Ouvrir le menu principal
Rita Gorr
Rita Gorr - Dialogue des Carmélites Après concert-.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
BenidormVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Tessiture
Genre artistique
Rita Gorr - Dialogue des Carmélites Après concert-.jpg

Rita Gorr, de son vrai nom Marguerite Geirnaert, est une mezzo-soprano belge née le à Zelzate (Belgique) et décédée le à Denia (Espagne)[1],[2],[3].

BiographieModifier

Après des études au Conservatoire de sa ville natale, elle est révélée par le concours de chant de Verviers en 1946, et débute à Anvers dans le rôle de Fricka dans Die Walküre. Elle appartient alors à la troupe de l'Opéra de Strasbourg de 1949 à 1952, où elle se perfectionne et élargit son répertoire.

En 1952, un premier prix au concours de Lausanne lui ouvre les portes du Palais Garnier et de l'Opéra-Comique à Paris, où elle s'affirme en Carmen, Dalila, Charlotte, Marguerite, Didon, Azucena, Ulrica, Eboli, Amneris, Santuzza, Venus aux côtés de Régine Crespin, etc. Elle crée également le rôle de Mère Marie dans la version française originale des Dialogues des carmélites de Francis Poulenc à l'Opéra de Paris en 1957.

Elle débute à Bayreuth en 1958, où elle s'illustre notamment dans les rôles d'Ortrud et de Fricka.

Dès lors, elle est invitée sur toutes les grandes scènes lyriques : Milan (où elle interprète Kundry), Vienne, Lisbonne, Barcelone, Londres, New York, etc. Également à son répertoire, Orphée, Iphigénie, Médée, Herodias, Octavian, Margared, Geneviève, la Mère dans Louise, etc.

Considérée comme l'une des plus grandes mezzo-sopranos de son époque, elle fit ses adieux en juillet 2007 à Gand dans le rôle de la comtesse dans La Dame de pique de Tchaïkovski. Elle avait alors 81 ans.

Elle fut faite commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres par Maurice Fleuret le 7 octobre 1984 dans le foyer de la Comédie des Champs-Élysées à l'issue d'un récital de la série de concerts "Les Musiciens Amoureux", au cours duquel elle était accompagnée par David Abramovitz au piano et Gérard Caussé à l'alto.

CarrièreModifier

Discographie sélectiveModifier

BibliographieModifier

  • Roland Mancini, Jean-Jacques Rouveroux, Le Guide de l'opéra, Fayard, 1986 (ISBN 978-2213595672) 
  • Georges Farret, Rita Gorr & Ernest Blanc : Les Telramund de Bayreuth, Collection Temps Mémoire, Éditions Autres Temps-2005.
  • Renaud Machart, "Rita Gorr, cantatrice belge, légendaire mezzo-soprano", Le Monde, , p. 26.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier