Rue Oudinot

rue de Paris, France

7e arrt
Rue Oudinot
Image illustrative de l’article Rue Oudinot
Situation
Arrondissement 7e
Quartier École-Militaire
Début 56, rue Vaneau
Fin 47 bis, boulevard des Invalides
Morphologie
Longueur 325 m
Largeur 9,75 m
Historique
Création 1720
Dénomination Par décret du 30 mai 1851
Ancien nom Chemin Blomet
Chemin Plumet
Rue Plumet
Géocodification
Ville de Paris 6888
DGI 6971
Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Rue Oudinot
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Oudinot
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Oudinot est une voie située dans le quartier de l'École-Militaire du 7e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Longue de 325 m, elle débute au 56, rue Vaneau et se termine au 47 bis, boulevard des Invalides. Elle est en sens unique dans le sens ouest-est.

Le quartier est desservi par les lignes de bus RATP 82 86 92, par la ligne    à la station Vaneau et par la ligne    à la station Saint-François-Xavier.

Origine du nomModifier

 
Nicolas Charles Oudinot.

Cette rue reçut le nom de Nicolas Charles Oudinot (1767-1847), maréchal de France[1] par décret du .

Par métonymie, la « Rue Oudinot » (avec un « R » majuscule) a désigné au début et au milieu du XXe siècle le ministère des Colonies, qui y était situé.

HistoriqueModifier

Cette voie est indiquée sur le plan de Jouvin de Rochefort de 1672 pour sa partie située entre les rues Vaneau et Rousselet.

Anciennement appelée « chemin Blomet » du nom du propriétaire des terrains, cette voie est dénommée « chemin Plumet » et apparaît sur le plan de Jaillot de 1713 sous la dénomination de « rue Plumet » et dans un plan de Jean Beausire en 1720 sous le nom « rue Plumel »[2].

Elle est prolongée entre la rue Rousselet et le boulevard des Invalides par lettres patentes du .

Elle prend sa dénomination actuelle par un décret du .

Cette rue est mentionnée sous le nom de « rue Plumet » — qui était son nom à l'époque — dans le roman Les Misérables[3] de Victor Hugo, ainsi que dans Les Mystères de Paris[4] d'Eugène Sue et dans le roman La Femme de trente ans d'Honoré de Balzac : « Pendant l'un des premiers jours du mois de juin 1844, une dame d'environ 50 ans... se promenait au soleil, à l'heure de midi, le long d'une allée dans le jardin d'un grand hôtel situé rue Plumet à Paris. » (La Femme de trente ans, chapitre VI).

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Derrière la façade lépreuse de l’immeuble sur rue (telle qu’elle apparaît en 2020) se cache un ensemble immobilier de plus de 1500 m2 composé de l’immeuble proprement dit (1000 m2 sur trois niveaux), d’une cour pavée, d’un hôtel particulier de 600 m2 et de 950 m2 de jardins ; l’ensemble, à l’abandon depuis 30 ans, a été vendu aux enchères le par le tribunal de grande instance de Paris pour la somme de 35,1 millions d’euros à un financier français, Jean-Bernard Lafonta ; un contrat de sauvegarde de l’arrondissement oblige le nouveau propriétaire à restaurer l’ensemble à l’identique, lui interdisant de procéder à quelque démolition ou construction que ce soit[8]. La vente clôturait un long épisode judiciaire, puisque les services de la Ville de Paris avaient établi un procès-verbal d'abandon manifeste de parcelle dès le 24 décembre 1998, dont le propriétaire n'avait pas pu obtenir l'annulation devant les juges administratif de première instance et d'appel[9]. L'immeuble avait été acquis le 12 mars 1990, pour une valeur de 42 millions de francs (6,4 millions d'euros), par la société immobilière néerlandaise Beleggingsmaatschappij Belensas BV d'Elisabeth Galard Terraube, membre de la Famille de Galard de noblesse gascogne, épouse Rimonteil de Lombarès, qui demeurait alors 12 rue Oudinot, et de la société Urbinvest dont Elisabeth Galard était la gérante[10],[11]. L'année précédant sa vente en 1990, l'immeuble faisait alors l'objet d'une procédure prévoyant sa démolition[12]. Le 26 février 2020, le personnel d'une entreprise chargée de sécuriser les lieux avant réhabilitation a découvert dans les caves le cadavre momifié d'un homme mort trois décennies plus tôt, Jean-Pierre Renaud, d'un âge estimé entre 35 et 40 ans lors de son décès, qui présentait des traces de fracture et de blessures à l'arme blanche[13].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 206.
  2. Félix Lazare et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, (lire sur Wikisource), Plumet (rue).
  3. « Ni Jean Valjean, ni Cosette, ni Toussaint n’entraient et ne sortaient jamais que par la porte de la rue de Babylone. À moins de les apercevoir par la grille du jardin, il était difficile de deviner qu’ils demeuraient rue Plumet. Cette grille restait toujours fermée. Jean Valjean avait laissé le jardin inculte, afin qu’il n’attirât pas l’attention. » (Les Misérables, tome 4, chapitre 2 : « L'idylle rue Plumet et l'épopée rue Saint-Denis ».)
  4. « Au moment où il rentrait rue Plumet, il vit une voiture de poste s’arrêter devant la porte de l’hôtel : c’était Murph qui revenait de Normandie. » (Les Mystères de Paris, tome 2, chapitre 9 : « Voisin et voisine ».)
  5. [1]
  6. Archives israélites de France, Bureau des Archives Israélites de France, (lire en ligne), p. 574-681
  7. La rue s'appelait alors rue Plumet.
  8. Guillaume Errard, « Le nom du Français qui a acquis cette maison de campagne 35 M€ est connu », Le Figaro, 7 février 2020.
  9. « Décision de la cour administrative d'appel de Paris du 12 décembre 2006 », sur Légifrance
  10. « Cahier des conditions de vente de saisie immobilière », (consulté le 14 juillet 2020)
  11. « Identité de l'entreprise », sur societe.com (consulté le 14 juillet 2020)
  12. Ministère de la Culture, « Archives du cabinet du ministre de la Culture » (consulté le 26 juillet 2020)
  13. Yann Bouchez, « A Paris, l'hôtel particulier, sa cave et son cadavre momifié », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  14. « La mystérieuse affaire Koutiepoff », L'Illustration, no 4536, 8 février 1930, www.fangpo1.com.