Ouvrir le menu principal

9e arrt
Rue Lamartine
Image illustrative de l’article Rue Lamartine
La rue Lamartine en 2019.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Faubourg-Montmartre
Rochechouart
Début 1, rue de Rochechouart
Fin 2, rue des Martyrs
Morphologie
Longueur 341 m
Largeur 9,2 m
Historique
Dénomination 1848
Ancien nom Rue Coquenard
Rue Notre-Dame-de-Lorette
Rue Coquenard
Géocodification
Ville de Paris 5212
DGI 5291

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Lamartine

La rue Lamartine est une voie du 9e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue Lamartine est une voie publique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle débute au 1, rue de Rochechouart et se termine au 2, rue des Martyrs.

Origine du nomModifier

 
Lamartine.

La voie porte le nom d’Alphonse de Lamartine (1790-1869), poète et homme politique français.

HistoriqueModifier

Cette rue porta primitivement le nom de « rue Coquenard », car le lieu appartenait soit à la famille Le Coq[1] soit parce qu'elle a été ouverte sur le territoire dit « Coquenard » ou « Coquemard[2] ».

Elle prit le nom, au début du XVIIe siècle, de « rue Notre-Dame-de-Lorette » en raison de la construction de la chapelle Notre-Dame-de-Lorette[3] également appelée chapelle des Porcherons et qui fut démolie en 1880[4].

En 1792, elle reprit le nom de « rue Coquenard ».

 
Sur cette carte de 1705, on distingue à l'angle de la rue de la Voirie et de la rue Notre-Dame-de-Lorette la voirie des Porcherons.

En 1812, sous le nom de « rue Coquenard », elle commençait rue de Rochechouart et rue Cadet et finissait rue du Faubourg-Montmartre et rue des Martyrs[2] et était située dans l'ancien 2e arrondissement, quartier du Faubourg-Montmartre[5].

Les numéros de la rue étaient rouges[2]. Le dernier numéro impair était le no 35 et le dernier numéro pair était le no 60.

Par une ordonnance de 1833, la rue est alignée :

« Article 1 — Sont arrêtés ainsi qu'ils sont tracés sur les plans ci-annexés, conformément aux procès-verbaux des points de repère transcrits sur les dits plans, les alignements des voies publiques de Paris ci-après désignées, savoir : rues Beauregard, Bellefond, Bergère, Bleue, Bochard-de-Saron[6], de la Boule-Rouge[7], Buffault, Coquenard, Cretet, Montholon, Papillon, Pétrelle prolongée, Ribouté, Richer, Turgot, avenue Trudaine.
Article 2 — Il sera procédé conformément aux lois et règlements en vigueur, ou tout ce qui pourra concerner soit les réparations d’entretien, soit la démolition, pour cause de vétusté, des bâtiments qui excèdent les alignements ainsi arrêtés, soit les terrains à occuper par la voie publique ou par les particuliers, soit enfin les indemnités qui seront dues de part et d'autre pour la cession de ces terrains.
Article 3 — Notre ministre secrétaire d’État au département du Commerce et des Travaux publics est chargé de l'exécution de la présente ordonnance.
Donné au palais des Tuileries, le 23 août 1833.
Signé : Louis-Philippe Ier. »

Voirie des PorcheronsModifier

La voirie des Porcherons était située à l'angle de la rue Notre-Dame-de-Lorette et de la rue de la Voirie.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 5 : la revue communiste Regards installe brièvement son siège à cette adresse à partir de 1947[8].
  • No 6 : emplacement de la guinguette Le Grand Salon, ainsi nommée car elle pouvait contenir 800 personnes assises environ[2]. Au XVIIIe siècle, cette guinguette, qui était la plus vaste de Paris, était très courue par les gens de la cour qui venaient s'y « encanailler », masqués comme au Carnaval[4],[2].
  • No 23 : ancien emplacement d'une synagogue (1859).
  • No 24 : un des sièges du Parti communiste français y est situé.
  • No 32 : Jacques Ignace Hittorff (1792-1867) y vécut (architecte de la Gare du Nord, du Cirque d'hiver, de la place de la Concorde et des Champs-Élysées).
  • Nos 54-56 : emplacement de la chapelle des Porcherons, également appelée chapelle Notre-Dame-de-Lorette[4],[9].

RéférencesModifier

  1. J. De Gaulle, Nouvelle histoire de Paris et de ses environs.
  2. a b c d et e Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris.
  3. Différente de l'église Notre-Dame-de-Lorette de Paris.
  4. a b et c Gustave Pessard, Nouveau dictionnaire historique de Paris.
  5. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 5e quartier « Chaussée-d'Antin », îlot no 13, cote F/31/75/14, plan 8e quartier « Faubourg-Montmartre », îlot no 12, cote F/31/76/10, îlots nos 13 et 14, cote F/31/76/11.
  6. Partie de la rue Bochart-de-Saron entre l'avenue Trudaine et le boulevard de Rochechouart.
  7. À cette époque, la rue de la Boule-Rouge comprenait la partie qui allait devenir la rue de Montyon.
  8. Jean-Pierre Arthur Bernard, Paris rouge, 1944-1964. Les communistes français dans la capitale, Champ Vallon, 1991, p. 24-27.
  9. « Rue du Faubourg Montmartre, 1866 », sur vergue.com.

AnnexesModifier