Rénier Ier de Montferrat

Rénier ou Rainier Ier de Montferrat de la famille des Alérame (Aleramici) (en italien: Ranieri; c. 1084 † mai 1135) était un seigneur italien du début du XIIe siècle, qui fut marquis de Montferrat de 1100 environ à sa mort. Il est fils de Guillaume IV et d'Aude ou Otta d'Agliè, fille de Thibault d'Agliè.

Rénier Ier de Montferrat
Fonction
Marquis de Montferrat
-
Titre de noblesse
Margrave
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Père
Mère
Conjoint
Enfants
Guillaume V de Montferrat
Giovanna del Monferrato (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coat of arms of the House of Alerami.svg
blason

BiographieModifier

Rénier est un puissant seigneur de son époque, selon les documents (chroniques et chartes). Avec lui, les Alérames de Montferrat sortent de l'ombre pour la première fois et montrent une grande influence politique en Italie. Cependant, le début du règne n'est pas vraiment connu, comme le montre une charte du qui le présente ainsi Raynerius de Monteferrato marchio. Il apparait avec ce titre plusieurs années après en 1126 et en 1133 quand il fonde l'abbaye cistercienne de Sainte Marie de Lucedio, près de Trino.

Selon les chartes de l'époque, Rénier est un fidèle de l'empereur Henri V. Au cours de cette année, il obtient de l'empereur pour les habitants de Turin un diplôme à propos de la Via Francigena qui traverse la ville. Durant cette même année, il effectue une donation avec son cousin Aubert d'Occimiano au chapitre de Saint-Evase de Casale.

En 1113, il cède sa part de Langiano au monastère de San Secondo di Terra Rossa, dépendant de l'abbaye de Fruttuaria. Le , Renier est présent avec l'empereur lorsque ce dernier attribue les châteaux de Celle, Frassinello, Fubine, et Cuccaro à son neveu Conrad.

FamilleModifier

En 1105, Rénier épouse Gisèle, fille de Guillaume Ier, comte de Bourgogne, veuve du comte en Maurienne Humbert II et mère d'Adèle de Savoie, qui épouse en 1115 le roi Louis VI de France[1]. Ils ont :

  • Guillaume V (v. 1115 † 1191), marquis de Montferrat
  • Jeanne, mariée en 1127 à Guillaume Cliton, comte de Flandre, et veuve l'année suivante
  • Mathilde, mariée à Albert Zueta, marquis de Parodi
  • Adélaïde, nonne
  • peut-être une fille du nom d'Isabelle, mariée à Guy, comte de Biandrate (it) (mais il est aussi possible qu'elle soit fille d'un second mariage de Jeanne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Usseglio, Leopoldo. I Marchesi di Monferrato in Italia ed in Oriente durante i secoli XIIe XIII. 1926.

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Alexander Daniel Beihammer, Maria G. Parani et Christopher David Schabel, Diplomatics in the Eastern Mediterranean 1000-1500 : Aspects of Cross-cultural Communication, BRILL, , 467 p. (ISBN 9789004165472, lire en ligne), p. 182-183.