Ouvrir le menu principal
Port Haliguen
Port Haliguen (2).JPG
L'entrée du vieux port et le phare[1]
Présentation
Type
Géographie
Coordonnées
Pays
Région
Département
Commune (France)
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Legenda port.svg
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan
Legenda port.svg
Localisation sur la carte de l’arrondissement de Lorient
voir sur la carte de l’arrondissement de Lorient
Legenda port.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Legenda port.svg

Le port-Haliguen se trouve à Quiberon, dans la baie du même nom. Le vieux port de pêcheur typique a évolué. Il est devenu un port de plaisance.

LocalisationModifier

Situé sur la presqu'île de Quiberon, ce port offre un accès à la baie de Quiberon et aux îles de Houat et Hœdic.

ToponymieModifier

HistoireModifier

On trouve la trace d'une présence romaine dans la découverte, le , d'un trésor composé de 450 monnaies d'argent ou de bronze, datant pour la plupart du règne d'Auguste[2].

Le 21 juillet 1795 (3 thermidor an III), Charles Eugène, comte de Sombreuil, chef de la Division de Sombreuil, capitule devant le général républicain Lazare Hoche sur la plage du Porigo au terme de l'expédition de Quiberon, tentative de débarquement des Emigrés entreprise le 27 juin 1795 à Carnac avec le soutien du Royaume-Uni de George III et de William Pitt. En 1840 est construite la jetée du vieux port, sur laquelle est construit 16 ans plus tard, en 1856, le phare de Port-Haliguen. La tour est d'une hauteur de 12 mètres et a été construit selon le modèle de nombreux petits feux de ports.

 
Port Haliguen au niveau de la nouvelle porte

À 2 h 15, dans la nuit du 30 juin au , le capitaine Dreyfus, arrivant de l'île du Diable sur le croiseur Sfax, débarque à Port-Haliguen[3]. Pour éviter tout débordement, les autorités ont fait croire que ce débarquement aurait lieu à Brest. Dreyfus est aussitôt conduit par train spécial à Saint-Jacques-de-la-Lande, d'où il gagne la prison militaire de Rennes[4], en attendant son deuxième procès (7 août au 9 septembre). À Port-Haliguen, une plaque commémorant l'événement est apposée sur le quai des Sinagots, en 1932[3].

Désormais, Port-Haliguen est signalé par deux petits feux plus modestes et plus modernes. Le premier, le vert, se situe sur la digue nord-ouest et a une hauteur de 9 mètres. Le rouge,quant à lui, est situé sur la digue sud-ouest et a une hauteur de 8 mètres. Le premier feu, lui, est éteint.

En effet, dans les années 1970, un premier puis un second port de plaisance ont été construits Depuis 2017, un réaménagement complet du port est en cours : bassins, quais, pontons et locaux commerciaux[5].

MouillagesModifier

L'adjonction des bassins PH1 et PH2 lui permettent d'accueillir 1.200 bateaux[6]. Le port comporte actuellement 4 bassins : le vieux port, les bassins PH1 et PH2 ainsi qu'un bassin pour les bateaux en transit.

Notes et référencesModifier

  1. Les Archives nationales conservent, sous la cote CP/F/14/17521/6, sept plans du phare de Port-Haliguen datant de 1847 à 1908.
  2. Jean-Baptiste Giard, « Le trésor de Port-Haliguen. Contribution à l'étude du monnayage d'Auguste », Revue numismatique, 6e série - Tome 9, année 1967, p. 119-139, lire en ligne
  3. a et b « Quiberon », sur tybreton.free.fr « Copie archivée » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive), 2012.
  4. Erwan Chartier-Le Floch, « L'affaire Dreyfus en Bretagne », sur ablogjeanfloch.over-blog.com.
  5. « Le Nouveau Port Haliguen Quiberon - Port Haliguen Quiberon en Bretagne », sur Projet portuaire Haliguen QUIBERON (consulté le 14 août 2019)
  6. « Quiberon. Port-Haliguen, les travaux d'Hercule », Le Télégramme, 14 décembre 2016.

Lien externeModifier