Rue René-Boulanger

voie parisienne

10e arrt
Rue René-Boulanger
Voir la plaque.
Voir la photo.
Rue René-Boulanger.
Situation
Arrondissement 10e
Quartier Porte-Saint-Martin
Début 16, place de la République
Fin 20, boulevard Saint-Martin
2, rue du Faubourg-Saint-Martin
Morphologie
Longueur 500 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination 1944
Ancien nom Chemin de la Voirie,
Rue des Fossés-Saint-Martin,
Rue Basse-Porte-Saint-Martin,
Rue de Bondy
Géocodification
Ville de Paris 8128
DGI 8143
Géolocalisation sur la carte : 10e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 10e arrondissement de Paris)
Rue René-Boulanger
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue René-Boulanger

La rue René-Boulanger est une voie du 10e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue René Boulanger commence au niveau du 16, place de la République et se termine après 500 mètres aux 20, boulevard Saint-Martin et 2, rue du Faubourg-Saint-Martin. La route de 12 mètres de large rejoint également la porte Saint-Martin à son extrémité.

Origine du nomModifier

Elle rend hommage à René Boulanger (1901-1944), syndicaliste mort pendant la Seconde Guerre mondiale[1].

HistoriqueModifier

La rue a son origine dans le chemin de contrescarpe qui longeait extérieurement la butte Saint-Martin, éminence au bord de l'enceinte de Charles V constituée de dépôts d'immondices, qui fut aménagée en bastion avant 1609 lors des travaux d'améliorations des fortifications de Paris au début du XVIIe siècle. Après la suppression du rempart remplacé par le boulevard Saint-Martin à partir de 1670, ce chemin devint la «rue des Fossés-Saint-Martin » longeant en contrebas au nord (côté campagne) cette voie établie sur le flanc de l'ancien bastion. Après les travaux de nivellement de la chaussée du boulevard, le dernier abaissement datant de 1851, une dénivellation subsiste entre les deux voies. Le tracé arrondi de la rue au départ de la porte Saint-Martin correspond à la forme de l'ancien bastion[2].

Située dans le quartier de la Porte-Saint-Martin, la rue commençait à l'origine rue du Faubourg-Saint-Martin et aboutissait à une voirie qui lui avait fait donner durant un temps le nom de « chemin de la Voirie ». La suppression de cette voirie en 1758 permit son prolongement sous le nom de « rue basse-Saint-Martin ». En 1770, elle est une nouvelle fois prolongée, en ligne droite et parallèlement à la grande allée du Rempart jusqu'à la rue du Faubourg-du-Temple avec « une largeur de 30 pieds (9,14 mètres) ». Elle prit, en , le nom de « rue de Bondy[3] ».

La rue fut principalement bâtie entre 1770 et 1840 sous les règnes de Louis XVI et Louis-Philippe.

La place de la République aménagée dans les années 1860 absorba son tronçon est qui débouchait sur la rue du Faubourg-du-Temple.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Panneau de la rue.

Grâce à l'initiative des habitants et des commerçants, et pour limiter le stationnement, elle a été « végétalisée » en .

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Mairie de Paris, « Recherche des rue de Paris - Rue René-Boulanger », sur v2asp.paris.fr (consulté le ) : « Orig. du nom. René Boulanger (1901-1944), syndicaliste, incarcéré et tué par les Allemands à la prison de Nantes. ».
  2. Renaud Gagneux, Denis Prouvost,, Sur les traces des enceintes de Paris : promenades au long des murs disparus, Paris, Parigramme, , 241 p. (ISBN 2-84096-322-1), p. 108-109
  3. Pierre-Thomas-Nicolas Hurtaut, Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, p. 398.
  4. Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française, au XIXe siècle, Paris, Madame Vergne, , 709 p. (lire en ligne), p. 216.
  5. Site du théâtre, www.petitsaintmartin.com.
  6. [Guillebon 1988] Régine Plinval de Guillebon, La manufacture de porcelaine de Guérhard et Dihl, dite du duc d'Angoulême, The French porcelain society (no 4), , 22 p. (lire en ligne [PDF] sur thefrenchporcelainsociety.com), p. 2, 8.
  7. Le Canard enchainé des 11 et 18 juillet 1917 et des 9 et 16 novembre 1921.
  8. Cf. « Pitch Promotion et le Groupe Boissée Finances inaugurent l’hôtel « Renaissance Paris République » – Marriott 5* », sur Galivel & associés, (consulté le ) ou la mention dans « Bleu blanc », sur La façade au carré, (consulté le )
  9. « Street Art: Les guerriers Bantu, Gardiens de la rue Boulanger », sur Artsper magazine (consulté le )
  10. « Paris va rendre hommage à Cleews Vellay, l'emblématique président d'Act Up-Paris », sur KOMITID, (consulté le )
  11. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, 2004, t. II, p. 334.
  12. « Mon frère était marié ; il demeurait chez son beau-père, le président de Rosanbo, rue de Bondy. Nous convînmes de nous placer dans son voisinage : par l'entremise de M. Delisle de Sales, logé dans les pavillons de Saint-Lazare, au haut du faubourg Saint-Denis, nous arrêtâmes un appartement dans ces mêmes pavillons. »
  13. Site de l'hôtel, www.hotelprovidenceparis.com.