Ouvrir le menu principal

Portes de Cilicie

(Redirigé depuis Portes ciliciennes)

Portes de Cilicie
Gülek Boğazı
Image illustrative de l’article Portes de Cilicie
Portes de Cilicie
Altitude 1 280 m
Massif Monts Taurus
Coordonnées 37° 19′ 40″ nord, 34° 47′ 40″ est
PaysDrapeau de la Turquie Turquie
ValléePlateau anatolien
(nord-est)
Plaine de Cilicie
(sud-ouest)
Ascension depuisEreğli, Aksaray Adana, Tarse
AccèsE90  O-21 E90  O-21
Fermeture hivernale non

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Portes de Cilicie

Les Portes de Cilicie ou Portes ciliciennes, en turc Gülek Boğazı, littéralement « passage de Gülek », forment le principal passage à travers les monts Taurus, reliant les basses plaines de Cilicie et la côte méditerranéenne au haut plateau d'Anatolie. Elles débouchent à 44 kilomètres au sud de Tarse.

GéographieModifier

Formées par les gorges étroites de la rivière Gökoluk, elles ont été longtemps uniquement praticables par des caravanes de mules, interdisant, par leur étroitesse, l'accès aux véhicules.

HistoireModifier

L'armée d'Alexandre le Grand avant la bataille d'Issos, saint Paul en chemin vers les Galates, et les chevaliers de la première croisade, empruntèrent ces Portes.

En 878, l'armée de l'empereur byzantin Basile Ier surprit les troupes du califat abbasside de Abadallah-ibn-Rachid et les mit en déroute au cours de la bataille des Portes ciliciennes. Globalement, tout au long des guerres byzantino-arabes, les portes ciliciennes ont constitué un point de passage stratégique pour les armées d'invasion arabes qui entreprennent régulièrement de lancer des raids sur le plateau anatolien contrôlé par les Byzantins.

Les ingénieurs allemands travaillant sur la voie ferrée Constantinople-Bagdad, incapables de suivre l'ancienne piste étroite et tortueuse, construisirent une série de viaducs et de tunnels : le nouveau passage fut inauguré en 1918.