Résolution 884 du Conseil de sécurité des Nations unies

résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies
Conseil de sécurité
des Nations unies

Résolution 884
Description de l'image Azerbaijan-Zangilan.png.
Caractéristiques
Date 12 novembre 1993
Séance no  3 313
Code S/RES/884 (Document)
Vote Pour : 15
Abs. : 0
Contre : 0
Sujet Arménie-Azerbaïdjan
Résultat Adoptée

Membres permanents

Membres non permanents

La résolution 884 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée à l'unanimité le , après avoir réaffirmé les résolutions 822 (1993), 853 (1993) et 874 (1993), le Conseil a exprimé sa préoccupation face à la poursuite du conflit arméno-azerbaïdjanais au Haut-Karabakh. condamné les violations du cessez-le-feu entre les parties, en particulier l'occupation du district de Zangilan et de la ville de Goradiz.

Le Conseil a également condamné les attaques contre les civils et les bombardements en Azerbaïdjan, appelant le gouvernement arménien à user de son influence pour que les Arméniens du Haut-Karabakh respectent les résolutions antérieures du Conseil de sécurité. Il s'est également félicité de la déclaration du Groupe de Minsk de l'OSCE concernant les cessez-le-feu unilatéraux[1].

La résolution exigeait alors de la part des parties concernées la cessation immédiate des hostilités, le retrait unilatéral des forces d'occupation du district de Zangelan et de la ville de Goradiz et le retrait des forces d'occupation des autres zones récemment occupées de l'Azerbaïdjan. En ce qui concerne les violations récentes du cessez-le-feu, le Conseil a exhorté les parties à observer le cessez-le-feu établi à partir des contacts entre le gouvernement de la Russie et le Groupe de Minsk de l'OSCE. Il a également demandé aux autres pays de s'abstenir d'intervenir dans le conflit, d'autant plus que les combats à la frontière entre l'Azerbaïdjan et l'Iran ont conduit les troupes iraniennes à se rendre dans la région frontalière.

Enfin, le Conseil a demandé au secrétaire général et aux organismes internationaux de fournir une aide humanitaire d'urgence à la population civile touchée, en particulier aux personnes déplacées, exhortant en outre le secrétaire général Boutros Boutros-Ghali et le Groupe de Minsk de l'OSCE continue de faire rapport au Conseil sur les faits nouveaux[2].

Malgré l'adoption de la résolution 884, les bombardements et les combats périodiques se sont poursuivis[3].

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Croissant, Michael P, The Armenia-Azerbaijan conflict: causes and implications. Greenwood Publishing Group., , p. 94–95.
  2. (en) Human Rights Watchghts Watch. p. 45., Azerbaijan: Seven years of conflict in Nagorno-Karabakh. Human Rights Watch., , p. 45.
  3. (ru) Владимир Казимиров., Карабах: применение силы и его результаты.,‎ 20 апреля 2013