Royaume de Shu

ancien pays de l'antiquité, pendant les trois royaumes de Chine
(Redirigé depuis Royaume des Shu)
Royaume de Shu ou Shu Han
(zh) 蜀 (shǔ) ou 蜀漢 (shǔhàn)

221263

Description de cette image, également commentée ci-après
Territoires des Trois Royaumes de Chine en 262.
Le royaume de Shu est représenté en rouge.
Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Chengdu
Langue(s) Chinois
Religion Bouddhisme, Taoïsme, Confucianisme, Religion traditionnelle chinoise
Monnaie Anciennes monnaies chinoises
Démographie
Population 940 000 (Estimation)
Histoire et événements
221 Création
263 Conquête de Shu par le Royaume de Wei
Empereurs
221 - 223 Liu Bei
223 - 263 Liu Shan

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le royaume de Shu (蜀, shǔ) ou Shu-Han (traditionnel : 蜀漢 ; simplifié : 蜀汉 ; shǔhàn) était un royaume situé à l’extrême sud-ouest de la Chine fondé par Liu Bei et Zhuge Liang en 221. Avec ceux du Wei au nord et du Wu au sud-est, il faisait partie des trois Royaumes se partageant le territoire de la Chine durant la période éponyme. Il fut annexé par le royaume de Wei en l’an 265, marquant ainsi le début de la dynastie Jin. Quelques années plus tard, la conquête du Wu par le Jin achève la réunification de la Chine.

HistoireModifier

Fondation du royaume et règne de Liu BeiModifier

Pendant le déclin de la dynastie Han, Liu Bei, un parent éloigné de l'empereur, fédéra des hommes de talent et, suivant les conseils de Zhuge Liang, s'empara d'une partie de la province de Jing[1], de l'intégralité de celle de Yi[2], ainsi que de la ville de Hanzhong. En 219, le général Lü Meng, agissant pour le compte de Sun Quan du Wu, s'empara de la plupart des territoires contrôlés par Liu Bei dans la province de Jing. Peu après, le général de confiance de Liu Bei, Guan Yu, fut capturé, puis exécuté par les troupes de Sun Quan après sa défaite lors de la Bataille de Fancheng. Après que Cao Pi ait détrôné l'empereur Xiandi et proclamé la dynastie Wei, Liu Bei s'autoproclama empereur de Chine, successeur de la dynastie Han et dirigeant réel de la Chine en 221. Même si Liu Bei se dit fondateur de la dynastie Shu Han, il affirmait seulement poursuivre l'héritage des précédents empereurs Han.

En 222, le premier conflit majeur de la période des Trois Royaumes de Chine commença. Liu Bei attaqua avec 100 000 hommes le Royaume de Wu pour venger la mort de Guan Yu et Zhang Fei. Il fut vaincu à la bataille de Yiling, en raison de graves erreurs tactiques. Son camp fut incendié et ses troupes, à l'origine en surnombre, furent décimées. Il survécut à ce désastre et s'enfuit vers Baidi, mais il y tomba malade et mourut l'année suivante. Son fils Liu Shan lui succéda.

Règne de Liu Shan et chute du royaumeModifier

 
Image datant de la dynastie Qing et représentant une bataille entre le Wei et le Shu sur les rives de la rivière Wei, lors d'un des nombreux conflits entre les deux royaumes, pendant la période des Trois Royaumes.

La régence de Zhuge LiangModifier

Liu Shan, le fils de Liu Bei, succéda à son père à l'âge de 16 ans, ce qui faisait de lui le plus jeune des dirigeants des trois royaumes. Avant de mourir, Liu Bei a eu le temps de choisir le chancelier de Shu Zhuge Liang et le général Li Yan comme régents pour aider Liu Shan à diriger le royaume de Shu.

Zhuge Liang était le dirigeant de facto du royaume au début du règne de Liu Shan et était responsable de la plupart des choix politiques de Shu pendant sa régence. Lorsque Liu Shan a succédé à son père, le Shu était la plus faible des trois grandes puissances. Après la défaite de 222, la partie de la province de Jing qui était précédemment détenue par le Shu était maintenant sous le contrôle de Wu. le royaume de Shu ne comprenait que la partie ouest de la province de Yi, tandis que Wei contrôlait la partie nord de cette province et le Wu la partie est. Cela a grandement limité le Shu en termes de ressources et de main-d'œuvre. Pour redresser la situation, Zhuge Liang commence par placer à des postes clefs des hommes en qui il avait toute confiance, tels que Fei Yi, Dong Yun, Guo Youzhi et Xiang Chong; afin d'assurer au Shu un gouvernement efficace et quasiment exempt de corruption. Ensuite, il a mis tout en œuvre pour faire la paix avec le Wu, et a réaffirmé l'alliance entre Sun Quan et le Shu. Et lorsque Sun Quan a rompu avec le Wei en 229 en se déclarant "Empereur de Wu"; le Shu reconnait immédiatement sa légitimité.

La population de Shu n'était pas assez importante pour permettre au royaume de rivaliser avec son ennemi, le Wei[3]. Même si le Shu pouvait se défendre efficacement, il n'avait pas la capacité à lancer contre son rival une campagne pouvant déboucher sur une victoire. La première étape pour résoudre ce problème fut de lancer en 225 une offensive contre le Nanman, une zone située dans l'actuelle province du Yunnan. Cela assura d'avoir une base de recrutement plus importante pour l'armée, ainsi que plus d'esclaves et le contrôle du commerce avec l'Inde[3].

Après cette expédition, Zhuge Liang appliqua sa politique visant à conquérir le Royaume de Wei, non seulement pour les terres fertiles du nord, mais aussi pour renverser le gouvernement et restaurer la légitimité de la dynastie Shu Han. Il lança donc à partir de 228 plusieurs invasions vers le nord, qui échouèrent toutes. Finalement, il mourut de maladie en 234 au cours de la cinquième tentative, après avoir désigné Jiang Wan pour lui succéder et Fei Yi pour succéder à Jiang Wan le moment venu.

Les successeurs de Zhuge Liang et la chute du royaumeModifier

Conformément aux désirs du mourant, Jiang Wan devint le nouveau régent du Shu. C'était un administrateur compétent, qui a poursuivi la politique intérieure de son prédécesseur, assurant un gouvernement toujours efficace et une corruption toujours quasi inexistante. Il était également connu pour sa capacité à prendre en compte les avis autres que le sien et son humilité. Par contre, le nouveau régent n'avait pas les compétences militaires de l'ancien. Rapidement, Jiang Wan a abandonné la politique d'agression permanente contre le Wei, et en 241 il a fait se replier la plupart des troupes stationnées à la grande ville-frontière de Hanzhong vers le comté de Fu[4]. À partir de cette date, le Shu resta la plupart du temps sur la défensive et ne représenta plus une menace pour le Wei.

Lorsque la nouvelle de ces mouvements de troupes arrivèrent au Wu, la plupart des membres de la cour les interprètent comme un signe prouvant que le Shu voulait abandonner l'alliance entre les deux royaumes, pour signer un traité avec le Wei. A contrario, Sun Quan, l'empereur du Wu, comprit parfaitement qu'il s'agissait d'un signe de faiblesse de la part du Shu et non de la fin de l'alliance.

En 243, Jiang Wan tomba malade et transmit la plupart de ses pouvoirs à Fei Yi et Dong Yun, l'assistant de ce dernier. Ainsi, lorsque Cao Shuang, le régent du Wei, attaqua Hanzhong en 244, c'est Fei Yi qui dirigea les troupes qui infligèrent une défaite majeure au Wei lors de la bataille de Xingshi. Malgré tout, Jiang Wan resta très influent jusqu'à sa mort en 245. Peu après Jiang Wan, Dong Yun mourut à son tour; ce qui profita à Huang Hao, un eunuque qui faisait partie des proches de Liu Shan et que Dong Yun maintenait à l'écart du pouvoir. Huang Hao était considéré comme un manipulateur corrompu, ce qui n’empêcha pas son pouvoir d'augmenter après la mort de Dong. Il commençait à s'ingérer dans les affaires du royaume, au prix d'une détérioration de l'efficacité étatique, qui était la marque de fabrique du Shu depuis la régence de Zhuge Liang.

Après les morts de Jiang Wan et Dong Yun, Liu Shan a nommé Jiang Wei assistant de Fei Yi. Dans les faits, les deux hommes se préoccupaient surtout des affaires militaires, pendant que l'empereur s'impliquait de moins en moins dans les affaires civiles, ce au profit de Huang Hao dont l'influence était de plus en plus importante. Dés qu'il arriva à son nouveau poste, Jiang Wei voulut renouer avec la politique étrangère de Zhuge Liang et recommencer à attaquer le Wei. Fei Yi approuvait en partie cette stratégie, et autorisa Jiang Wei à organiser des raids sur les frontières du Wei. Par contre, il ne lui accordait qu'un nombre limité de soldats pour ses attaques, car il jugeait que le Shu n'avait pas les moyens pour une confrontation à grande échelle contre le Wei.

En 253, Fei Yi est assassiné par le général Guo Xun (郭循). Guo est un général du Wei, qui avait été forcé de se rendre lors d'une bataille et avait joué le jeu de l'allégeance au Shu, tout en restant fidèle au Wei. Profitant d'une fête, Guo Xun révéla son vrai visage en tuant Fei Yi, espérant ainsi porter un coup mortel au Shu. À partir de cette date, la réalité du pouvoir est entre les mains d'un triumvirat : l’eunuque Huang Hao et Zhuge Zhan, le fils de Zhuge Liang, contrôlent les affaires civiles, pendant que le général Jiang Wei devient l'autorité militaire suprême du royaume.

Depuis 247, Jiang Wei tentait à son tour de conquérir le Wei lors d'une série d'expéditions, qui deviennent plus nombreuses et violentes après 253. Mais il fut repoussé à chaque fois, comme Zhuge Liang en son temps.

En 263, Wei profita de la faiblesse de Shu et l'attaqua à son tour. Grâce à la brillante stratégie des généraux de Wei, Zhong Hui et Deng Ai, le Hanzhong et la capitale Chengdu tombèrent rapidement entre leurs mains. Jiang Wei capitula face à Zhong Hui, qu'il essaya d'inciter à se rebeller contre Deng Ai, dans l'espoir de relancer Shu Han, en essayant de tirer profit des temps chaotiques et de ramener l'empereur Liu Shan au pouvoir. Cependant son plan échoua et il fut tué, ainsi que Hui Zhong et Deng Ai, par leurs soldats. Tout de suite après, l'empereur Liu Shan fut capturé et amené dans la capitale de Wei, Luoyang, où il reçut le titre de duc d'Anle (安乐公 ; signifiant duc de confort) et prit sa retraite en paix. De nombreux réfugiés tels que des nobles et des soldats s'enfuirent vers l'ouest jusque chez les Sassanides lorsque Shu Han tomba en 263[5].

ÉconomieModifier

 
Musicien du royaume de Shu. Statuette funéraire mingqi, de terre cuite.

Le Shu avait beau être le plus faible des trois royaumes, son économie n'était pas sous-développée pour autant[3].

En effet, il ne fut pas seulement une nation de guerre et pendant les années de paix, on effectua des travaux d'irrigation et de construction de routes afin d'améliorer l'économie. Plusieurs de ces infrastructures publiques existent encore et sont largement utilisées. Par exemple, le projet de contrôle des eaux de Zipingpu existe toujours, près de Chengdong dans la province du Sichuan. Ces travaux ont ainsi amélioré l'économie du sud-ouest de la Chine et peuvent être considérés comme le commencement de l'activité économique dans la région. Ils permirent également de commercer avec le royaume voisin de Wu.

Dans un autre registre, la conquête du pays des Nanman a permis au Shu de prendre le contrôle des routes commerciales terrestes avec l'Inde, une source de revenus non négligeable[3].

Empereurs du Royaume de ShuModifier

nom posthume nom de famille (en gras) et nom propre Règne noms d’ère et leurs dates de début et fin Notes
Empereur Zhaolie
昭烈皇帝
Liu Bei
劉備
221-223
  • Zhangwu
    章武 (221-223)
Fondateur du royaume, Liu Bei mourut en 223 après avoir tenté de reconquérir la province de Jing contre Sun Quan. Il est aussi appelé l'«Ancien Seigneur» (先主) dans certains textes historiques.
Empereur Xiaohuai
Liu Shan
劉禪
223-263
  • Jianxing
    建興 (223-237)
  • Yanxi
    延熙 (238-257)
  • Jingyao
    景耀 (258-263)
  • Yanxing
    炎興 (263)
Fils de Liu Bei, Liu Shan est souvent dépeint comme un dirigeant incapable, qui laisse le pouvoir réel à ses premiers ministres. En 265, lorsque Wei attaque le Royaume, l'empereur capitule sans résistance dès que les troupes ennemies approchent de sa capitale. Pendant la dynastie Jin, il reçoit de manière posthume le titre de "Duc Si d'Anle" (安樂思公). Il est ensuite honoré comme l'"Empereur Xiaohuai" (孝懷皇帝) par Liu Yuan (empereur) (en), le fondateur du Han Zhao, un des États de la période des Seize Royaumes. Il est aussi appelé le "Seigneur Tardif" (後主) dans certains textes historiques.

Impératrices du Shu HanModifier

Femme de Liu BeiModifier

  • Impératrice Mu, comme aussi sous le nom d'Impératrice Wu (221 à 223)

Femmes de Liu ShanModifier

  • Impératrice Zhang, connue aussi sous le nom d'Impératrice Jing'ai (223 à 237)
  • Impératrice Zhang (237 à 263)

Liste des territoires du Shu HanModifier

Province de Yi (益州)
Commanderies Xian
Shu
Chengdu
成都
Fan
Jiangyuan
江原
Linqiong
臨邛
Pi
Zitong
梓潼
Zitong
梓潼
Fu
Hande
漢德
Hanshou
漢壽
Boshui
白水
Guanghan
廣漢
Luo
Shifang
什邡
Mianzhu
綿竹
Xindu
新都
Yangquan
陽泉
Han
Qi
Deyang
德陽
Wucheng
五城
Guanghan
廣漢
Wenshan
汶山
Wenshan
汶山
Jiandi
湔氐
Du'an
都安
Miansi
綿虒
Pingkang
平康
Canling
蠶陵
Guangrou
廣柔
Boma
白馬
Ba
Jiangzhou
江州
Dianjiang
墊江
Linjiang
臨江
Zhi
Baxi
巴西
Langzhong
閬中
Xichong
西充國
Nanchong
南充國
Hanchang
漢昌
Xuanhan
宣漢
Anhan
安漢
Dangqu
宕渠
Badong
巴東
Yong'an (Yufu)
永安 (魚復)
Quren
朐忍
Yangqu
羊渠
Beijing
北井
Handan
漢單
Wu
Fuling
涪陵
Hanfu
漢復
Fuling
涪陵
Hanping
漢平
Hanjia
漢葭
Wanning
萬寧
Jianwei
犍為
Wuyang
武陽
Nan'an
南安
Bodao
僰道
Zizhong
資中
Niubing
牛鞞
Jiangyang
江陽
Jiangyang
江陽
Fu
Han'an
漢安
Hanjia
漢嘉
Hanjia
漢嘉
Xi
Yandao
嚴道
Maoniu
旄牛
Territoires conquis par le Shu sur le Wei
Commanderies Xian
Hanzhong
漢中
Nanzheng
南鄭
Baozhong
褒中
Mianyang
沔陽
Chenggu
成固
Nanxiang
南鄉
Wudu
武都
Xiabian
下辯
Hechi
河池
Ju
Wudu
武都
Gudao
故道
Qiangdao
羌道
Yinping
陰平
Yinping
陰平
Pingguang
平廣
Province de Nanzhong (南中)
Commanderies Xian
Zhuti
朱提
Zhuti
朱提
Nanguang
南廣
Hanyang
漢陽
Nanchang
南昌
Tanglang
堂狼
Yuexi
越巂
Huiwu
會無
Qiongdu
邛都
Beishui
卑水
Dingzha
定苲
Taideng
臺登
Anshang
安上
Xindao
新道
Qianjie
潛街
Sanfeng
三縫
Suqi
蘇祁
Chan
Zangke
牂柯
Qielan
且蘭
Tanzhi
談指
Yelang
夜郎
Wulian
毋斂
Bi
Pingyi
平夷
Guangtan
廣談
Yunnan
雲南
Yunnan
雲南
Longdong
梇棟
Qingling
青蛉
Gufu
姑復
Xielong
邪龍
Yeyu
楪榆
Suijiu
遂久
Xinggu
興古
Juting
句町
Wanwen
宛溫
Louwo
漏臥
Bengu
賁古
Hanxing
漢興
Jincheng
進乘
Xifeng
西豐
Xisui
西隨
Duofeng
鐸封
Jianning
建寧
Wei
Cun (Mayi)
存 (馬邑)
Mudan
母單
Tonglai
同瀨
Muma
牧麻
Guchang
穀昌
Lianran
連然
Qinzang
秦臧
Shuangbai
雙柏
Yuyuan
俞元
Xiuyun
修雲
Dianchi
滇池
Tonglao
同勞
Tongjing
同井
Shengxiu
勝休
Jianling
建伶
Yongchang
永昌
Buwei
不韋
Yongshou
永壽
Bisu
比蘇
Nanfu
南涪
Suitang
巂唐
Ailao
哀牢
Bonan
博南

RéférencesModifier

  1. Ce qui correspond actuellement aux provinces du Hubei et du Hunan
  2. Ce qui correspond actuellement a la province du Sichuan
  3. a b c et d (en) Wolfram Eberhard, A History of China, University of California Press, , 388 p. (ISBN 0-520-03268-3, lire en ligne), p. 112
  4. 涪縣; ce comté correspond à l'actuel Mianyang, Sichuan
  5. Atlas historique du monde classique de -500 à 600, de John Haywood, copyright 1998 Andromeda Oxford Ltd, (ISBN 0-7607 -1973-X) (livre relié), (ISBN 0-7607-1974-8) (livre de poche), section 2.25

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :