Ouvrir le menu principal

Ronja von Rönne

autrice et animatrice de télévision allemande
Ronja von Rönne
Ronja von Rönne Leipziger Buchmesse 2017.jpg
Ronja von Rönne à la Foire du livre de Leipzig
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (26 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Université Louis-et-Maximilien de Munich
Pensionnat rural public de Marquartstein (en) (jusqu'en )
Université de Hildesheim (baccalauréat universitaire) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Rönne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Genres artistiques
Belles-lettres (d), feuilleton (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sites web
Blog officiel
Distinction
Prix Axel-Springer (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Ronja Larissa von Rönne, née le  à Berlin, est une écrivaine, journaliste, blogueuse et animatrice de télévision allemande.

BiographieModifier

FormationModifier

Née à Berlin, Ronja von Rönne grandit en Haute-Bavière dans la commune de Grassau. Elle obtient en 2011 son baccalauréat au lycée de Marquartstein[1],[2]. Elle étudie ensuite à l'Université Louis-et-Maximilien de Munich, d'abord le spectacle vivant, puis le journalisme et le droit. À cette époque, suite à une surdose de LSD, elle souffre d'une pharmacopsychose qui provoque chez elle dépression et crises d'angoisse aigüe[3],[4]. Elle poursuit durant un mois par des études de journalisme à l'Université de Vienne[5]. Enfin elle commence en 2013 des études d'écriture créative et de journalisme culturel à l'université de Hildesheim mais interrompt son cursus.

Blogueuse, journaliste et écrivaineModifier

Blogueuse depuis 2012, Ronja von Rönne publie en ligne ses billets sur son Sudelheft (littéralement cahier brouillard). Dès la première année, son blog fait l'objet d'un article dans les pages jeunesses du Süddeutsche Zeitung[6].

Conseillère de rédaction pour le quotidien Die Welt à partir de février 2015, elle publie en avril 2015, dans le cadre d'un débat intitulé « Avons-nous toujours besoin du féminisme ? », organisé par la rédaction sur les opinions radicales, un article intitulé « Pourquoi le féminisme m'écœure », dans lequel elle se définit antiféministe : « Je ne suis pas féministe, je suis égoiste. »[7] Pour son texte elle aurait dû recevoir le premier Prix Axel-Springer. Elle prend toutefois ses distances avec son texte et refuse cette récompense[8] : « Mon dessein n'a jamais été de devenir la figure de proue de l'antiféminisme. Mon texte était une critique impulsive dans le cadre particulier d'un débat et ne devrait pas être considéré comme une profession de foi. Certaines phrases sont équivoques et prêtent tellement à malentendu, que je ne peux pas accepter cette récompense. » Marc Thomas Spahl, directeur de la société organisatrice, l'Académie Axel-Springer, s'est félicité de l'attitude de Ronja von Rönne : « Nous trouvons son attitude autocritique, à la base de cette décision, tout à fait exemplaire. »[9]

En septembre 2017 Ronja von Rönne annonce la fin de sa collaboration au 1er octobre avec la rédaction du quotidien Die Welt[10] et son arrivée dans les colonnes et sur le site internet du quotidien Die Zeit[11].

En 2015, elle est invitée par le journaliste et critique littéraire Hubert Winkels à concourir pour le Prix Ingeborg-Bachmann à Klagenfurt. Là, elle lit son texte publié par le Welt am Sonntag.

La même année elle apparait dans le clip du premier morceau du second album Bussi Baby du groupe de pop autrichien Wanda[12].

Elle devient écrivaine début 2016 avec la publication aux éditions Aufbau de son premier roman intitulé Wir kommen (On arrive). En février 2017, elle publie chez S. Fischer son second ouvrage Heute ist leider schlecht: Beschwerden ans Leben (Aujourd'hui malheureusement ça va mal : doléances à la vie), une sélection de ses chroniques de l'édition dominicale de Die Welt et de son blog Sudelheft, complétée de textes originaux.

Animatrice de télévisionModifier

A l’occasion des élections fédérales allemandes de 2017, elle coanime en sur Das Erste Überzeugt uns! (Convainquez-nous !), une émission-débat où des personnalités politiques répondent aux question de jeunes électeurs[13]. À partie d’, elle anime, à tour de rôle avec Jonas Bosslet et Milosz Paul Rosinski, l'émission Streetphilosophy diffusée sur Arte[14],[15].

Elle vit tantôt à Berlin, tantôt en Haute-Bavière à Grassau[16].

ŒuvresModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Verabschiedung der Abiturienten des letzten G9 Jahrganges., Staatliches Landschulheim Marquartstein, Mai 2011
  2. Autorenseite: Ronja von Rönne., Die Welt, Axel Springer SE, Septembre 2016
  3. Ronja von Rönne bei "Hörbar Rust" am 03.04.2016 Min.: 38:18-40:09., radioeins.de, Radio Eins, Avril 2016
  4. Georg Diez, Schmollmundfatalismus., Der Spiegel, SPIEGEL-Verlag Rudolf Augstein GmbH & Co. KG, Septembre 2016
  5. Ronja von Rönne bei "Willkommen Österreich" am 26.04.2016., YouTube, Avril 2016
  6. Carolina Heberling, Neues von der „Generation Glibber“., Süddeutsche Zeitung, Süddeutscher Verlag, Septembre 2016
  7. Ronja von Rönne, Warum mich der Feminismus anekelt, Die Welt, Axel Springer SE, Avril 2015
  8. Ronja von Rönne lehnt Axel-Springer-Preis ab., Die Welt, Axel Springer SE, Mai 2016
  9. David Denk, "Vorbildlich"., Süddeutsche Zeitung, Süddeutscher Verlag, Mai 2016
  10. Ronja von Rönne, Ronja von Rönnes Abschiedsbrief an die WELT., Die Welt, Septembre 2017
  11. Nach zwei Jahren bei der Welt: Ronja von Rönne wechselt zur Zeit › Meedia., Septembre 2017
  12. Wanda: "Wer Ronja anrührt, stirbt!", laut.de, Août 2015
  13. Markus Ehrenberg, Nicht überzeugend: Der Politiker-Check im Ersten., Der Tagesspiegel, Verlag Der Tagesspiegel GmbH, Août 2017
  14. Sidney Schering, Ronja von Rönne steigt bei «Streetphilosophy» ein, quotenmeter.de, 3.
  15. Streetphilosophy – Strebe nach Macht!, arte.tv, abgerufen am 8.
  16. Ronja von Rönne., aufbau-verlag.de., Aufbau-Verlag, Septembre 2016