Ouvrir le menu principal

Puccinia graminis

Puccinia graminis est une espèce de champignons basidiomycètes de la famille des Pucciniaceae. Cette espèce parasite le blé chez lequel elle provoque la maladie de la « rouille noire ».

Sommaire

Historique de la lutteModifier

En 1944, un phytopathologiste américain, Norman Borlaug, se rendit au Mexique pour lutter contre une épidémie de rouille noire à l'origine d'une famine généralisée. En croisant différentes variétés de blé du monde entier, il obtint un hybride résistant à la rouille et à haut rendement.

Cependant, la souche virulente Ug99[1],[2] du parasite, nommée ainsi parce qu'elle fut identifiée pour la première fois en Ouganda en 1999, a été responsable d'importantes pertes de rendement dans des cultures de blé d'Afrique de l'Est et les autres pays cités plus bas depuis son apparition. Progressivement, elle a gagné le Kenya, l'Éthiopie, le Soudan et le Yémen. En 2007, elle a traversé le golfe Persique pour atteindre l'Iran.

Des experts du Centre de référence mondial sur la rouille (GRRC) à l’université d’Aarhus et du Centre international pour l’amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) ont mis en garde en 2016 contre de nouvelles souches de rouille très agressives, parmi lesquelles une souche de rouille noire baptisée TTTTF qui a frappé la Sicile en 2016[3].

DescriptionModifier

 
Cycle évolutif de P. graminis

Le champignon, classé parmi les Basidiomycètes, prend successivement quatre aspects : de petites fructifications ressemblant à des pycnides produisent des spores appelées spermaties. Ces spores haploïdes vont permettre la formation d'un dicaryon. Ce dicaryon forme ensuite une structure appelée Aecidium qui produit des écidiospores. Ces écidiospores germent et forment des sores qui produiront des urédospores puis des téleutospores. Les sores à urédospores se rencontrent surtout sur la tige. Les téteutospores sont pédicellées et bicellulaires[4].

Cycle de reproductionModifier

Anton de Bary a décrit le cycle de cette rouille hétéroxène macrocyclique. Hétéroxène signifie que deux hôtes sont obligatoires pour boucler le cycle évolutif. Ici l'hôte principal est une graminée. Macrocyclique signifie que les quatre stades sont présents : spermatie, écidiospore, urédospore et téleutospore. C'est dans les téleutospores qu'a lieu la méiose.

L'hôte secondaire (écidien) est l'épine vinette Berberis vulgaris. L'éradication de l'épine vinette a beaucoup contribué au recul de la maladie. Les épines vinette sont contaminées au début du printemps lorsqu'elles commencent à bourgeonner et les écidies sont mûres à partir du mois de mai[4].

DisséminationModifier

Cet agent phytopathogène est inscrit sur la liste établie par le groupe Australie[5].

Notes et référencesModifier

  1. Une épidémie de rouille noire, redoutable parasite du blé, menace les grands pays céréaliers d'Asie (Le Monde.fr 21.04.2008 16.39)
  2. « Une lutte mondiale se met en place pour contrer la rouille du blé, l’Ug99 », Référence environnement,‎
  3. (en) Jens Grønbech Hansen, « Risk of wheat stem rust in Mediterranean Basin in the forthcoming 2017 crop season following outbreaks on Sicily in 2016 », sur Global Rust Reference Center (GRRC) (consulté le 3 août 2019)
  4. a et b Georges Viennot-Bourgin, Les champignons parasites des plantes cultivées,
  5. « Liste des agents phytopathogènes réglementés à l'exportation », sur www.australiagroup.net, (consulté le 10 février 2015)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier