Portail:Années 1830

Arachis hypogaea - Köhler–s Medizinal-Pflanzen-163.jpg Portail des

années 1830

Les années 1830 sont les dix années couvrant la période qui commence le et s'achève le . Cette décennie, la quatrième du XIXe siècle, suit les années 1820 et précède les années 1840.

658 articles sont actuellement liés au portail,
ventilés en 568 catégories.

Lumière sur [modifier

Exemplaire dédicacé par Charles Dickens à Mary Scott Hogarth (Mary Hogarth from her most affectionate Charles Dickens).

Les Papiers posthumes du Pickwick Club (titre original anglais : The Posthumous Papers of the Pickwick Club, souvent abrégé en The Pickwick Papers) [ðə 'pɪkwɪk 'peɪpəz], est le premier roman de Charles Dickens (1812-1870). D'abord signé Boz et publié en feuilleton de mars 1836 à novembre 1837, The Pickwick Papers connaît un succès quasi immédiat. Le premier numéro paraît à environ 400 exemplaires ; à la fin, le tirage s'élève à 40 000. Ainsi, comme il est dit dans l'un des premiers comptes rendus, Dickens s'est trouvé « catapulté vers la gloire comme une fusée » (« catapulted him to fame like a sky rocket »), et l'ouvrage est resté à la première place dans le cœur des lecteurs de Dickens pendant de nombreuses décennies.

À l'instar de Miguel de Cervantes, Dickens a conçu un héros donquichottesque dont les excentricités, loin d'agacer les lecteurs, le rendent aimable et touchant ; comme son illustre prédécesseur espagnol, Dickens cloue au pilori ses détracteurs en les humiliant plus qu'il ne le fait du héros. Il existe un parallèle entre les deux personnages : Don Quichotte est entiché de chevalerie errante et Pickwick s'est amouraché de savoir itinérant, et chacun mène son combat sans relâche selon un schéma devenu picaresque.

Malgré sa naissance accidentelle et sa structure épisodique, ce que Dickens a appelé « sa nature faite de pérégrination et d'exploration » (« perigrinatory and exploratory nature »), The Pickwick Papers s'est peu à peu constitué en roman, encore que certains de ses éléments restent en dehors de l'intrigue principale, mais contribuent, selon David Parker, à approfondir son ultime signification. Ce qui a commencé par une série d'épisodes comiques et relevant le plus souvent de l'anecdote gagne en envergure narrative, se transforme en intrigue, et finit, surtout après l'introduction de Sam Weller et les démêlés du héros avec la « vraie » vie, ici représentée par la rigueur de la loi, par devenir, comme l'écrit Paul Davis, « une sorte de Bildungsroman comique où s'effrite l'innocence du protagoniste, qui apprend à donner la primauté au réel sur les principes » (« a kind of comic Bildungsroman in which the innocent protagonist learns to compromise principle and affirm life »). Et loin d'être diminué ou aigri par ses souffrances et ses épreuves, Pickwick, qui n'a rien renié, préserve et même renforce sa bonne humeur et son indulgence premières. Davis conclut cette analyse en soulignant qu'avec The Pickwick Papers, Dickens, de journaliste, est devenu non seulement romancier, mais « le grand romancier comique de son siècle » (« the great comic novelist of his century »)…

Arrêt sur image [modifier

Ruth, toile de Francesco Hayez