Riccardo Morandi

ingénieur et architecte italien (1902-1989)

Riccardo Morandi, né le à Rome, mort le (à 87 ans) dans la même ville, est un ingénieur civil italien reconnu pour son utilisation du béton armé.

Riccardo Morandi
AAR Morandi.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Œuvres principales

Parmi ses œuvres les plus connues : le pont du Général-Rafael-Urdaneta sur le lac Maracaibo, long de 8 km et regroupant sept ponts à haubans avec des piliers inhabituels, le pont Morandi à Gênes — victime d'un effondrement le — et la salle d'exposition automobile à Turin.

BiographieModifier

Après l'obtention de son diplôme en 1927, Morandi a acquis une expérience en Calabre en travaillant le béton armé endommagé dans les zones de tremblement de terre. À son retour à Rome dans le but d'ouvrir son propre bureau, il a continué son exploration technique du béton armé précontraint et s'est lancé dans la conception d'une série de nouvelles structures et des ponts. De ses nombreuses œuvres ultérieures on remarquera son travail sur l'aéroport de Rome-Fiumicino, en 1970 et le pont Pumarejo à Barranquilla, en Colombie, en 1972.

Morandi a également été nommé professeur de conception de pont à l'université de Florence et à l'université de Rome.

ŒuvresModifier

 
Pont Paul Sauer (pont de la Storm's River, entre Port Elizabeth et Cape Town, en Afrique du Sud).

Quelques autres œuvres clés :

Les ponts à haubans de Morandi sont caractérisés par un usage limité des haubans, souvent seulement au nombre de deux par portée, et par l'utilisation du béton précontraint plutôt que de câbles d'acier traditionnels. Bien que ces ponts soient impressionnants, ils sont moins économiques que les ponts avec haubans multiples et ont eu peu d'influence sur leurs utilisations par d'autres ingénieurs[11].

RéférencesModifier

  1. (en) « The collison between Esso Maracaibo & the Bridge », sur www.aukevisser.nl (consulté le 15 août 2018)
  2. « Italie : des défaillances sur la structure du pont Morandi à Gênes avaient été signalées », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2018).
  3. « Catastrophe à Gênes: l'écroulement d'un pont a fait au moins 10 morts », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2018)
  4. « A Gênes, les politiques s'en prennent à la société de gestion de l'autoroute », rts.ch,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2018)
  5. (it) « Viadotto Morandi sulla Roma-Fiumicino », sur Arvalia Storia - Archivio Storico Portuense (consulté le 17 août 2018).
  6. Gênes: le viaduc autoroutier n'est pas le premier ouvrage de Morandi à inquiéter, ni même à s'effondrer, publié le 15 août 2018 par Claire Tervé, sur le site du HuffPost (consulté le 18 août 2018)
  7. Viadotto sul Favazzina (1966) sur structurae.info.
  8. (en-US) « Libya closed Morandi-built bridge last fall because of safety fears | Africa Times », sur africatimes.com (consulté le 15 août 2018)
  9. Abbattuta una porzione del viadotto “Costa Viola” della vecchia A3 tra Scilla e Bagnara [VIDEO sur strettoweb.com/] 7 Giugno 2015.
  10. « Irminio Bridge - HighestBridges.com », sur www.highestbridges.com (consulté le 2 mai 2020)
  11. (en) Ouvrage : Leonardo Fernández Troyano, Engineering: A Global Perspective, éditeur : Thomas Telford, 2003

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Sous la direction d'Antoine Picon, L'art de l'ingénieur constructeur, entrepreneur, inventeur, p. 316-317, Centre Georges Pompidou/éditions Le Moniteur, Paris, 1997 (ISBN 978-2-85850-911-9)
  • Michele G. Melaragno, Preliminary Design of Bridges for Architects and Engineers, p. 19-30, Marcel Dekker Inc., New York, 1998 (ISBN 0-8247-0184-4) (aperçu)

Liens externesModifier