Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Gazon de Faîte

montagne française
(Redirigé depuis Ringbuhl)

Le Gazon de Faîte désigne une montagne et son sommet granitique du massif des Vosges situé sur la ligne de crête entre le col du Bonhomme et le col de la Schlucht, au sud du Gazon du Faing et au nord du Tanet ou du Haut-Fourneau[2]. Ce sommet, qui compte parmi les quinze plus hauts du massif, se dédouble en fait en :

  • une proéminence arrondie de chaume qui, culminant à 1 302 mètres d'altitude, domine le lac Vert de 360 mètres ;
  • un surplomb de corniche au nord-nord-est qui, à 1 303 mètres d'altitude, surplombe une auge glaciaire qui recèle le lac du Forlet 350 mètres en contrebas.
Gazon de Faîte
Versant alsacien du Gazon de Faîte
Versant alsacien du Gazon de Faîte
Géographie
Altitude 1 303 m, Ringbuhlkopf[1]
Massif Massif des Vosges
Coordonnées 48° 06′ 07″ nord, 7° 04′ 06″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Départements Haut-Rhin, Vosges
Ascension
Voie la plus facile Sentier de randonnée
Géologie
Roches Granites

Géolocalisation sur la carte : Vosges

(Voir situation sur carte : Vosges)
Gazon de Faîte

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Gazon de Faîte

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Gazon de Faîte

La proéminence se nomme Ringbühl, et le sommet Ringbühlkopf en allemand et en alsacien. Elles ont été francisées en Ringbuhl et Ringbuhlkopf. Le panorama vers le versant lorrain et le val de Munster (Soultzeren-Stosswihr) est remarquable.

Sommaire

DécouverteModifier

Un sentier de grande randonnée reliant le col du Calvaire à la Schlucht suit à quelques mètres près la ligne de crête.

Le nom allemand de ce sommet est un legs de l'ancienne frontière allemande entre 1871 et 1914, exaltant la particularité linguistique germanophone. Les noms alsaciens ou allemands sont déjà des doublons toponymiques très communs dans les vallées vosgiennes au XVIe siècle du fait de la fréquentation des voyageurs et des mineurs. Le terme traduit désigne simplement une « ronde bosse » en ancien français. L'adjonction de kopf indique qu'il s'agit de la tête de la ronde bosse. Il n'est venu à l'esprit d'aucun marcaire ni d'aucun administrateur francophone de proposer une description altimétrique de cette chaume ou gazon.

Mais les valeureux marcheurs allemands de la Belle Époque, bénéficiant d'un train à crémaillère qui les hissaient avec une foule compacte à la Schlucht puis au Hohneck, sont les premiers à demander des cartes détaillées des crêtes vosgiennes. Associations, telles que l'ancêtre allemand du Club vosgien, ou éditeurs alsaciens s'en chargent avec minutie, germanisant à tour de bras des vastes espaces que les marcaires, conscients de leur laborieuse présence saisonnière et éphémère, d'ailleurs imposée par l'autorité, n'avaient nullement songer à nommer pour un autre usage que celui de la tradition.

Une vaste chaume autrefoisModifier

La tradition orale identifie encore aujourd'hui les hautes Chaumes, occupées autrefois de façon indivis par les pasteurs romanophones orbelais, au Gazon du Faing. Pourtant, les documents de l'époque moderne distinguent cinq gazons principaux (voisin en français adapté, vase ou wase en ancien dialecte alsacien, wazo en patois vosgien) ou grandes chaumes, ainsi du sud au nord[3] :

  • le Monthabeu associée aux Haut et Bas Fourneau, mais aussi au Montabey au sud de la Schlucht ;
  • le Tanet (Tannet au XIXe siècle, Thanneck au XVIIe siècle, Astenbach au XVIe siècle) ;
  • le Gazon de Faîte (Gartelin ou Voisin-de-Feste au XVIIIe siècle, Gazon Saint-Martin au XVIIe siècle) ;
  • le Gazon du Faing ;
  • le Reichsberg (Reissberg au XVIIIe siècle, Rossperg ou Rossberg au XVIe siècle).

À la fin du XVIIe siècle, la gestion indivis est préservée pour les seigneurs, mais chaque chaume ou cens est adjugée au plus offrant, à éteinte de chandelle. Il faut attendre l'éviction des seigneurs et le début du XIXe siècle pour que le Gazon de Faîte, son grand sommet le Ringbuhlkopf et son petit sommet le Ringbuhl (deux sommets mitoyens avec Soultzeren) soient attribués à la commune du Valtin.

Réserve biologiqueModifier

Selon le biologiste alsacien Roland Carbiener, la pelouse de cette haute chaume serait primaire au-dessus de 1 250 mètres d'altitude[4]. La forêt est en croissance depuis plus de cent-vingt années, la hêtraie-sapinière gagne de plus en plus sur l'ancienne pâture, qui fait l'objet d'une protection en réserve naturelle, dite du Tanet-Gazon du Faing.

BibliographieModifier

  • Henri Nonn, « Gazon du Faing » in Encyclopédie de l'Alsace, éditions Publitotal, Strasbourg, 1984, page 3276.
  • Louis Hergès (ancien président du Club Vosgien de Mulhouse), Jean-Pierre Boudot (spécialiste des sols), « Haute Chaume » in Encyclopédie de l'Alsace, éditions Publitotal, Strasbourg, 1984, pages 1646-1653.
  • Pierre Boyé, Les Hautes Chaumes des Vosges, Paris/Nancy, 1903 (sur la gestion ducale des chaumes).

Notes et référencesModifier

  1. a et b Cartes IGN disponibles sur Géoportail
  2. Les habitants des vallées voisines disaient aussi indifféremment Gazon du Faîte.
  3. Louis Hergès, op. cit., en particulier page 1652. Le passage est d'ailleurs emprunté à Pierre Boyé, op. cit., page 106. La tradition orale jointe une modélisation historique des chaumes agro-pastorales permet de fournir l'époque d'appellation.
  4. J.P Boudot, op. cit..