Réseau synchrone d'Europe continentale

le plus grand réseau électrique du monde

Le réseau synchrone d'Europe continentale (également connu sous le nom de zone continentale synchrone ; anciennement connu sous le nom de réseau UCTE ) est le plus grand réseau électrique du monde. Il est, de ce fait, forcément synchrone. Il est interconnecté en tant que réseau électrique monophasé à fréquence de réseau de 50 Hz qui alimente plus de 400 million de clients dans 24 pays, dont la majeure partie de l'Union européenne. En 2009, 667 GW de capacité de production ont été raccordés au réseau, fournissant environ 80 GW de marge de réserve d'exploitation[1]. Les gestionnaires de réseau de transport exploitant ce réseau ont formé l'Union pour la coordination du transport de l'électricité (UCTE), qui fait désormais partie du Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d'électricité (ENTSO-E).

Carte de réseaux synchrones
Carte des organisations européennes de gestionnaires de réseau de transport (groupes régionaux) Europe continentale, pays nordiques, pays baltes, Grande-Bretagne et Irlande/Irlande du Nord (anciennement UCTE, UKTSOA, NORDEL, ATSOI, IPS/APS).

Zone géographiqueModifier

Le réseau synchrone de l'Europe continentale couvre

  • le territoire du groupe régional « Europe continentale » de l'ENTSO-E,
  • certains pays voisins non impliqués dans l'ENTSO-E.

Le réseau synchrone comprend une partie ou la totalité de l'Autriche, de la Belgique, de la Bosnie-Herzégovine, de la Bulgarie, de la Croatie, de la République tchèque, du Danemark (partie occidentale), de la France, de l'Allemagne, de la Grèce, de la Hongrie, de l'Italie, du Luxembourg, du Monténégro, des Pays- Bas, de la Macédoine du Nord et de la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie, la Slovénie, l'Espagne et la Suisse en tant que membres du groupe régional « Europe continentale ». Outre les membres de l'ENTSO-E, la petite île électrique de l'ouest de l' Ukraine est synchronisée avec le réseau de l'Europe continentale. L'Albanie exploite le réseau national de manière synchrone avec le réseau synchrone de l'Europe continentale. Les réseaux du Maroc, de l' Algérie et de la Tunisie sont synchronisés avec le réseau européen via Gibraltar et au sein de Med-TSO[2]. En avril 2015, le réseau turc a été synchronisé avec le réseau européen[3]. En 2022; en raison de la guerre, le réseau électrique ukrainien est connecté au réseau européen[4].

Bien que synchrones, certains pays fonctionnent quasiment en mode insulaire, caractérisé par une faible connectivité avec les autres pays. La Commission européenne considère qu'une connectivité élevée est bénéfique [5] et a répertorié plusieurs projets d'interconnexion comme projets d'intérêt commun[6]. Cependant, les réseaux nationaux doivent également être mis à niveau pour gérer des flux d'énergie accrus si les valeurs d'un marché libre de l'énergie doivent être réalisées dans l'UE[7].

HistoireModifier

L'Ukraine est membre de la Communauté de l'énergie.

Début 2021, l'Ukraine a annoncé qu'elle se déconnecterait de la Russie et de la Biélorussie d'ici la fin de 2023 et s'intégrerait au réseau européen[8],[9].

Le 23 février 2022, lors du plus récent des tests, l’Ukraine a déconnecté son réseau électrique des réseaux européen, russe et biélorusse[10].

Le 24 février 2022 : à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'Ukraine a désynchronisé son réseau du réseau russe[11],[12].

Le lundi 28 février 2022, les ministres de l’Énergie de l’UE se sont réunis à Bruxelles pour discuter de la sécurité énergétique en Ukraine et de l’impact de la guerre sur le marché européen de l’énergie et sur les prix de l’énergie, alors que des militants ukrainiens demandaient la connexion rapide du pays au réseau électrique de l’UE[10].

Le réseau moldave aussi[13].

Le 16 mars 2022, le réseau électrique ukrainien, qui fonctionnait depuis le début de la guerre en mode isolé, est connecté au réseau européen. Il s’agit d’une accélération d’un processus qui était à l’étude depuis 2017 mais a été précipité en raison de la guerre, à la demande de l'Ukraine[14]. Le réseau électrique moldave est désormais également connecté au réseau européen[4].

25 aout 2022 : déconnexion de la centrale de Centrale nucléaire de Zaporijjia.

Liste des niveaux d'interconnexion électriqueModifier

Interconnexion électrique en pourcentage (EIL = niveau d'interconnexion électrique) de la capacité de production d'électricité installée en 2014 ; l'objectif de l'UE d'au moins 10 % pour 2020 et 15 % pour 2030[5].

D'autres formules de calcul des niveaux d'interconnexion sont basées sur la charge de pointe au lieu de la capacité installée[15].

Certaines transmissions frontalières, en particulier autour des Alpes, ont à la fois un taux d'utilisation élevé et une grande différence de prix, ce qui implique qu'une transmission supplémentaire serait bénéfique[16].

État EIL 2014 EIL 2017 Capacité interconnectée 2019 [GW] Capacité de production 2019 [GW] Pic de charge 2018 [GW] Niveau de connectivité selon la méthode de 2002 Niveau de connectivité selon la méthode du Premier groupe d'experts
Autriche 29% 11.8 21.3 12.1 55% 98%
Belgique 17% 19%[17] 8.6 23.1 13.5 37% 64%
Bulgarie 11% 1.9 12.7 6.5 15% 29%
Croatie 69% 3.2 5.0 3.2 64% 99%
Chypre (pays) 0% 0.0 1.5 1.0 0% 0%
Tchéquie 17% 9.5 20.8 11.1 45% 85%
Danemark (pays constitutif) 44% 51% 7.4 15.9 6.1 46% 121%
Estonie 1.8 2.8 1.5 65% 120%
Finlande 30% 3.9 17.3 14.2 23% 28%
France 10% 22.3 130.7 96.3 17% 23%
Allemagne 10% 28.4 222.4 79.1 13% 36%
Royaume-Uni 6% 5.7% (2019)[18] 4.7 78.4 61.4 6% 8%
Grèce 11% 1.1 17.1 9.1 6% 12%
Hongrie 29% 6.4 9.1 6.6 70% 97%
Irlande (île) 9% 0.5 9.8 4.9 5% 11%
Italie 7% 11.0 94.4 57.6 12% 19%
Lettonie 2.0 2.8 1.3 71% 161%
Lituanie 2.4 3.6 2.0 67% 121%
Luxembourg 245% 1.1 0.3 1.0 409% 105%
Malte 0.2 0.7 - 30% -
Pays-Bas (pays constitutif) 17% 18% 11.2 30.5 18.5 37% 61%
Norvège 8.7 30.5 24.1 28% 36%
Pologne 4% 6.0 42.5 24.5 14% 24%
Portugal 7% 4.0 19.6 8.7 20% 46%
Roumanie 7% 2.2 18.8 8.9 12% 24%
Slovaquie 61% 5.5 7.6 4.5 73% 122%
Slovénie 65% 4.7 3.7 2.4 127% 199%
Espagne 2% 7.6 104.7 40.6 7% 19%
Suède 26% 12.3 40.8 27.4 30% 45%
Suisse 16.8 16.1 9.8 105% 172%
 
Connexions CCHT dans toute l'Europe

Le réseau britannique n'est pas synchronisé avec la fréquence de l'Europe continentale, mais il est interconnecté en courant continu à haute tension (CCHT) via les liaisons câblées IFA 2000, BritNed, Nemo Link, IFA-2 et Norway . En 2014, avant que Nemo Link, IFA-2 et NSN ne deviennent opérationnels, le niveau d'interconnexion électrique du Royaume-Uni était de 6 %[5].

Les réseaux d'Irlande et d'Irlande du Nord forment le groupe régional irlandais pour ENTSO-E. Ils ne sont pas encore connectés avec le réseau de l'Europe continentale, mais disposent d'interconnexions en courant continu avec le réseau britannique via l'interconnexion CCHT Moyle et l'interconnexion Est-Ouest .

De même, le groupe régional nordique de l'ENTSO-E (anciennement NORDEL), composé de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de la partie orientale du Danemark (Zélande avec îles et Bornholm), n'est pas synchronisé avec l'Europe continentale, mais compte un certain nombre de laissons asynchrones avec le réseau de l'Europe continentale. Gotland n'est pas synchronisé avec la suède continentale, car il est connecté par la liaison de Gotland, en CCHT.

Le réseau du groupe régional « Baltique » de l'ENTSO-E, composé de la Lituanie, de la Lettonie et de l'Estonie, qui fait actuellement partie du système IPS/UPS, est interconnecté avec le réseau nordique à un niveau d'interconnexion électrique de 10 % via les câbles CCHT Estlink et le câble NordBalt, qui fonctionne depuis 2015[5]. Les pays baltes sont également connectés au réseau de l'Europe continentale via l'interconnexion Lituanie-Pologne.

Les réseaux d'Islande et de Chypre ne sont pas encore interconnectés avec les autres réseaux. Malte est connectée à hauteur de 35% via l'interconnexion Malte-Sicile, mise en service en 2015.

Projets d'extensions futuresModifier

L'UCTE/ENTSO-E et les sociétés de transport partenaires prévoient les extensions suivantes du réseau et de la fréquence synchrone :

  1. UCTE-Ukraine/Moldavie, pour déconnecter uniquement ces réseaux du système IPS/UPS et les interconnecter au réseau synchronisé d'Europe centrale[19].
  2. La connexion synchrone Tunisie-Libye, qui étendrait la fréquence de l'Europe continentale à la Libye, l'Égypte, la Jordanie, la Syrie et le Liban (ces cinq derniers pays constituent le SEMB du projet d' anneau électrique méditerranéen)[réf. nécessaire].

Projets de connexions en courant continu :

  1. L' interconnexion EuroAsia entre la Grèce, Chypre et Israël via le câble électrique sous-marin le plus long du monde.

D'autre part, il existe une autre option concernant l'Ukraine et la Moldavie, et le groupe régional « Baltique » de l'ENTSO-E : il s'agirait de déconnecter uniquement ces réseaux du système IPS/UPS et les interconnecter de manière synchrone au réseau synchronisé d'Europe centrale[20]. Début 2021, l'Ukraine a annoncé qu'elle se déconnecterait de la Russie et de la Biélorussie d'ici la fin de 2023 et s'intégrerait au réseau européen[8],[9].

D'autres possibilités sont l'extension au groupe régional nordique, l'interconnexion Turquie-Irak et le concept DESERTEC pour l'interconnexion avec d'autres pays du Moyen-Orient[réf. nécessaire]. Dans le passé, les réseaux arménien et turkmène faisaient partie du système unifié soviétique, mais actuellement ils sont connectés au réseau iranien.

Voir égalementModifier

RéférencesModifier

  1. UCTE Annual REport 2008
  2. « Mediterranean transmission system operators » (consulté le )
  3. « ENTSO-E at a Glance », ENTSO-E,
  4. a et b « Le réseau électrique ukrainien est désormais « connecté » au réseau européen », sur Connaissance des Énergies, .
  5. a b c et d COM/2015/082 final: "Achieving the 10% electricity interconnection target" Text PDF pp. 2–5. European Commission, 25 February 2015. Archive Mirror
  6. "Union list of projects of common interest" p. 10. European Commission, 18 November 2015.
  7. ACER Market Monitoring Report - 2015, Agency for the Cooperation of Energy Regulators, (ISBN 978-92-95083-19-6, lire en ligne)
  8. a et b « Kyiv: Ukraine will cut itself off from power grids of Russia and Belarus », UAWire, .
  9. a et b « Ukraine to disconnect from Russia and Belarus' power systems by end of 2023 », TASS, .
  10. a et b Kira Taylor, « Les ministres européens de l’énergie envisagent d’accélérer la connexion du réseau électrique ukrainien à celui de l’UE », sur www.euractiv.fr, (consulté le )
  11. www.lemondedelenergie.com/connexion-electrique-ue-ukraine-kiev/2022/02/28/
  12. « Le réseau électrique ukrainien est «connecté» au réseau européen, annonce Barbara Pompili », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Le réseau électrique ukrainien désormais connecté au réseau européen », sur Europe 1 (consulté le ).
  14. Guerre en Ukraine. Le réseau électrique ukrainien désormais « connecté » au réseau européen, Ouest-France, 16 mars 2022.
  15. (en) « Modelling the European cross-border electricity transmission »
  16. Mezősi, Pató et Szabó, « Assessment of the EU 10% interconnection target in the context of CO 2 mitigation », Climate Policy, vol. 16, no 5,‎ , p. 659 (DOI 10.1080/14693062.2016.1160864)
  17. « North Sea Region interconnection, Interreg VB North Sea Region Programme », northsearegion.eu
  18. (en) « New cable between Germany and UK advances Europe's integrated power system », Clean Energy Wire,
  19. « Regional Group Continental Europe » [archive du ]
  20. Lukas Trakimavicius, « The Hidden Threat To Baltic Undersea Power Cables », NATO ENSEC COE Energy Security blog, (consulté le )

Liens externesModifier