accomplit le rôle d'infirmière pilote des Services sanitaires (IPSA), le foyer pour sans-abris étant transformé en lieu d'accueil pour les réfugiés de l'exode de 1940.

Les industries quittant progressivement Paris à partir des années 1950, un nouveau type de population de travailleurs non-ouvriers et immigrés s'y est implanté, rendant la rue plus calme, mais souvent citée dans les rubriques des faits divers.

Léo Malet, en situant l'action d'un de ses romans de la série Nestor Burma, Brouillard au pont de Tolbiac, au milieu des années 1950, rend très bien l'atmosphère du quartier d'alors. Jacques Tardi adaptera d'ailleurs ce roman sous forme de BD.

La rue du Chevaleret ne perdra cette réputation de dangerosité qu'à la fin des années 1990, grâce au renouveau du quartier, impulsé par deux projets distincts qui furent réalisés d'une part sur la friche urbaine précédemment exploitée par la SNCF située au-delà des voies de chemin de fer qui bordent la rue et d'autre part au-dessus de ces mêmes voies ferrées. Le premier fut le « grand projet » de l'État lancé en 1989, sous la présidence de François Mitterrand par un concours pour la construction d'une nouvelle Bibliothèque nationale de France (site Tolbiac), cette dernière ayant été achevée en 1995 après trois années de travaux[3], et mise en service en 1995. Le second fut le projet d'aménagement urbain Paris Rive Gauche initié par la Mairie de Paris sous le mandat du maire Jacques Chirac et approuvé par le Conseil de Paris en 1991. De nouveaux bâtiments avec des appartements, bureaux, magasins et restaurants ont depuis été construits, témoignant d'un procès de gentrification.

Début du XXIe siècleModifier

 
Entrée de la station de métro Bibliothèque François-Mitterrand.

Ces grands projets ont donné un nouveau souffle à la rue. Même si elle souffre encore de son relatif isolement en raison de son encaissement et de la voie ferrée qui la borde, de nombreux travaux de voirie ont été effectués, l'arrivée de la ligne 14 du métro de Paris y permet une circulation plus aisée. La rupture entre le quartier nouveau Paris Rive Gauche et ce quartier ancien est en passe de disparaître, avec le futur recouvrement de la ligne de chemin de fer par une dalle de béton sur laquelle sera construit un ensemble combinant logements, équipements publics, parcs et bureaux, tout en intégrant la halle Freyssinet, symbole du passé industriel du quartier.

Aujourd'hui, la rue du Chevaleret est une des rares voies parisiennes à être franchie par deux rues en surplomb, ici les rues de Tolbiac et des Grands-Moulins.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
No 37 rue du Chevaleret, en 2016
 
L'Œuvre de Saint-Casimir, au no 119.

Notes et référencesModifier

  1. Félix de Rochegude et Maurice Dumolin, Guide pratique à travers le vieux Paris, Paris, Librairie ancienne Édouard Champion, 1923, 627 p., p. 451.
  2. Gilles-Antoine Langlois, Le Treizième Arrondissement, Parigramme, 2000, 226 p. (ISBN 9782840961949).
  3. Dominique Perrault Architecture : « Projets 1989|1995 Bibliothèque Nationale de France », sur le site perraultarchitecture.com.
  4. Site du Théâtre 13.
  5. [PDF]Treize Urbain, le magazine de la SEMAPA, voir p. 16.
  6. « Le Théâtre 13 a inauguré sa nouvelle salle », e.vous.fr.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier