Renault Scénic I

modèle d'automobile (1996-2003)

Renault Scénic I
Renault Scénic I
Renault Scénic I Phase II
Renault Scenic I Logo.svg

Appelé aussi Renault Mégane Scénic
Kish Khodro Veek
Sinad Veek
Marque Renault
Années de production 19962003
Phase 1 : 1996 1999
Phase 2 : 19992003
19962011 (en Argentine)
Production 2,8 millions exemplaire(s)
Classe Monospace compact
Usine(s) d’assemblage Douai (France)
Curitiba (Brésil)
Cuernavaca (Mexique)
Moteur et transmission
Énergie Essence, Diesel, GPL
Moteur(s) Essence
moteur Energy:
1 390 cm3
moteur K:
1 390 cm3
1 598 cm3
moteur F:
1 783 cm3
1 998 cm3
Diesel atmosphérique
moteur F:
1 870 cm3
Diesel turbo
moteur F:
1 870 cm3
Position du moteur Transversale avant
Cylindrée de 1 397 à 1 995 cm3
Puissance maximale de 65 à 140 ch
Transmission Traction / 4 roues motrices
Boîte de vitesses Boîte manuelle ou automatique
Poids et performances
Poids à vide 1 250 à 1 440 kg
Vitesse maximale 152 à 203 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 18.2 à 18.6 s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Bicorps 5 portes
Châssis Renault 9, Renault 11, Renault Alliance, Renault Encore, Renault 19, Mégane I, Renault Scénic I
Suspensions MacPherson
Dimensions
Longueur 4 168 mm
Largeur 1 719 mm
Hauteur 1 609 mm
Empattement 2 580 mm
Volume du coffre 410 dm3
Chronologie des modèles

Le Renault Scénic I, (Projet J64) appelé à sa première phase Mégane Scénic, est la première génération de monospace compact du constructeur français Renault. Bien que devancé par Mitsubishi, le Scénic est le premier à connaître le succès. Nettement plus petit que son grand-frère, le Renault Espace, à l'origine du concept de monospace. Le Mégane Scénic I est dévoilée en 1991 sous la forme d'un concept-car, puis officiellement en 1996. Reposant sur la plate-forme technique de la Mégane berline apparue un an auparavant, il en reprend également le style.

Malgré des prix plus élevés que la berline, le succès est immédiat et dépasse les prévisions du constructeur, qui est obligé d'augmenter sa capacité de production. Le Mégane Scénic permet à Renault de se sortir d'une période de crise financière. Nommée Voiture européenne de l'année 1997, le Mégane Scénic I sera vendu à près de 2,8 millions d'exemplaires.

Contexte et développementModifier

Bien que devancée par la Fiat 600 Multipla (1956), la Mitsubishi Space Wagon (1983) et la Space Runner (1991), la Renault Mégane Scénic est, par le succès immédiat et impressionnant qu'elle rencontre, considérée comme le premier véhicule de la catégorie des monospaces compacts.

En 1991, le Renault Mégane Scénic est dévoilée sous la forme de concept-car présenté au Salon automobile de Francfort dont le design est censé évoquer une « invitation au voyage »[1]. Désigné comme l'automobile familiale du XXIe siècle, une voiture « pour la vie et à vivre », elle présente de nombreuses innovations technologiques reprises plus tard par des modèles Renault de série : utilisation optimisée de matières recyclables, ABS couplé à une transmission automatique, etc[1].

DesignModifier

Apparu en 1996 avec un design « bonhomme » tout en rondeur, le Mégane Scénic est restylé en 1999 afin de lui donner un aspect plus moderne, grâce notamment à une calandre modifiée et de nouvelles optiques[2]. À noter également qu'il est rebaptisé Renault Scénic.

Habitabilité et confortModifier

Conçu dans l'optique de séduire les familles, l'habitabilité du Mégane Scénic I est indéniablement son point fort. Les trois places arrière sont indépendantes et offrent à ses occupants des tablettes repas au dos des sièges avant ainsi que des rangements sous le plancher[2].

Le coffre du Mégane Scénic est particulièrement bien conçu grâce à un espace cubique et volumineux. Néanmoins, le Mégane Scénic est un monospace compact et non un monospace si bien que ce volume est inférieur à celui du Renault Espace ou du Peugeot 806[2].

Châssis, structure et comportementModifier

Reposant sur la plate-forme technique de la Mégane berline apparue un an auparavant, elle en reprend également le style. Le châssis, les boites de vitesses JB et les « moteurs F » sont donc dérivés des Renault 9 et Renault 11.

Malgré une longueur de 4,17 m, le Mégane Scénic évolue avec aisance et maniabilité dans un milieu urbain et ne ménage pas le confort de ses occupants grâce à des suspensions souples. En revanche, ce dernier point se révèle être un défaut en cas d'utilisation routière. S'affaissant trop et trop rapidement sur ses appuis, le Scénic engendre un important roulis de la caisse[2].

Scénic RX4Modifier

En 2000, Renault présente une version Scénic destinée à se mouvoir sur tous chemins : le Scénic RX4. Il permet aux familles de s'aventurer hors des routes goudronnées sans prendre trop de risques grâce à une garde au sol surélevée et des pneus prévus pour un usage mixte goudron/terre. N'étant pas un 4 × 4 à proprement parler, ses capacités de franchissement sont tout de même très limitées. Il Il est commercialisé en en 2.0 16V, puis en dCi à partir de .

 
Le Renault Scénic RX4, version tout chemins de la Scénic.

Les modifications apportées n'ont été qu'extérieure. Le Scénic RX4 est rehaussé de 12 cm et dispose de petits pare-buffles. Les ailes sont quant à elles élargies et de grandes protections latérales en matériaux composites font leur apparition. À l’arrière, il abandonne le hayon pour une demi-porte à charnières et une lunette arrière ouvrante. La roue de secours est arrimée sur ce hayon. Sur la version Pack, elle est protégée par un cache-roue[3].

Côté mécanique, la suspension avant est renforcée. Le train arrière à barres de torsion a été remplacé par des bras à ressorts et des amortisseurs, fixés sur un berceau galvanisé logé à la place de l'habituelle roue de secours. Ce berceau accueille également les composants spécifique au RX4 telles que le visco-coupleur pour la transmission intégrale[3].

Le Scénic RX4 n'a pas eu le succès escompté et sa production s'est arrêtée en après avoir été produit à 40 000 exemplaires. Au début, les ventes se portent bien : en 2001, il est le 4x4 le plus vendu du marché français[4]. Rapidement, les ventes déclinent, probablement à cause du manque de fiabilité du système et de la boîte de vitesse, fournis par l'autrichien Daimler Steyr Puch. Cette mauvaise expérience pousse Renault à ne pas renouveler l'expérience RX4 sur le Scénic II[5]. Seul un faux-baroudeur Scénic Conquest (à deux roues motrices) sera proposé sur cette seconde génération.

Moteurs et transmissionModifier

Motorisations et performancesModifier

Par une généralisation des mécaniques à 16 soupapes entamée par Renault, les performances des moteurs de la Mégane Scénic I, tout comme leur souplesse, se voient grandement améliorées. Le moteur essence 1.6 L 16V de 110 ch brille ainsi par sa polyvalence tandis que les versions 1.8 L de 120 ch et 2.0 L de 140 ch assurent toujours le haut de gamme[2].

Le moteur Diesel 1.9 L dCi 105 à injection directe common rail, nouveau dans la gamme Renault, perd en revanche en performances et en sobriété face à son prédécesseur, le moteur dTi de 100 ch[2].

 
Renault Scénic I phase II

DétailsModifier

1.4 75 1.4 16V 95 1.6 90 1.6 16V 110 1.8 16V 120 2.0 115 2.0 16V 140 1.9 D 65 1.9 dT 95 1.9 dTi 80 1.9 dTi 100 1.9 dCi 105
Dénomination Moteur K7J K4J K7M K4M F4P F3R F4R F8Q F8QT F9Q F9Q F9Q
Années de services
96 – 00
99 – 03
96 – 00
99 – 03
00 – 03
96 – 00
98 – 01
01 – 03
96 - 98
99 – 01
98 – 01
00 – 03
Énergie
Essence
Diesel
Cylindrée
1 397 cm3
1 598 cm3
1 783 cm3
1 997 cm3
1 870 cm3
Puissance
75 ch
(55 kW)
95 ch
(70 kW)
90 ch
(66 kW)
110 ch
(81 kW)
120 ch
(88 kW)
115 ch
(85 kW)
140 ch
(103 kW)
65 ch
(48 kW)
95 ch
(70 kW)
80 ch
(59 kW)
100 ch
(74 kW)
105 ch
(78 kW)
Consommation
8,3 ℓ/100 km
7,3 ℓ/100 km
n.c.
7,6 ℓ/100 km
n.c.
8,0 ℓ/100 km
n.c.
8,2 ℓ/100 km
7,0 ℓ/100 km
5,9 ℓ/100 km
5,8 ℓ/100 km
6,2 ℓ/100 km

InternationalModifier

IranModifier

En 2004, le fabricant iranien Kish Khodro a lancé la Veek[6],[7], une Scénic à l'avant retravaillé (phares plus grands placés plus bas, capot plus plongeant) et dotée d'un moteur de 1 598 cm3, le K7M. En 2005, la voiture a été rebaptisée Sinad Veek pour mieux s'intégrer au reste de la gamme du constructeur.

Amérique latineModifier

Le Scénic I fut fabriqué au Brésil dans la nouvelle usine Ayrton Senna de Curitiba.

Il a également été assemblé de décembre 2000 à mi-2004 dans une usine Nissan au Mexique, située à Cuernavaca. Il s'agissait alors de la toute première opération de production croisée entre les deux marques de l'alliance Renault-Nissan nouvellement créée.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « 1991 Renault Scenic (Coggiola) », sur Car Styling (consulté le )
  2. a b c d e et f (fr) « Renault Scénic : il crée un style », sur Caradisiac (consulté le )
  3. a et b (fr) « Le Renault Mégane Scénic prend la clé des champs », sur Ouest-France, (consulté le )
  4. alexrenault, « Renault Scénic RX4 (2000-2003) », sur l'Automobile Ancienne, (consulté le )
  5. Caradisiac.com, « La beauté des laides - Renault Scénic RX4 : un physique difficile pour une idée en avance sur son temps », sur Caradisiac.com (consulté le )
  6. « Sinad Veek : une Scénic aux yeux persans... », sur renaultconcepts.online.fr, (consulté le )
  7. « Kish Khodro Veek », sur auta5p.eu (consulté le )

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :