Queer Force

Série d'animation pour adultes LGBT sur Netflix
Queer Force

Type de série Série d'animation pour adultes
Titre original Q-Force • Queer-Force
Genre Espionnage
Super-héros
Création

Sean Hayes


Michael Schur
Doubleurs principaux

Sean Hayes
Gary Cole
David Harbour

Patti Harrison
Laurie Metcalf
Matt Rogers
Wanda Sykes
Gabe Liedman

Production

Production exécutive Gabe Liedman
Todd Milliner
David Miner
Michael Schur
Sean Hayes
Société de production Universal Television
Universal Animation Studios
Hazy Mills Productions
Fremulon
3 Arts Entertainment

Titmouse, Inc.
Société de distribution NBCUniversal Television Distribution

Diffusion

Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Netflix
Public conseillé Adultes
Site web Site officiel

Queer Force, est une série d'animation pour adultes américaine, créée par Sean Hayes et Michael Schur diffusée sur Netflix depuis le [1]. En , Netflix a commandé 10 épisodes de la série, avec Gabe Liedman comme Showrunner, ainsi que Sean Hayes, Todd Milliner, et d'autres comme producteurs exécutifs.[2]

Les épisodes sont diffusées sur Netflix depuis le .[3],[4]

SypnosisModifier

Cette série porte sur un groupe de supers-espions LGBT+ sous-estimés, et est centrée sur un agent secret gay qui ressemble à James Bond, Steve Marywhether (également connu sous le nom d'agent Mary), alors qu'ils essaient de faire leurs preuves dans des aventures personnelles et professionnelles[5].

Un jour, l'agent Mary décide de faire ses preuves auprès de l'agence de renseignement américaine (AIA), de résoudre une affaire et d'obtenir l'approbation de l'agence, mais il doit ajouter un nouveau membre à son équipe, un homme hétérosexuel[6],[7].

PersonnagesModifier

  • Steve Maryweather (doublé par Sean Hayes ; VF : Marc Arnaud) : Également connu sous le nom d'agent Mary, Steve faisait autrefois partie de l'Agence de renseignement américaine (AIA) avant de révéler son homosexualité. Il dirige l'équipe Queer Force, composée de lui-même, Stat, Twink et Deb[3].
  • Directeur Dirk Chunley (doublé par Gary Cole ; VF : Julien Kramer) : Le directeur de l'AIA, qui est un type hétérosexuel et impitoyable[3].
  • Agent Rick Buck (doublé par David Harbour ; VF : Stéphane Pouplard) : Un agent hétérosexuel intégré à l'équipe Queer Force après que celle-ci soit devenue un espion officiel[3].
  • Stat (doublée par Patti Harrison ; VF : Alice Taurand) - Une hackeuse qui fait partie de la Queer Force et qui a son propre secret[3].
  • V (doublé par Laurie Metcalf ; VF : Marie Zidi) : La directrice adjointe de l'AIA, la femme la plus haut placée dans l'agence, qui a le béguin pour Mary[3].
  • Twink (doublé par Matt Rogers ; VF : Rémi Caillebot) : Maître dans l'art de se déguiser en travesti, membre de la Queer Force[3].
  • Deb (doublée par Wanda Sykes ; VF : Corinne Wellong) : Une mécanicienne qualifiée, lesbienne, qui fait partie de la Queer Force et a une femme et 16 chiens[3].
  • Benji (doublé par Gabe Liedman ; VF : Tanguy Goasdoué) : Un homme gay dont l'agent Mary est amoureux et est souvent en danger en raison de sa proximité avec la Queer Force[3].

ÉpisodesModifier

  1. Indépendance (Rogue)
  2. Le barbecue de Deb (Deb's BBQ)
  3. Le secret de Backache Mountain (Backache Mountain)
  4. Europevision (EuropeVision)
  5. Du rififi à West Hollywood (WeHo Confidential)
  6. Le bal des secrétaires (The Secretaries' Ball)
  7. Tarzana (Tarzana)
  8. Greyscale (Greyscale)
  9. Le cœur de la mer (The Coeur de la Mer)
  10. Le trou (The Hole)

RéceptionModifier

Avant la sortieModifier

La diffusion de la bande-annonce le 23 juin a suscité des réactions très polarisées, notamment de la part de personnes LGBT. Il lui est reproché, en autres, l'humour centré sur les homosexuels et l'utilisation des stéréotypes sur les LGBT[8].

Reuben Baron, de CBR, a exprimé son appréhension à l'égard de la série, déclarant qu'il n'était pas sûr qu'elle soit bonne et que son humour ne conviendrait pas à tout le monde, mais il a ajouté que le fait que la série soit écrite, jouée et animée par des personnes homosexuelles faisait la différence. Il a également conclu que, quelle que soit la tournure de la série, elle "n'est pas faite à partir de positions intolérantes", demandant aux gens d'attendre la sortie de la série pour la critiquer[9].

Charles Pulliam-Moore, de Gizmodo, a déclaré que "le principe de la série et les blagues de la bande-annonce ressemblent à une tentative beaucoup plus banale et reconnaissable d'exploiter le genre de proxénétisme queer que la série elle-même dénonce", mais qu'elle "pourrait finir par avoir quelque chose d'intéressant à dire lors de sa première diffusion"[10].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « The GLAAD Wrap: 'Q-Force' ordered at Netflix, Laverne Cox cast in a new film, 'Boomerang' renewed, the trailer for 'She-Ra,' and more! », sur GLAAD, (consulté le )
  2. (en-US) Michael Ausiello, « Gay 'James Bond' at Netflix: Animated Q-Force From Sean Hayes, Mike Schur Snags 10-Episode Series Order » [archive du ], sur TVLine, (consulté le )
  3. a b c d e f g h et i (en-US) Patrick Hipes et Patrick Hipes, « Netflix’s ‘Q-Force’ Rounds Out Cast Joining Sean Hayes, Sets Premiere Date; Watch Teaser Trailer » [archive du ], sur Deadline, (consulté le )
  4. (en-US) « First 'Q-Force' Trailer Reveals Voice Cast for Netflix's Queer-Themed Animated Spy Comedy Series », sur Collider, (consulté le )
  5. (en-US) « The 2020-2021 GLAAD TV Report Reveals Worsening Trends » [archive du ], sur The Geekiary, (consulté le )
  6. (en-US) Mercedes Milligan, « Netflix Announces Cast of Adult Toon Comedy 'Q-Force' » [archive du ], sur Animation Magazine, (consulté le )
  7. (en-US) Mey Rude, « 'Q Force' Is Coming to Netflix to Save the World Like Only Gays Can » [archive du ], sur www.out.com, (consulté le )
  8. (en) « Are 'Q-Force' the Gay Heroes We've Been Waiting For? » [archive du ], sur PAPER, (consulté le )
  9. (en-US) Reuben Baron, « Q-Force (Probably) Doesn't Deserve the Hate It's Getting Right Now » [archive du ], sur CBR, (consulté le )
  10. (en-US) Charles Pulliam-Moore, « Q-Force's First Trailer Wants in on All the Corporate Gay Pandering » [archive du ], sur Gizmodo, (consulté le )

Liens externesModifier