Roger de Leybourne

Sir Roger de Leybourne (1215-1271) est un soldat anglais, propriétaire foncier et serviteur royal pendant la seconde guerre des Barons. Proche du futur roi Édouard III, Il est gouverneur des Cinq-Ports en 1264 et lieutenant du duché d'Aquitaine de 1269 à 1270.

Roger de Leybourne
Fonction
Gouverneur des Cinq-Ports
Biographie
Naissance
Décès
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
William of Leybourne (d)
Roger de Leybourne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Leybourne arms.svg
d'azur aux six lions d'argent rampant posés 3, 2, 1[1].
WilliamDeLeyburn1301d.jpg
Sceau de William de Leyburn, fils de Roger, annexé à la lettre des barons de 1301.

BiographieModifier

Roger est le fils cadet d'un autre Roger de Leybourne et de sa première épouse, Eleanor, fille et héritière de Stephen de Thornham . Son père rejoint les rebelles au début de la première Guerre des Barons en 1215. Il est capturé en novembre lors du siège du château de Rochester et doit payer 250 marks pour sa libération. A sa mort peu avant 1251, son fils aîné William lui succède, héritant les revenus de sept seigneuries dans le Kent et l'Oxfordshire mais aussi de lourdes dettes qu'Henri III finit par annuler en 1253.

Roger est remarqué pour la première fois en 1252, lorsqu'il tue d'un coup de lance Arnulf de Munteny, l'un des chevaliers de la maison du roi, lors d'un tournoi de joute, se vengeant d'une blessure infligée par Arnulf lors d'un tournoi précédent. Pour expier son crime, il prend la croix et est gracié par le roi Henri III[2].

En 1253, il reçoit les terres de Roger Connell dans le Kent, comté dans lequel il s'efforcera jusqu'à sa mort d'agrandir ses possessions. En 1257, il sert dans l'armée du futur Édouard Ier lors de sa campagne au pays de Galles ; il s'intègre dans un groupe influent de ses partisans. Il rejoint Édouard pendant l'automne 1259 quand celui-ci s'allie à Simon de Montfort, et est nommé gouverneur du château de Bristol en novembre. Il est encore aux côtés d'Édouard lorsqu'en 1260 il tente de prendre Londres avec Richard de Clare, comte de Gloucester.

Gracié quand Henri III renoue des relations avec Édouard, celui-ci lui accorde le manoir d'Elham, dans le Kent. En 1262 cependant, la concession est dénoncée comme illégale, et le manoir doit être rendu, le Haut Shériff du Kent recevant l'ordre de saisir 1 820 £ de biens sur les terres de Leybourne : celui-ci s'y soustrait en déplaçant ses meubles et stocks.

En 1263, il est de ceux qui arrêtent Pierre d'Aigueblanche, évêque de Hereford, et prennent Hereford, Gloucester et Bristol avant de revenir vers le sud pour assaillir le château de Windsor. Leur jonction avec Simon de Montfort marque le début de la seconde guerre des Barons. Leurs troupes traversent le Kent, attaquant les Cinq-Ports. Dès lors, Leybourne devient un fidèle serviteur du roi et revient rapidement en grâce. En , il est nommé Lord-intendant de la Maison royale, gouverneur du Kent, du Surrey et du Sussex. En décembre, il prend les charges de gouverneur des Cinq-Ports et de Haut shérif du Kent. En , il est de ceux qui scellent l'accord entre Henri III et Louis IX ; il voyage avec le roi en France à la fin de l'année.

Pendant la seconde moitié du conflit avec Simon de Montfort, Leybourne combat à la bataille de Northampton et est grièvement blessé alors qu'il aprticipe à la défense de Rochester Castle assiégé. Il a combat à la bataille de Lewes.

En , il reçoit un sauf-conduit pour rencontrer le roi, puis, en il s'entretient avec Édouard pour l'aider à organiser sa fuite du château de Kenilworth le 28.

Il combat à la bataille d'Evesham, où il sauve la vie du souverain anglais. Il devient alors le principal lieutenant d'Édouard. En il est nommé gouverneur de Westmorland et en octobre du château de Carlisle. Nommé simultanément Haut-shérif de Cumberland, il affronte en novembre les rebelles dans le Kent et en il reprend Sandwich et les autres places-fortes des Cinq-Ports, commandant au nom d'Édouard. Avec lui, il assiège et prend Winchelsea, combattant les rebelles de l'autre côté de la Tamise en mai.

Il est fait chevalier en septembre[3] et devient membre du conseil du roi et gouverneur du château de Nottingham.

Au cours de cette période, le roi le récompense par de grandes étendues de terres, notamment le village de Leeds dans le Kent où il construit plus tard un château, des régions du Kent, de Cumberland et du Westmorland. Il entreprend un second pèlerinage en 1269 et est récompensé d'un don de 1000 marks du légat du pape Ottobono de' Fieschi, futur pape Adrien V. Plutôt que d'aller en Terre sainte, il se rend en Gascogne où il est nommé lieutenant du roi d'Angleterre le , possiblement dans le but de recruter des hommes pour la croisade. Il y séjourne assez longtemps pour que la ville de Libourne reçoive son nom, mais rentre chez lui en , mourant avant le .

RéférencesModifier

  1. Caerlaverock Poem/Roll of Arms (1300)
  2. 14 October 1252 – Grant to Roger de Leyburn of the king's peace, and protection for him, his men, lands and possessions; and mandate to all not to molest him on account of the death of Arnulf de Munteny, lately killed by accident at a round table, because the king has quit-claimed him in respect of that death. (C.P.R., Henry III, vol. 4, p. 154.)
  3. « Oxford DNB article:Leybourne, Sir Roger de » (consulté le 9 octobre 2008)

SourcesModifier

  • LB Larking, 'On the heart-shrine in Leybourne church', Archaeologia Cantiana V (1863), p. 133-192 & pedigree.
  • LB Larking, 'On the heart-shrine in Leybourne Church, and the family of de Leybourne', Archaeologia Cantiana VII (1868), p. 329-41.