Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Tarse (ville)

ville de Turquie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarse.
Tarse
(tr) Tarsus
Tarse (ville)
Ancienne église Saint-Paul à Tarse (aujourd'hui transformée en musée)
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région méditerranéenne
Province Mersin
Maire Burhanettin Kocamaz (MHP) (2009-2014)
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 33
Démographie
Population 223 065 hab.
Géographie
Coordonnées 36° 55′ nord, 34° 54′ est
Altitude 27 m
Localisation
Localisation de Tarse
Districts de la province de Mersin (Içel)

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 13.svg
Tarse

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 13.svg
Tarse
Liens
Site de la mairie http://www.tarsus.bel.tr
Site du district http://www.tarsus.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Tarse (en turc : Tarsus, en grec moderne : Ταρσός / Tarsós, en arménien : Տարսոն / Tarson, en hébreu : תרשיש / Ṭarśīś, en arabe : طَرَسُوس / Ṭarsūs et en hittite : Tarsa) est une ville de la région historique de Cilicie (en turc : İçel), en Turquie, dans l'actuelle province de Mersin.

Vieille d'une histoire de 6000 ans, Tarse est un lieu important pour de nombreuses civilisations à travers les siècles. Tarse était la capitale de la province romaine de Cilicie, et est surtout connue pour être la ville d'origine de Saint Paul, un des personnages les plus importants de l'histoire du Christianisme.

Sommaire

SituationModifier

Tarse est située sur la rivière Tarsus (ou rivière de Berdan appelée Cydnus durant l'antiquité). À l'origine, Tarse était un port maritime important. Aujourd'hui, ce port se trouve à une quinzaine de kilomètres à l'intérieur des terres, à cause d'un envasement important.

Elle succède à un village fortifié qui a été construit durant la période néolithique et détruit des suites d'un conflit armé considéré comme l'un des tout premiers du Croissant fertile après celui de Qermez Dere en Djezireh irakienne.

ÉtymologieModifier

L'ancien nom de la ville, Tarsos, dérivé du nom hittite de Tarsa, est possiblement un dérivé du dieu païen Tarku à l'époque où les Hittites dominaient la région[1].

La première mention historique de la ville apparaît dans des textes akkadiens sous l'ère néo-assyrienne sous le nom de Tarsisi.

Durant la période hellénistique, la ville porte le nom d'Antioche sur le Cydnus (en grec moderne : Αντιόχεια του Κύδνου et en latin : Antiochia ad Cydnum), pour la distinguer de l'Antioche sur l'Oronte syrienne.

Les Romains appellaient également la ville du nom de Juliopolis, puis Darson en arménien occidental et Tarson en arménien oriental.

HistoireModifier

AntiquitéModifier

D'origine hittite, comme la plupart des villes de Cilicie, Tarsus fut tour à tour assyrienne, perse, grecque, romaine, byzantine, arabe, arménienne et, pour terminer, ottomane et turque.

La ville fut un haut lieu de la philosophie stoïcienne.

Marc Antoine, lors du second triumvirat, y établit sa capitale après la bataille de Philippes. Tarse est aussi connu pour être le lieu de la première rencontre entre Cléopâtre et Marc Antoine.

Elle abrita l'une des premières églises chrétiennes d'Asie Mineure. Tarse est la ville natale de saint Paul, dit de Tarse, un juif et citoyen romain du nom de Saul. En 2008-2009, Tarse a célébré les 2 000 ans de l'apôtre, qui, sur les routes d'Anatolie, a porté la parole du Christ.

Ville prospère à l'époque romaine, Tarse était réputée pour le tissage de la toile.

Trois conciles ecclésiastiques se tinrent à Tarse en 431, 435 et 1177. Elle est un ancien évêché.

Moyen-ÂgeModifier

Durant la première croisade, Tarse fut prise par les Croisés aux Seldjoukides en 1097.

Plus tard, elle fut annexée en 1173 par les Arméniens. Léon II fut couronné roi d'Arménie en 1199 dans la cathédrale de Tarse.

La ville fut conquise en 1359 par les Mamelouks d'Égypte (fin du royaume d'Arménie en 1375) puis par les Ottomans en 1515.

ÉconomieModifier

Depuis les années 1920, Tarse produit du coton[2].

ÉducationModifier

Dans la ville se trouve le Tarsus American College, un des plus vieux lycées de Turquie.

SportModifier

La ville possède deux stades de football, Le Stade de la ville de Tarse et le Stade Burhanettin Kocamaz.

Le club de football de la ville est le Tarsus İdman Yurdu.

Personnalités liées à la villeModifier

GalerieModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier