Ouvrir le menu principal

Rue Basse-du-Rempart

ancienne voie de Paris
Ne doit pas être confondu avec Rue du Rempart (Paris).

9e arrt
Rue Basse-du-Rempart
(disparue)
Image illustrative de l’article Rue Basse-du-Rempart
La rue est indiquée par la flèche parallèle au boulevard sur le plan de Turgot, quelques années après sa création.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Madeleine
Chaussée-d'Antin
Début Rue de la Chaussée-d'Antin
Fin Place de la Madeleine
Historique
Création XVIIe siècle

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Basse-du-Rempart (disparue)

La rue Basse-du-Rempart est une rue aujourd'hui disparue du 9e arrondissement de Paris.

OdonymieModifier

La rue tient son nom de ce qu'elle longeait le tracé de l'enceinte de Louis XIII, en contrebas.

SituationModifier

La rue était située en bordure nord, "côté campagne" des boulevards de la Madeleine et des Capucines.

HistoireModifier

La rue fait partie des rues basses tracées en contrebas des boulevards ouverts après 1670 lors de la démolition de l'enceinte de Louis XIII à l'emplacement des anciennes fortifications : rue Basse de la porte Saint-Denis au nord du boulevard de Bonne-Nouvelle supprimée en 1836 par comblement du fossé et concession des terrains aux propriétaires riverains, rue Neuve d'Orléans au nord du boulevard Saint-Denis également supprimée en 1836 dans les mêmes conditions, rue des Fossés-Saint-Martin, actuelle rue René-Boulanger au nord du boulevard Saint-Martin, rue Amelot à l'est des boulevards du Temple, des Filles-du-Calvaire et Saint-Antoine (actuel boulevard Beaumarchais). Ces rues étaient séparées du boulevard par un muret ou par un talus.

À l'origine, il était interdit de construire au bord de ces rues à moins de 60 mètres côté faubourg. Cette prescription fut inégalement respectée avec de nombreuses dérogations et le recul imposé par la Ville fut limité à 9 mètres dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

La rue fut supprimée en 1858 lors de l'aménagement du quartier de l'Opéra. Son emplacement est visible boulevard de la Madeleine par l'élargissement du trottoir entre la rue de Sèze et la place de la Madeleine, qui comporte une double rangée d'arbres.[1],[2].

 
L'hôtel Radix de Sainte-Foix.

BâtimentsModifier

  • Thierry Hermès y ouvrit sa première manufacture près de l'église de la Madeleine en 1837.
  • No 8 : emplacement de l'hôtel Radix de Sainte-Foix (autrefois hôtel Bouret de Vézelay), construit par Alexandre-Théodore Brongniart en 1777, orné de sculptures de Clodion[3].
  • No 13 : là se trouvait l'atelier du peintre et graveur Mérigot[4].
  • No 24 : à cette adresse vécut le photographe américain Warren T. Thompson de 1851 à 1853[5].

Notes et référencesModifier

  1. Anne-Marie Châtelet, Michaël Darin et Claire Monod, Les grands boulevards, Action artistique de la Ville de Paris, , 240 p. (ISBN 2 913246 07 9), p. 43-50
  2. Jacques Hillairet, Connaissance du Vieux Paris, t. I, Paris, Éditions Princesse, , 377 p. (ISBN 2-85961-019-7), p. 265.
  3. Jean-Yves Mollier, Martine Reid et Jean-Claude Yon (dir.), Repenser la Restauration, Nouveau Monde éditions, 2005, 375 p. (ISBN 9782847361063). Lire en ligne.
  4. Stanislas (1762-1827 ; comte de) Girardin, « Promenade ou itinéraire des jardins d'Ermenonville, auquel on a joint vingt-cinq de leurs principales vues, dessinées & gravées par Mérigot fils », sur Gallica, (consulté le 21 novembre 2018).
  5. La Lumière, 24 février, 30 juin, 13 octobre 1855, cité par Laure Boyer dans « Robert Jefferson Bingham, photographe du monde de l'art sous le Second Empire », Études photographiques, no 12, novembre 2002, p. 20-24, note no 10. Texte en ligne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier