Puerta del Sol (Madrid)

place de Madrid, Espagne

La Puerta del Sol (littéralement « porte du Soleil » en espagnol) est l'une des places les plus connues et les plus animées de Madrid, en Espagne.

Puerta del Sol
Image illustrative de l’article Puerta del Sol (Madrid)
Situation
Coordonnées 40° 25′ 01″ nord, 3° 42′ 13″ ouest
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Région Communauté de Madrid
Ville Madrid
Quartier(s) Centre
Morphologie
Type Place
Forme Demi-cercle
Histoire
Lieux d'intérêt Point zéro des routes espagnoles
Monuments Maison royale du courrier
Statue équestre de Charles III d'Espagne
Monument de l'ours et de l'arbousier

SituationModifier

La Puerta del Sol est située au cœur de Madrid, dans l'arrondissement du Centre, à 800 m à l'est du Palais royal et au nord-est de la Plaza Mayor.

Son périmètre, formé d'un côté rectiligne au sud et semi-circulaire pour le reste, délimite un plateau central sur lequel s'ouvrent dix artères dont les plus importantes sont la calle Mayor à l'ouest et la rue d'Alcalá au nord-est. Depuis 2020, la place est entièrement piétonne.

HistoireModifier

La Puerta del Sol est à l'origine l'une des portes permettant de franchir le mur qui entourait Madrid au XVe siècle. Son nom provient du fait qu'au fronton de l'un de ses édifices figurait jadis un cadran solaire. Entre le XVIIe et le XIXe siècle, la place était un important lieu de rendez-vous. La Maison royale du courrier constituait le lieu d'arrivée des messages provenant de l'étranger et du reste du pays, faisant de la place le lieu idéal pour obtenir les dernières nouvelles. Les escaliers de l'église Saint-Philippe (aujourd'hui disparue) étaient ainsi connus comme un lieu de commérages.

Le , le président du Conseil José Canalejas est assassiné par l'anarchiste Manuel Pardiñas Serrano sur la place devant la librairie San Martín, au croisement de la rue Carretas.

Le , la Puerta del Sol est le lieu de rassemblement de nombreux Madrilènes célébrant la proclamation de la Seconde République.

Après la guerre civile et la victoire de Franco, la Maison royale du courrier abritant la Direction générale de la sécurité, les manifestations sont interdites sur la place. Le , un attentat commis par l'ETA politico-militaire dans la cafétéría Rolando, à quelques mètres de la place, provoque la mort de treize personnes[1].

La place fait l'objet de plusieurs campagnes de réaménagement, en 1959, puis en 1986 avec l'extension de la zone piétonne. La dernière rénovation en date remonte à 2009, avec l'ouverture du nouveau centre d'échanges souterrain entre le métro et les trains de banlieue et l'extension de l'espace dédié aux piétons. Depuis 2020, un nouveau projet urbain est en cours qui se caractérise par la piétonnisation complète suivie d'une reconfiguration qui doit être achevée en 2021[2].

Sites et monumentsModifier

La Maison royale du courrier (en espagnol : Real Casa de Correos), qui s'élève sur le côté sud, est construite entre 1766 et 1768 selon les plans de l'architecte français Jacques Marquet. Pendant la dictature de Francisco Franco et jusqu'en 1984, le bâtiment est occupé par le ministère de l'Intérieur et de la Sécurité de l'État. Depuis 1985, il abrite le siège de la présidence de la Communauté de Madrid et fait l'objet d'une profonde rénovation entre 1996 et 1998.

Juste devant la façade de l'édifice, une plaque y matérialise au sol le point kilométrique zéro des routes espagnoles, et représente le centre symbolique du pays.

 
Le kilomètre zéro.

La statue équestre de Charles III, inaugurée en 1994, s'élève au centre de la place.

À l'entrée de la rue d'Alcalá, s'élève le monument de l'ours et l'arbousier (el oso y el madroño). Installé en 1967, il représente les symboles héraldiques de la ville.

Enfin la Puerta del Sol est connue pour son enseigne lumineuse des vins Tío Pepe, créée en 1920. Initialement placée sur le toit du Grand Hôtel de París, au n°1 de la place, elle est réinstallée en 2014 sur l'immeuble du n°11, en face de la Maison royale du courrier[3].

Lieu de rassemblementModifier

Mouvement 15MModifier

Le , une manifestation s'y déroule à l'appel du mouvement ¡Democracia Real Ya! (« Une vraie démocratie, maintenant »). L'occupation de la place se poursuit pendant plus d'une semaine, nuit et jour. Des dizaines de milliers de personnes s'y réunissent chaque jour, débattant et s'appropriant l'espace public.

Autres manifestationsModifier

La Puerta del Sol a été le théâtre de manifestations contre les attentats de Madrid du 11 mars 2004 mais également contre l'implication de l'Espagne dans la guerre en Irak.

C'est sur la place que tout le monde se réunit habituellement le 31 décembre pour fêter le nouvel an au son de l'horloge de la Maison royale du courrier. La coutume veut que l'on avale un raisin à chaque son de cloche (las doce uvas).

TransportsModifier

Elle est desservie par la station Sol des lignes 1, 2 et 3 du métro, et des trains de banlieue du réseau Cercanías Madrid.

CultureModifier

La Puerta del Sol apparaît dans de nombreuses œuvres littéraires et cinématographiques.

CinémaModifier

  • Le Jour de la bête (El día de la bestia), film du réalisateur Álex de la Iglesia.
  • Km. 0, comédie espagnole se déroulant près de la plaque du kilomètre zéro.
  • El misterio de la Puerta del Sol, sorti en 1929, considéré comme le premier film espagnol sonore.
  • Vistas de la Puerta del Sol, tourné en 1896 par Alexandre Promio.
  • La Folie des grandeurs, sorti en 1971 et tourné par Gérard Oury, la Puerta del Sol y est évoquée quand Don Salluste rend sa toison d'or.

ThéâtreModifier

ZarzuelaModifier

  • La Puerta del Sol (1907), de Manuel Fernández Palomero.
  • La villa de los gatos (1917), dans le premier acte.
  • El último tranvía, de Ricardo Blasco.
  • Por conseguir a una mujer de Luis Olona, l'œuvre commence sur la place.

LittératureModifier

PeintureModifier

GalerieModifier

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :