Ouvrir le menu principal

Rambo: Last Blood

film américain de 2019 réalisé par Adrian Grunberg
(Redirigé depuis Rambo 5)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rambo.
Rambo: Last Blood
Description de cette image, également commentée ci-après
Sylvester Stallone, l'interprète de John Rambo dans les cinq films de la saga.
Titre québécois Rambo: La Dernière Mission
Titre original Rambo: Last Blood
Réalisation Adrian Grunberg
Scénario Sylvester Stallone
Matt Cirulnick
Acteurs principaux

Sylvester Stallone
Paz Vega
Adriana Barraza
Yvette Monreal
Sergio Peris-Mencheta

Sociétés de production Millennium Films
Balboa Productions
Campbell Grobman Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre action
Durée 89 minutes
(101 minutes pour la version internationale)
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rambo: Last Blood ou Rambo: La Dernière Mission au Québec est un film d'action américain réalisé par Adrian Grunberg, sorti en 2019. Il s'agit du cinquième opus de la série de films mettant en scène le personnage de l'ancien soldat et béret vert John Rambo, créé par David Morrell dans son roman Rambo (1972).

SynopsisModifier

Onze ans après les évènements en Birmanie[1], John Rambo vit dans l'ancien ranch de son père à Bowie, dans le comté de Cochise dans l'Arizona. Il gère les lieux avec sa vieille amie Maria Beltran et sa petite-fille, Gabrielle. Cette dernière se rend au Mexique, pensant y rencontrer son père biologique, mais elle est kidnappée par un Cartel de la drogue mexicain. Rambo va alors tenter de la sauver.

Résumé détailléModifier

Lors d'un orage diluvien, seul John Rambo, vétéran du Vietnam et auxiliaire bénévole des forces de secours, parvient à pénétrer dans une forêt pour aider les promeneurs égarés. Il ramène une jeune femme au péril de sa vie, mais ne peut sauver un couple. Le sentiment de culpabilité suscite une fois de plus en lui le traumatisme de ses souffrances passées.

Rambo vit dans son ranch familial avec Maria, une vieille amie, et la petite-fille de celle-ci, Gabrielle, orpheline de mère et abandonnée par son père. Gabrielle s'apprête à entrer à l'Université. Rambo, lui, creuse des tunnels afin de se préparer, le cas échéant, à protéger ceux qui lui sont chers.

Gabrielle apprend par une amie partie au Mexique l'endroit où son père s'est installé. À l'insu de sa grand-mère et de Rambo qui la considèrent trop jeune pour ce voyage, elle s'y rend en voiture. Son père, installé avec une autre femme, lui déclare qu'il ne s'intéressait tout simplement plus à elle ni à sa mère, et qu'il ne souhaite plus la voir.

Déprimée, Gabrielle se laisse entraîner par son amie dans une boîte de nuit, où elle est droguée et enlevée par des hommes de main d'un cartel de la drogue. Maltraitée, elle est désormais une prostituée considérée comme un simple objet.

Dès le lendemain, constatant son absence, Rambo vient au Mexique, retrouve l'amie de Gabrielle, comprend que celle-ci l'a vendue et la force à lui désigner l'un des hommes de main du cartel dans la boîte de nuit. Il blesse grièvement celui-ci sur le parking et le force à l'emmener au repaire des gangsters. Trop peu discret, il est vite environné d'un grand nombre de truands, qui le battent et le laissent presque pour mort en inscrivant une balafre sur son visage.

Rambo est recueilli par Carmen Delgado, une journaliste qui enquête secrètement sur le cartel depuis que celui-ci a enlevé et tué sa propre sœur. Rétabli au bout de quelques jours, et désormais mieux préparé grâce à l'aide de Carmen, il retrouve Gabrielle dans une maison close, elle aussi balafrée. Il l'emmène dans sa voiture, mais, trop faible, elle meurt pendant le trajet.

Dès lors Rambo prépare sa vengeance. Après avoir enterré la jeune fille et fait partir Maria qui n'a plus de raison de rester dans le ranch, il prépare celui-ci à soutenir un assaut en dissimulant des armes et de nombreux pièges. Puis il revient au Mexique, massacre une partie du cartel en laissant une photographie de Gabrielle à côté du cadavre décapité de l'un de ses chefs, et revient chez lui.

Comme il l'a prévu, les autres truands arrivent rapidement chez lui. Un combat de grande dimension s'engage dans un hangar et se poursuit dans le tunnel. Les truands sont abattus les uns après les autres. Leur chef est finalement immobilisé de quatre flèches lancées par Rambo, qui, ainsi qu'il le lui avait promis, lui transperce la poitrine pour arracher son cœur. Rambo, blessé, s'assied alors sur son rocking chair jurant de continuer à se battre.

Le générique de fin reprend des images de l'ensemble des cinq films de la série. Les dernières images de ce générique montrent notre héros à cheval, de dos et toujours blessé, chevauchant vers le lointain à l'instar de certains westerns.

Fiche techniqueModifier

  • Titre original et français : Rambo: Last Blood
  • Titre québécois : Rambo: La Dernière Mission
  • Réalisation : Adrian Grunberg
  • Scénario : Sylvester Stallone et Matt Cirulnick, d'après une histoire de Dan Gordon et Sylvester Stallone, d'après le personnage créé par David Morrell
  • Direction artistique : Eduardo Hidalgo hijo et David Temprano
  • Décors : Franco-Giacomo Carbone
  • Costumes : Cristina Sopeña
  • Photographie : Brendan Galvin
  • Montage : Todd E. Miller
  • Musique : Brian Tyler
  • Production : Avi Lerner, Steven Paul, Kevin King Templeton
Producteurs délégués : Christa Campbell, Lati Grobman, Lonnie Ramati et Ariel Vromen

DistributionModifier

Source et légende: Version française (VF) sur AlloDoublage[5] Version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[6]

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Le quatrième de la saga John Rambo sort aux États-Unis en janvier 2008. Un mois plus tard, Sylvester Stallone explique qu'un cinquième film dépend du succès de John Rambo. Il révèle qu'il voudrait par ailleurs faire un film qui serait « un peu différent »[7]. En mars 2008, il annonce avoir écrit en partie Rambo 5 qui ne sera pas un film de guerre. Il révèle que le film pourrait se tourner en Bulgarie pour y « recréer » l’État natal de John Rambo, l'Arizona[8],[9],[10].

En août 2009, la société de production Millennium Films donne son accord pour le film, avec Sylvester Stallone comme scénariste, réalisateur et acteur principal. À cette époque, l'intrigue voit Rambo qui affronte des trafiquants d'êtres humains et de drogue pour sauver une jeune fille à la frontière entre les États-Unis et le Mexique[11]. En septembre 2009, Sylvester Stallone révèle le titre du film : Rambo V: The Savage Hunt. Le film serait alors une libre adaptation du roman Hunter de James Byron Huggins (en) et verrait John Rambo à la tête d'une équipe d’élite de forces spéciales chargée de traquer et tuer une créature génétiquement modifiée[12],[13]. Cependant, en novembre 2009, l'intrigue est à nouveau modifiée : Rambo se rend au Mexique pour sauver une fille kidnappée[14].

En mai 2010, Sylvester Stallone déclare dans une interview à Empire : « Je suis très satisfait de John Rambo. Je ne pense pas qu'il y en aura un autre. J'en suis même sûr à 99%. J'allais effectivement faire un autre volet, mais comme Rocky Balboa, le personnage a finalement bouclé la boucle »[15]. Cependant, lors du festival de Cannes 2010, Millennium Films et Nu Image communiquent autour d'un éventuel Rambo V avec notamment des posters[16].

En 2011, Sean Hood est chargé d'écrire un nouveau scénario, intitulé Rambo: Last Stand, qu'il décrit lui-même comme étant un thriller dans la veine du premier film, Rambo (1982)[17]. En 2012, Sean Hood annonce que le film se fera lorsque Sylvester Stallone aura fini de tourner Expendables 2 : Unité spéciale. Le scénariste évoque par ailleurs des similitudes avec Impitoyable (1992) de Clint Eastwood avec notamment l'idée de « passage de flambeau »[18]. En août 2013, il est annoncé qu'Entertainment One et Nu Image développent une série télévisée avec Sylvester Stallone[19].

En juin 2014, la société de production allemande Splendid Films confirme avoir acquis les droits pour faire un cinquième film avec Sylvester Stallone. Le communiqué de presse annonce alors un film dans la lignée de No Country for Old Men (2007) de Joel et Ethan Coen[20]. En septembre 2014, le titre Rambo: Last Blood est annoncé, alors que Sylvester Stallone est confirmé comme réalisateur[21]. Un tournage est prévue en Louisiane pour l'automne 2014, avant d'être annulé sans raison[22].

En 2015, dans une interview, Sylvester Stallone évoque les possibilités que le prochain Rambo soit un reboot. Il imagine alors que Ryan Gosling serait le meilleur choix pour lui succéder[23]. En janvier 2016, Sylvester Stallone, alors âgé de 69 ans, déclare dans Variety : « Le cœur est prêt à le faire, mais le corps dit “Reste à la maison !”. C'est comme les combattants qui reviennent sur le ring pour un dernier round et qui se font tabasser. Il faut laisser la place à quelqu'un d'autre ». Il évoque ainsi le projet de série télévisée, Rambo: New Blood, qui aurait dû être centrée sur le fils de John Rambo[24].

Alors qu'un reboot par Ariel Vromen était évoqué en octobre 2016[25], des affiches promotionnelles de Rambo V sont aperçues au marché du film du festival de Cannes 2018. Il est alors annoncé que le tournage aura lieu en septembre 2018, notamment en Bulgarie et dans les îles Canaries (en Tenerife)[26]. Sylvester Stallone confirme qu'il a écrit le script avec Matt Cirulnick mais laisse à penser qu'il ne réalisera pas le film[27]. Il annonce par ailleurs une sortie pour l'automne 2019[28].

En août 2018, Adrian Grunberg est annoncé comme réalisateur[29]. La première bande-annonce doit paraître lors du Festival de Cannes 2019.

Distribution des rôlesModifier

En septembre 2018, Adriana Barraza rejoint la distribution dans le rôle de Maria[30]. Elle est rejointe un mois plus tard par Paz Vega, Yvette Monreal et Sergio Peris-Mencheta[31],[32].

TournageModifier

Le tournage débute le en Bulgarie[33],[34]. Le , Sylvester Stallone annonce la fin du tournage.

Version alternativeModifier

Lionsgate a sorti deux versions aux montages différents de Rambo: Last Blood, qui varient d’un pays à l’autre. Aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, le film dure 89 minutes, tandis qu'en Australie, en France, au Mexique, en Suède, au Brésil et en Finlande notamment, il dure 101 minutes. Cette dernière version contient plusieurs scènes supprimées et une autre ouverture qui dure environ dix minutes :

« Il commence sous une pluie torrentielle en plein sauvetage, 3 randonneurs portés disparus risquent de se faire prendre dans une inondation. La police dit qu'elle doit arrêter les recherches car cela devient trop dangereux et demander où se trouve le volontaire à cheval. On nous présente ensuite Rambo dans les bois à la recherche des randonneurs, il trouve une fille morte, puis plus bas, il trouve les deux autres, il essaie de les faire sortir, mais un gars ne partira pas sans sa femme. Rambo lui dit qu'elle est morte mais il s'enfuit, les eaux de crue commencent à couler et Rambo se lie avec la fille à un rocher pendant que la première vague d'eau les recouvre. Il retourne ensuite à la base avec la fille et voit le gars qui est parti en train de charger son sac mortuaire dans une ambulance qui déclenche son trouble de stress post-traumatique, la fille le remercie et Rambo rentre chez lui et s'entretient avec la vieille dame vivant dans la maison à propos de son retour et de la façon dont son père s'asseyait à l'extérieur dans le fauteuil à bascule. Il se rend ensuite dans les tunnels clairement contrarié par les événements et met un CD (The Doors)… quand il a des flashbacks de stress post-traumatique dans les tunnels, il est entrecoupé avec le randonneur décédé[2]. ».

Après cette ouverture alternative, le film coupe sur Rambo dans son ranch, comme il commence dans certains pays d’Amérique du Nord[35].

AccueilModifier

CritiqueModifier

Rambo: Last Blood

Score cumulé
SiteNote
Allociné 
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Figaro [36]
CinéSéries [37]
Le Nouvel Observateur [38]

Le film reçoit des critiques plutôt négatives de la part de la presse américaine. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 29% d'opinions favorables pour 89 critiques et une note moyenne de 3,9910[39]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 29100 pour 26 critiques[40].

Certains journalistes apprécient cependant le film. Dans le Los Angeles Times, Kenneth Turan note le film 34 et complimente l'intrigue du film[41].

Peter Debruge donne un avis négatif dans Variety et pointe du doigt les contradictions du personnage principal[42]. Witney Seibold du site IGN donne au film une note de 4,510 et déplore qu'un « personnage initialement connu comme un symbole des ravages de la guerre soit désormais connu comme une arme-machine humaine qu'on ne peut tuer »[43].

Le script de Sylvester Stallone et Matthew Cirulnick est l'un des éléments le plus critiqué. Katie Walsh du Chicago Tribune le décrit comme « paresseux »[44], alors que William Bibbiani de Bloody Disgusting le trouve « simpliste »[45].

Certains journalistes pointent par ailleurs du doigt les stéréotypes sur les Hispaniques et Latino-américains et sur la violence et le crime au Mexique. Certains accusent même le film de racisme, de xénophobie et de propager certaines idées de la Présidence de Donald Trump[46],[42],[44],[47],[48]. Peter Bradshaw de The Guardian écrit que le film va dans le même sens que les fantaisies de Donald Trump sur les kidnappeurs mexicains et sur l'insécurité autour de la frontière entre les États-Unis et le Mexique[49]. Witney Seibold du site IGN s'insurge car « en 2019, ces stéréotypes sont agressifs et datés et très irresponsables »[43].

David Morrell, auteur du roman original Rambo, critique ouvertement le film sur Twitter qu'il décrit comme « un gâchis » en ajoutant qu'il trouve « embarrassant d'avoir mon nom associé à ça »[50]. Il ajoute plus tard dans une interview pour Newsweek : « Au lieu d’être éloquent, ce nouveau film manque d’une âme. Je me sens comme un moins-que-rien après l’avoir vu. Il est typique des films ultra-violents des années 70 de type grindhouse. Les décors ont l’air d’être bon marché. La réalisation est gênante[50],[51] ».

En France, le film est également mal accueilli par la presse, obtenant une moyenne de 2,15 sur le site AlloCiné, sur la base de 24 critiques collectées[52].

Le Figaro est en demi tente pour ce film ils disent que le film est « Râpeux, dur, linéaire, le cinquième volet de la saga réalisé par Adrian Grunberg est un petit film d’action simple mais diablement émouvant. »[53]

CinéSéries ne sont pas emballés par ce cinquième volet, ils le comparent aux autres et disent que « ce cinquième opus est filmé approximativement, manquant cruellement de peps et d’intentions artistiques. »[54]

Le Nouvel Observateur n'a pas du tout apprécié et dit « En plus de flatter les bas instincts d’un public qui a déjà Trump pour s’en charger, le film est une infâme bouillie filmique, pas même digne d’un direct-to-video. »[55]

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis 44 819 352 $ [56] 11
  France 598 353 entrées[57] 9
  Total hors États-Unis +042 222 444, $[56] 11
  Total Monde +087 041 796, $[56] 11

Saga RamboModifier

Article détaillé : Rambo (série de films).

RéférencesModifier

  1. Voir John Rambo
  2. a et b John Squires, « This 10-Minute Sequence Was Cut from 'Rambo: Last Blood' for Its Release in the US, UK and Canada », sur Bloody Disgusting, (consulté le 23 septembre 2019)
  3. « Rambo: Last Blood - BBFC », sur British Board of Film Classification, (consulté le 10 septembre 2019)
  4. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  5. « Fiche du doublage VF du film », consulté le 5 novembre 2019
  6. « Fiche du doublage VQ du film », consulté le 2 novembre 2019
  7. (en) Michael Winfrey, « Interview - Stallone challenges Myanmar junta, eyes Rambo 5 », Reuters, (consulté le 4 octobre 2018).
  8. (en) « Stallone "half-way through" writing Rambo 5 » [archive du ], Moviehole.net (consulté le 4 octobre 2018).
  9. (en) « Rambo 5 to film in Bulgaria » [archive du ], Moviehole.net (consulté le 9 mai 2008).
  10. (en) « Rambo will return to America! » [archive du ], Moviehole.net (consulté le 9 mai 2008).
  11. (en) Rambo 5 Gets the Green Light.
  12. (en) Hunter Stephenson, « More Details on Rambo 5: The Savage Hunt - Creature Feature Based on the Sci-Fi Book Hunter », SlashFilm, (consulté le 2 octobre 2018).
  13. (en) Allan Ford, « Rambo 5: The Savage Hunt », Filmofilia, (consulté le 4 octobre 2018).
  14. (en) Kofi Outlaw, « Is Rambo 5 Heading Back To Mexico? », Screen Rant, (consulté le 4 octobre 2018).
  15. « Rambo 5 : c'est fini ; The Expendables 2 pour bientôt ? », sur Allociné, (consulté le 11 octobre 2018).
  16. (en) « Why is "Rambo 5" Promoted at Cannes Film Festival? », sur Worst Previews, (consulté le 11 octobre 2018).
  17. (en) Owen Williams, « New Screenplay For Rambo 5 », Empire, (consulté le 2 octobre 2018).
  18. (en) Marcey Papandrea, « Sean Hood Finally Gives an Update on the State of Rambo 5 », Joblo, (consulté le 2 octobre 2018).
  19. (en) Etan Vlessing, « Sylvester Stallone In Talks For 'Rambo' TV Series », The Hollywood Reporter, (consulté le 11 octobre 2018).
  20. « Rambo : Stallone de retour pour un cinquième film ! », sur Allociné, (consulté le 11 octobre 2018).
  21. (en) Silas Lesnick, « Sylvester Stallone Targets One Last Battle with Rambo: Last Blood », Coming Soon, (consulté le 4 octobre 2018).
  22. « Rambo 5 : la production dans la tourmente ! », sur Allociné, (consulté le 11 octobre 2018).
  23. « Stallone veut Ryan Gosling en cas de reboot de Rambo », sur Allociné, (consulté le 11 octobre 2018).
  24. « Sylvester Stallone dit non à Rambo 5 ! », sur Allociné, (consulté le 11 octobre 2018).
  25. « Rambo : un reboot par le réalisateur de Criminal et The Iceman », sur Allociné, (consulté le 11 octobre 2018).
  26. « Rambo 5 : Stallone de retour ! [MIS A JOUR] », sur Allociné, (consulté le 11 octobre 2018).
  27. (en) Andrew Wiseman, « Sylvester Stallone In Line To Take on Mexican Cartel in Rambo 5 », Deadline, (consulté le 7 mai 2018).
  28. (en) Alex Gilyadov, « Rambo 5 Confirmed by Stallone, Coming Fall 2019 », sur IGN, (consulté le 8 mai 2018).
  29. (en) David Stephens, « Rambo 5 Reportedly Recruits Get the Gringo Director », Screen Rant, (consulté le 11 octobre 2018).
  30. (es) Adriana Barraza se prepara para Rambo V.
  31. (en) Mia Galuppo, « Sylvester Stallone's 'Rambo 5' Adds Yvette Monreal (Exclusive) », The Hollywood Reporter, (consulté le 10 octobre 2018).
  32. (en) Patrick Hipes, « ‘Rambo 5’ Finds Its Bad Guy In ‘Snowfall’s Sergio Peris-Mencheta », Deadline, (consulté le 11 octobre 2018).
  33. (en) B. Alan Orange, « Stallone Returns in First Rambo 5 Set Photos as a Badass Cowboy », MovieWeb, (consulté le 3 octobre 2018).
  34. (en) Amanda N'Duka, « ‘Rambo’: Sylvester Stallone Offers First Look At The Fifth Installment », Deadline, (consulté le 3 octobre 2018).
  35. Cody Hamman, « Rambo: Last Blood is Ten Minutes Longer In Some Countries », sur JoBlo, (consulté le 23 septembre 2019)
  36. « Rambo: Last Blood, le baroud d’honneur de Stallone », lefigaro.fr
  37. « Rambo Last Blood : c’est plus sa guerre »
  38. « « Bacurau », « Ceux qui travaillent »… les films à voir (ou pas) cette semaine », nouvelobs.com
  39. (en) « Rambo: Last Blood (2019) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 22 septembre 2019)
  40. (en) « Rambo: Last Blood Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 22 septembre 2019)
  41. Kenneth Turan, « Review: Sylvester Stallone's 'Rambo: Last Blood' goes for the jugular - but in darker ways », sur Los Angeles Times, (consulté le 20 septembre 2019)
  42. a et b Peter Debruge, « Film Review: 'Rambo: Last Blood' », sur Variety, (consulté le 19 septembre 2019)
  43. a et b Witney Seibold, « Rambo: Last Blood Review », sur IGN, (consulté le 19 septembre 2019)
  44. a et b Katie Walsh, « Movie review: Deeply xenophobic, lazy 'Rambo: Last Blood' should be the end of the line for the character », sur Chicago Tribune, (consulté le 20 septembre 2019)
  45. William Bibbiani, « [Review] 'Rambo: Last Blood' is Bloody, But the Wrong Kind of Disgusting », sur Bloody Disgusting, (consulté le 20 septembre 2019)
  46. Charles Trepany, « Is 'Rambo: Last Blood' any good? Critics call it a 'MAGA fantasy,' 'orgy of death' », sur USA Today, (consulté le 21 septembre 2019)
  47. David Fear, « 'Rambo: Last Blood': A Reagan-Era Hero, Re-Engineered for the MAGA Age », sur Rolling Stone, (consulté le 20 septembre 2019)
  48. Matthew Rozsa, « The MAGA fever dream of "Rambo: Last Blood" », sur Salon, (consulté le 21 septembre 2019)
  49. Peter Bradshaw, « Rambo: Last Blood review – Stallone storms Mexico in a laughable Trumpian fantasy », sur The Guardian, (consulté le 20 septembre 2019)
  50. a et b « Rambo creator 'Hates' 'Last Blood' Left Theater Feeling 'Degraded and Dehumanized' », sur Newsweek, IBT Media (consulté le 21 septembre 2019)
  51. « Le créateur de Rambo est « embarrassé » de voir son nom associé au dernier film de la franchise », sur Slate.fr, (consulté le 22 septembre 2019)
  52. « Rambo: Last Blood », sur AlloCiné (consulté le 11 octobre 2019).
  53. Olivier Delcroix, « Rambo: Last Blood, le baroud d’honneur de Stallone », sur Le Figaro.fr, (consulté le 7 novembre 2019)
  54. « Critique de Rambo : Last Blood (Film, 2019) », sur CinéSéries, (consulté le 7 novembre 2019)
  55. « « Bacurau », « Ceux qui travaillent »… les films à voir (ou pas) cette semaine »
  56. a b et c (en) « Rambo: Last Blood », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 24 novembre 2019).
  57. « Rambo: Last Blood (2019) », sur JPBox-Office (consulté le 24 novembre 2019).

AnnexesModifier