Bataille de Lewes

Bataille de Lewes
Description de cette image, également commentée ci-après
Plan de la bataille de Lewes.
Informations générales
Date
Lieu Lewes, Sussex (Angleterre)
Issue Victoire des barons révoltés
Belligérants
Royal Arms of England (1198-1340).svg Barons rebellesRoyal Arms of England (1198-1340).svg Royaume d'Angleterre
Commandants
Armoiries seigneurs Montfort.svg Simon de Montfort
CoA Gilbert de Clare.svg Gilbert de Clare
Royal Arms of England (1198-1340).svg Henri III
Arms of Thomas of Brotherton, 1st Earl of Norfolk.svg Édouard d'Angleterre
Arms of Richard of Cornwall, Earl of Cornwall.svg Richard de Cornouailles
Forces en présence
5 000 environ10 000 environ

Seconde Guerre des barons

Batailles

Coordonnées 50° 52′ 43″ nord, 0° 00′ 50″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Angleterre
(Voir situation sur carte : Angleterre)
Bataille de Lewes

La bataille de Lewes est l’un des deux principaux affrontements du conflit anglais connu sous le nom de Seconde Guerre des barons. Elle se déroule près de Lewes dans le Sussex, le  ; elle représente le point culminant de la vie du sixième comte de Leicester, Simon V de Montfort, et lui gagne le surnom de « roi sans couronne d’Angleterre ».

Monument commémorant la bataille de Lewes.

La bataille survient à la suite des hésitations du roi Henri III d'Angleterre, qui renâcle alors à honorer les termes des Provisions d'Oxford, un accord signé en 1258 avec ses barons, conduits par Montfort. Le roi campe au prieuré Saint-Pancrace de Lewes avec son infanterie, mais c’est son fils, le prince Édouard (le futur Édouard Ier d’Angleterre) qui commande à la cavalerie, et il se trouve au château de Lewes à un mille (environ 1,5 km) plus au nord. Une marche de nuit permet aux forces de Montfort de surprendre le prince Édouard et de s’installer sur les hauteurs des Downs du Sud, surplombant la ville de Lewes, en prélude à la bataille. La croix blanche est leur signe de ralliement[1].

L’armée royaliste, deux fois plus importante que celle de Montfort[2], est commandée par Édouard sur l’aile droite et par le propre frère du roi, Richard de Cornouailles sur l’aile gauche, le centre étant sous les ordres directs du roi[3]. Réalisant une sortie du château pour aller à l’encontre de l’ennemi, Édouard remporte d’abord quelques succès, mais s’avise ensuite imprudemment de poursuivre les forces adverses qui font retraite vers le nord, compromettant ainsi les chances d’une victoire totale[4]. Dans le même temps, Montfort bat le reste de l’armée royale conduite par le roi et son frère. Sur le point d’être vaincu, Richard de Cornouailles prend la décision de chercher refuge dans le prieuré. Il n’est cependant pas en mesure de l’atteindre et choisit de se cacher dans un moulin à vent, où, lorsqu’il est découvert, il est moqué aux cris de « Viens là, viens là, méchant meunier[5] ! » Les trois commandants royaux sont finalement faits prisonniers et en capturant le roi, Montfort devient de facto le dirigeant de l’Angleterre.

Le roi est contraint de signer ce qu’on appelle la mise de Lewes (en)[Note 1]. Bien que le texte se soit perdu, il ne fait pas de doute qu’Henri ait été contraint d’accepter les Provisions d'Oxford, tandis que le prince Édouard restait l’otage des barons[6]. Cet accord fait de Montfort le plus puissant prince d’Angleterre, position qui dure jusqu’à l’évasion du prince Édouard et la défaite qu’essuie ensuite Montfort à la bataille d'Evesham en .

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une mise, qui dérive du participe passé de mettre, désigne une forme d’accord à l’amiable ; l’emploi en est rarissime en anglais.

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Battle of Lewes » (voir la liste des auteurs).
  1. Maddicott, p. 271.
  2. Burne, p. 146.
  3. Prestwich, p. 45.
  4. Prestwich, p. 45-6.
  5. En version originale, «  Come down, come down, thou wicked miller! » ; « THE DECLINE AND FALL OF THE WINDMILL », Sussex Industrial Archaeology Society (consulté le ).
  6. Maddicott, p. 272-3 ; Prestwich, p. 46.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier