Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drago.
Roland Drago
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Tribunal suprême
-
Président
Société de législation comparée
-
Albert Brunois (d)
Secrétaire général
Société de législation comparée
-
Ange Blondeau (d)
Xavier Blanc-Jouvan (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Roland Drago, né le à Alger et mort le [1] à Paris, est un juriste français.

Professeur émérite de l'Université Panthéon-Assas (Paris II), membre de l'Institut de France (Académie des sciences morales et politiques, section « Législation, droit public et jurisprudence ») à partir de 1990, président de l'Académie en 2000, il est également membre pendant plusieurs années du bureau de l'Institut français des sciences administratives (IFSA).

Sommaire

BiographieModifier

Roland Drago, agrégé des facultés de droit, a d'abord été détaché à l'Institut des hautes études de Tunis de 1950 à 1954. Puis il a été professeur à la faculté de droit de Lille de 1954 à 1965, et enfin à l'université Paris II Panthéon-Assas à partir de 1965. Il a, par ailleurs, accompli trois mandats au Comité consultatif des Universités et au Comité national du CNRS[2].

Il a été membre du Club de l'horloge[3].

Il a enseigné à l'École nationale d'administration dès 1960, ainsi qu'à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr de 1983 à 1987.

Ancien président du Centre d'études et de recherches de science administrative, il y demeure chercheur honoraire[4].

Il a, en parallèle de son métier universitaire, exercé la fonction d'expert des Communautés économiques européennes de 1963 à 1964, du ministère de l'Économie et des Finances de 1973 à 1974, du ministère de la Justice en 1974, conseiller juridique du ministère des Universités de 1977 à 1981, membre de la délégation française à la Conférence générale de l'UNESCO en 1980 et expert du ministère des DOM-TOM en 1987.

Secrétaire général de la Société de législation comparée de 1964 à 1977, il la préside de 1979 à 1983.

Roland Drago a été président du Tribunal suprême de Monaco de 1998 à 2007, après en avoir été juge en 1975 et vice-président. En 2000, il est président de l'Académie des Sciences morales et politiques[5].

Il vice-préside Enseignement et Liberté jusqu'en 2007[6].

ŒuvresModifier

  • Les Crises de la notion d'établissement public (thèse), 1950
  • Traité de contentieux administratif, 2 volumes (en collaboration), 1962
  • Traité du droit de la presse (en collaboration), 1969
  • Encyclopédie de droit administratif. I- Contentieux administratif, II- Responsabilité de la puissance publique (en collaboration), 1983-1985
  • Traité des recours en matière administrative (en collaboration), Litec, 1992 (ISBN 2711120783)
  • Souveraineté de l’État et interventions internationales (sous la direction de), 1996
  • L'unité du droit, Economica, 1996 (ISBN 2717830553)
  • Dictionnaire biographique des membres du Conseil d'État, 1799-2001, Fayard, 2001 (ISBN 2213606935)
  • La confection de la loi (en collaboration), PUF, 2005 (ISBN 2130546188)

RéférencesModifier

  1. [1]
  2. Consulter sa notice biographique sur le site de l'Académie des sciences morales et politiques [2]
  3. « Quand l'extrême droite se met en culture (suite) », sur reflexes.samizdat.net, .
  4. Voir la rubrique du site du CERSA dédiée aux enseignants chercheurs [3]
  5. http://www.socgeo.org/necrol.htm
  6. http://www.enseignementliberte.org/index.php/lettre-d-enseignement-et-liberte/articles/335-lettre-n-104-2-eme-trimestre-2011.

Liens externesModifier