Ouvrir le menu principal

Prosper Môquet

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Môquet.

Prosper Môquet
Illustration.
Fonctions
Député
1936-1940
1945-1951
Gouvernement Troisième République-Quatrième République
Groupe politique PCF
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 89 ans)
Enfants Guy Môquet
Résidence Seine
Yonne

Prosper François Môquet, né le à Chanteloup (Manche) et mort le à Bréhal (Manche), est un homme politique français.

BiographieModifier

Fils de petits agriculteurs de la Manche, Prosper Môquet est garçon de ferme quand, lors de la Première Guerre mondiale, il est envoyé au front en 1916, à l'âge de 19 ans. Il est incorporé au 36e régiment d'infanterie de ligne à Caen, puis il rejoint le 338e régiment d'infanterie sur la Somme. Il est blessé à Fère-en-Tardenois le [1].

Démobilisé en , il s'installe à Paris et se fait embaucher comme cheminot sur le réseau de l'État. Le 19 juillet 1921, Prosper Môquet se marie avec Juliette Marguerite Marie Thelot, à Saint-Loup dans la Manche. Il milite à partir de 1923 au syndicat CGTU et devient à partir de 1933 délégué du personnel, délégué à la sécurité, membre de la commission administrative, puis secrétaire adjoint de la fédération unitaire des cheminots lors de la fusion entre CGT et CGTU.

Entré au Parti communiste français en 1926, il est élu député de la Seine pour la circonscription du 17e arrondissement de Paris en 1936. Arrivé en deuxième position au premier tour derrière le candidat de l'entente républicaine Fourès, il est élu au second tour avec 54,92 % des voix.

Lors du déclenchement de la guerre d'Espagne, durant l'été 1936, il se déplace à Hendaye avec sa famille « pour assurer la liaison avec les camarades [communistes] espagnols »[2].

À la Chambre des députés, il fait partie de plusieurs commissions : aéronautique, comptes et économie, législation civile et criminelle. Il intervient dans la discussion du budget pour l'exercice de 1939, où il soutient un amendement relatif aux sanctions consécutives à la grève du . Il dépose une demande d'interpellation sur la situation des réfugiées des brigades internationales dans les camps de concentration.

À la suite de la dissolution du Parti communiste par le gouvernement Daladier, le , il ne dénonce pas le pacte germano-soviétique et participe à la constitution légale du Groupe ouvrier et paysan français en remplacement du groupe communiste à la Chambre des députés[3]. Député membre de ce nouveau groupe, il est arrêté le [4] et déchu de son mandat le [5]. Dans le cadre du procès à huis clos contre 44 députés de ce groupe, il est condamné le , par le 3e tribunal militaire de Paris, avec 35 autres de ses camarades, à cinq ans de prison, 4 000 francs d'amende et cinq ans de privation de ses droits civiques et politiques, pour « […] infraction [au] décret de dissolution des organisations communistes » et propagation des « mots d'ordre de la IIIe Internationale »[6],[7]

Prosper Môquet est déporté en , avec les 26 autres députés[5] du « Chemin de l'Honneur », au bagne de Maison-Carrée en Algérie. C'est pendant son incarcération qu'il apprend que son fils Guy, âgé de 17 ans, militant communiste lui aussi, a été fusillé le à Châteaubriant. Traumatisé par le décès de Guy Môquet, le second fils de Prosper et Juliette Môquet, Serge Michel Môquet, décède le 19 avril 1944 d'une méningite.

Libéré en après le débarquement allié en Afrique du Nord et l'arrivée de De Gaulle à Alger, il devient après la guerre, député de l'Yonne d' à [5].

Le 30 mai 1956, Prosper Môquet et son épouse sont victimes d'un accident de voiture lors duquel Juliette Môquet trouve la mort.

Prosper Môquet se remarie en 1960 et adopte la fille de son épouse âgée alors de sept ans.

MandatsModifier

  • 3 mai 1936 - 21 janvier 1940 : député de la Seine - communiste[5].
  • 21 octobre 1945 - 10 juin 1946 : député de l'Yonne - communiste[5].
  • 2 juin 1946 - 27 novembre 1946 : député de l'Yonne - communiste[5].
  • 10 novembre 1946 - 4 juillet 1951 : député de l'Yonne - communiste[5].

Notes et référencesModifier

  1. Nathalie Viet-Depaule, « MÔQUET Prosper, François », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr, 30 juin 2008, dernière modification le 18 janvier 2019. (consulté le 20 février 2019).
  2. Louis Rivière, « Sur le chemin de l'engagement – Le Patriote résistant », Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes, novembre 2006, sur le site fndirp.asso.fr, consulté le 10 décembre 2008 [archivé par wikiwix].
  3. « Chambre des députés – 16e législature – Session extraordinaire de 1939 – Modifications aux listes électorales des membres des groupes », Journal officiel du 29 septembre 1939, gallica.bnf.fr.
  4. Albert Ouzoulias, Les Bataillons de la jeunesse, Éditions Sociales, 1967, p. 50.
  5. a b c d e f et g « Prosper Môquet » – « Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française) », sur le site de l'Assemblée nationale, consulté le 26 janvier 2017.
  6. Florimond Bonte, Le Chemin de l'honneur – De la Chambre des députés aux prisons de France et au bagne d'Afrique, Éditions Hier et Aujourd'hui, 1949, p. 345.
  7. Condamnation des ex-députés communistes, Le Matin, 4 avril 1940, sur gallica.bnf.fr

SourcesModifier

  • « Prosper Môquet », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition] .
  • Dictionnaire des parlementaires français, tome VII, Presses universitaires de France, Paris, 1972.

Liens externesModifier