Rue Rodier

voie parisienne

9e arrt
Rue Rodier
Image illustrative de l’article Rue Rodier
Rue Rodier, Paris.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Rochechouart
Début 4, rue Choron
Fin 17, avenue Trudaine
Morphologie
Longueur 485 m
Largeur m
Géocodification
Ville de Paris 8276
DGI 8299
Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Rue Rodier
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Rodier

La rue Rodier est une voie du 9e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue Rodier est une voie publique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle débute au 4, rue Choron et se termine au 17, avenue Trudaine.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom de Jean-Baptiste Rodier (1763-1832), sous-gouverneur de la Banque de France et propriétaire des terrains.

HistoriqueModifier

Cette rue est formée par arrêté du de la réunion de deux rues distinctes :

Rue Neuve-CoquenardModifier

La rue Neuve-Coquenard, formée en 1806, était précédemment en 1790, l'« impasse Coquenard » du nom de son propriétaire. Elle fut appelée « impasse Brutus » sous la République et prolongée, en 1819, jusqu'à la rue Lamartine, avant de prendre le nom de « rue Neuve-Coquenard » à cause de la rue Coquenard qui lui était voisine.

Elle recevait le passage Sifflet qui a été supprimé en 1861 lors de l'ouverture de la rue de Maubeuge.

Rue RodierModifier

La cité Rodier, ouverte en 1833 sur les terrains appartenant à Jean-Baptiste Rodier, devint rue en 1855 et prit alors le nom de « rue Rodier ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • La rue Rodier est citée par Michel Houellebecq dans son roman Les Particules élémentaires. L'un des protagonistes du roman se rend en effet souvent dans cette rue pour y fréquenter les nombreux salons de massage qu'elle compte.
  • No 53 : le photographe Paul Sescau (1858-1926) ouvre ici son premier atelier qu'il quitte en 1896 pour s'installer au 9, place Pigalle.[réf. nécessaire]
  • No 58 : une plaque commémorative signale qu'Émile Reynaud, pionnier du cinéma, vécut dans cet immeuble.
  • Jean et Jeanne Bourgoint, modèles de Paul et de sa sœur, Elisabeth qui inspirèrent l'écrivain Jean Cocteau pour son livre Les Enfants terribles vivaient avec leur mère dans un appartement situé rue Rodier. Jean Bourgoint évoquait « le bagne bien-aimé de la rue Rodier » que, dans la fiction, Jean Cocteau préféra délocaliser Cité Monthiers dans le quartier du Petit Lycée Condorcet qui lui était plus familier.

Notes, sources et référencesModifier


AnnexesModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier