Houat

île du Morbihan

Houat
Enez Houad (br)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Golfe de Gascogne (océan Atlantique)
Coordonnées 47° 23′ 21″ N, 2° 57′ 59″ O
Superficie 2,91 km2
Géologie Île continentale
Administration
Statut Réserve naturelle

Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Île-d'Houat
Démographie
Population 231 hab. (2017)
Densité 79,38 hab./km2
Gentilé Houatais
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+1
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
(Voir situation sur carte : Morbihan)
Houat
Houat
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Houat
Houat
Îles en France

Houat (/wat/ ; en breton : Enez Houad) est une île française située dans l'océan Atlantique (golfe de Gascogne), au sud de la région Bretagne dans le département du Morbihan, située à 10 km au sud-est de la pointe du Conguel, sur la presqu'île de Quiberon, et sensiblement à la même latitude que le port de La Turballe.

Administrativement, elle constitue une commune nommée Île-d'Houat, et fait partie avec Hœdic du canton de Quiberon. Elle est membre de l'association des îles du Ponant.

DescriptionModifier

Située au cœur de Mor braz, l'île mesure 3,3 km de long et 1,5 km au plus large. C'est un plateau granitique s'adoucissant en une grande plage bordée de dunes à l'Est (plage du Gouret). L'extrémité nord de cette plage est constituée par la pointe d'En Tal, qui, curiosité rare, est, en même temps, une plage convexe.

 
Carte de l'île de Houat.

On distingue nettement deux espaces :

  • les deux tiers ouest, qui sont un ultime vestige perdu en mer des crêtes autrefois élevées du Massif armoricain. Houat fait partie de sa partie Sud, qui s'étire des montagnes Noires (Finistère) au Sillon de Bretagne (Loire-Atlantique), et passe par les Landes de Lanvaux (Morbihan). La côte y est particulièrement déchirée, en particulier au Sud, résultat des assauts perpétuels de l'océan. De minuscules criques (Porzh Plouz, Porzh Poudell...) se nichent dans les anfractuosités de la roche qui dresse ses remparts parfois vingt mètres au-dessus. Même disposition au nord, quoique moins haute. La pointe de Beg-Er-Vilaine offre un panorama intéressant, à la fois sur la baie de Quiberon et sur le littoral nord de l'île. Seule exception : la plage du Béniguet, à l'extrémité ouest, qui ouvre ses dunes vers Quiberon et le grand large. Au sommet de ces falaises souvent abruptes, le plateau (qui atteint 28 mètres à l'ouest du bourg) présente ses étendues inhabitées et sans arbres. On y a pratiqué l'élevage jusque dans les années 1960 ; aujourd'hui, les pâtures ont fait place aux broussailles (ajoncs, fougères, ronces...) ;
  • le tiers est, qui est constitué d'un affaissement de la partie précédente ; on y rencontre davantage de schistes. Le littoral est surtout sableux (plages du Gouret et du Salus), bien que ponctué de pointes rocheuses (pointe Sud, îlot d'Er Yoc'h, relié à la pointe d'En Tal par un isthme submersible). La pointe d'En Tal est l'une des rares plages convexes de Bretagne. On y trouve la seule « vallée » de l'île, en bas du bourg, où un ruisseau éphémère (conditionné par les précipitations) alimentait autrefois les lavoirs. C'est sans doute la partie la plus pittoresque de l'île.

L'archipel Houat-HœdicModifier

 
Carte géologique simplifiée du Massif armoricain. Houat et Hœdic sont installés sur les vestiges d'une croupe granitique, de direction NW - SE[1], s'étirant de la baie d'Audierne à l'embouchure de la Loire (massif granitique de Pont-l'Abbé, « granite de Ploemeur », granite de Quiberon, de Guérande-Le Croisic, chapelet d'îles : archipel des Glénan, archipel Houat-Hœdic, Dumet, Noirmoutier)[2].

L'archipel Houat-Hœdic forme une unité biogéographique au niveau floristique et faunistique (oiseaux marins nicheurs[3]). « Peu construites, exemptes d’agriculture — hormis un élevage extensif à Hoedic et les potagers individuels — et de circulation automobile, les deux îles sont des espaces relativement préservés. Elles hébergent une grande richesse floristique[4]. Une partie de Houat (la bande côtière à l’est de l’île) et d’Hoedic (une partie du sud de l’île) sont des propriétés du Conservatoire du littoral[5] ».

Site d'intérêt botanique exceptionnel couvrant 17 797 ha, l'archipel est classé en zone Natura 2000 depuis 2004 et constitue une aire marine protégée[6].

Notes et référencesModifier

Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Île-d'Houat » (voir la liste des auteurs).
  1. Ramon Capdevila, « Les granites varisques du Massif Armoricain », Bulletin de la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, 2010, Série D (7), fig. 1 p.4
  2. C. Audren, J.P. Lefort, « Géologie du plateau continental sud armoricain entre les îles de Glénan et de Noirnoutier. Implications géodynamiques », Bull. Soc. Géol. France, vol. XIX, no 2,‎ , p. 395-404.
  3. [PDF] Projet de réseau européen Natura 2000 en mer. Directive Oiseaux. Îles Houat-Hœdic
  4. Elles hébergent près de 500 espèces de plantes spontanées sur 1 482 présentes en Morbihan, soit un tiers de la flore spontanée du département et 10 % de la flore française. Parmi ces espèces, 18 sont protégées, 20 sont inscrites en liste rouge armoricaine et 43 sont à forte valeur patrimoniale. Cf Pierre Buttin, Erwan Glemarec, Emmanuel Quéré, Gabriel Rivière, Flore & habitats de l'archipel Houat-Hoedic, , 56 p..
  5. Violette Le Féon, Anthony Stoquert, David Genoud, « Abeilles sauvages de l'archipel Houat-Hoedic », Melan. La revue des deux îles, no 15,‎ , p. 114.
  6. « Natura 2000 à Houat et Hoedic », sur houat-hoedic.n2000.fr (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier