Monnaie romaine

La monnaie romaine est de toutes les monnaies antiques celle qui a connu la plus longue et la plus grande expansion géographique, jusqu'à devenir durant plusieurs siècles la monnaie commune du monde occidental et méditerranéen. Après des débuts frustes basés sur le bronze au poids et l'usage du monnayage grec, elle s'est constituée à la fin du IIIe siècle av. J.-C. selon un système monétaire fondé sur le bimétallisme argent et bronze. Au début du Haut-Empire sous Auguste s'ajoute la monnaie d'or, créant un système à trois métaux qui reste stable pendant près de deux siècles et demi. La crise militaire et économique du IIIe siècle et la spirale inflationniste qui l'accompagne voient l'effondrement des monnaies d'argent et de bronze. Au IVe siècle, la réforme de Dioclétien qui tente de revaloriser les monnaies d'argent et de bronze ne parvient pas à contenir l'inflation, tandis que celle de Constantin Ier parvient à créer un système monétaire dominé par le solidus stabilisé à 4,5 grammes d'or fin et sans parité fixe avec les autres monnaies qui se dévaluent. Le solidus connait ensuite une exceptionnelle stabilité dans l'empire d'Orient jusqu'au XIe siècle.

L'art du portrait, une des caractéristiques du monnayage romain de l'époque classique (sesterce de Trajan, 105 après J.-C.)

La monnaie fut collectionnée, de tous temps, à toutes les époques : déjà à Pompéi, on a retrouvé des collections de monnaies de la Grèce antique depuis les débuts.

Connaissance du monnayage romainModifier

Les monnaies romaines sont un des témoins de la vie économique antique le mieux connu, dans la quasi-totalité de ses déclinaisons[1]. L'étude du monnayage romain date de plusieurs siècles. Objets dont la diffusion fut abondante et qui sont imputrescibles, les pièces romaines sont découvertes de façon fortuite depuis longtemps. À partir du XVIIIe siècle, des collectionneurs érudits constituent des cabinets des médailles, du nom que l'on donnait aux monnaies antiques, où ils accumulent et classent leurs acquisitions. Des musées nationaux forment leur collection à leur tour. La fusion des divers inventaires de ces collections permet d'établir des catalogues numismatiques de plus en plus exhaustifs qui répertorient les monnaies selon leur type et leur motif. Une illustration de ce processus nous est donnée à la fin du XIXe siècle par Henry Cohen, auteur d'un célèbre catalogue de plusieurs dizaines de milliers de monnaies impériales : dans sa préface, il décrit son étude des catalogues des musées de Turin, du Danemark, de Vienne et des collections du Musée britannique et celle du Cabinet des médailles de France. Ce cabinet fut lui-même enrichi des legs d'amateurs tel le comte de Caylus, qui suivit avec passion les premières découvertes archéologiques d'Herculanum et de Pompéi au début du XVIIIe siècle[2].

À partir de 1900 et avec les travaux d'Adrien Blanchet, la numismatique jusqu'ici cantonnée aux activités de catalogage, s'élargit en étudiant les trouvailles monétaires comme des documents archéologiques et historiques[3]. On recherche les lieux d'émissions, les volumes frappés et leur dispersion, certains chercheurs analysent les caractéristiques physiques des monnaies, en poids et en teneur des alliages, mais de façon encore partielle pour des approches statistiques[4].

Les trouvailles au cours du XXe siècle, avec les trésors monétaires, parfois spectaculaires comme le trésor de Marcianopolis (plus de 80 000 pièces d'argent, découvert en 1929 à Devnya en Bulgarie), le Trésor d'Eauze découvert en 1985 en France (28 000 pièces d'argent), celui de Trèves (1993, 2 500 pièces d'or) ou encore le trésor de Frome en 2010 (52 000 pièces, en majorité de bronze), et les travaux britanniques[5] ont complété les travaux de Cohen et créé le célèbre catalogue en dix volumes du Roman Imperial Coinage, achevé en 1994[6].

La seconde moitié du XXe siècle voit se diversifier les recherches numismatiques : la multiplication des chantiers archéologiques, l'emploi des détecteurs de métaux lors des fouilles officielles et clandestines[Note 1] enrichissent la masse des découvertes. L'étude s'élargit à des domaines un peu négligés, comme les nombreuses et diverses émissions locales, ou le monnayage de cuivre[7]. L'informatique offre de puissants moyens d'inventaire, tandis que les techniques spectrographiques permettent une analyse fine des alliages[8].

Le monnayage sous la RépubliqueModifier

Les origines du monnayage romainModifier

 
Uncia de bronze frappée entre 215 et Rome et un globule à l'avers, Proue, ROMA et globule au revers.

Vers , les Romains remplacèrent le troc basé sur les têtes de bétail ou l'usage de monnaies grecques par un système monétaire relativement archaïque. Il s'agissait dans un premier temps de « blocs » de bronze nommés aes rude puis à la fin du IVe siècle de lingots en bronze représentant sur une des faces leur équivalent en têtes de bétail, l’aes signatum[9]. Ensuite, en probablement, est constitué le collège des tresviri monetales responsables d'organiser le monnayage romain[10]. Alors apparaissent des disques de bronze nommés aes grave (latin grave = lourd) pesant une livre romaine (324 g) et valant 1 as, premier monnayage d'une lourdeur peu commode, valant pour son poids de métal[11]. Le double visage de Janus y est gravé sur l'avers (face). Des sous-multiples normalisés sont émis pour un usage courant, semis (1/2), triens (1/3), quadrans (1/4), sextans (1/6), uncia ou once (1/12), demi-once (1/24)[12].

Le poids de l'as étant fixé en fonction de sa valeur, celui-ci diminue lors de la première guerre punique (264-241) pour peser environ 290-280 grammes, baisse due aux fortes dépenses de Rome pour la constitution de sa flotte. Vers apparaît sur le revers de l'aes grave, une proue en hommage à la flotte militaire romaine constituée quelques décennies plus tôt.

Imitations des monnaies grecquesModifier

 
Quadrigat d’argent (5,7 g), vers 225-212 a.C.; (Crawford 28/3) : avers : tête de Janus ; revers : Jupiter sur un quadrige guidé par la Victoire. Légende ROMA.

Toujours au IIIe siècle av. J.-C., probablement pour financer la guerre contre Pyrrhus, Rome fait frapper à des monnaies d’argent dans le sud de l’Italie, qualifiées de monnaies romano-campaninennes[13]. Imitations du didrachme circulant en Grande-Grèce et en Sicile, leur poids est théoriquement aligné sur l'étalonnage grec de 6 scrupules, environ 7 g au début, puis dévalué en même temps que le didrachme après la prise de Tarente. Sept séries sont repertoriées, distinguées par leurs motifs. La troisième série, émise en sous le consulat de Quintus Ogulnius Gallus, porte au revers la Louve allaitant Romulus et Remus, statue offerte par Ogulnius et première représentation figurée de la légende de fondation de Rome[14].

Un huitième type de didrachme romano-campanien montre un quadrige, d’où son nom de quadrigat[15],[16], employé par Tite-Live pour les demandes de rançon de prisonniers formulées par Hannibal Barca (quadrigatos nummos à l'accusatif pluriel)[17], appellation reprise par les numismates modernes. La date d'apparition du quadrigat fait débat : pour Rudi Thomsen, selon Hubert Zehnacker, chez Michael Crawford (historien) (en), propositions mises à bas par la découverte de deux trésors de quadrigats à Sélinonte, enfouis peu avant l'abandon complet de la cité en par les Carthaginois[18].

Ces monnaies d'imitation d'argent circulent durant le IIIe siècle av. J.-C. en même temps que les émissions purement romaines de bronze l'aes grave, dont le poids rend l'usage peu commode, et les lingots d'aes signatum[19].

Renouvellement du monnayage argent-bronzeModifier

Lors de la deuxième guerre punique (218-201), qui impose à Rome des dépenses considérables, l'as de bronze qui pèse une demi-livre en et le quadrigat s'effondrent. Vers , le Sénat refonde le système monétaire romain et introduit le denier d'argent de 1/72 de livre, soit 4 scrupules, pesant 4,5 g d'argent[20].

Le denier vaut 10 as de 1/6 de livre (as sextantaire de 53 grammes de bronze) d'où sa marque du chiffre romain X, et son nom qui vient du radical latin DENI = dix par dix ; même racine DE[K] que decem = dix). Des sous-multiples en argent sont créés, le quinaire (5 as) et le sesterce (2 as et demi). Le denier 4,5 g d'argent vaut donc 530 g de bronze en On a donc un rapport argent/bronze de 1/120[20].

Équivalences entre monnaies romaines (1re moitié du IIe siècle av. J.-C.)
Monnaie Denier Quinaire Sesterce As Métal Marque Avers Revers
Denier 1 2 4 10   Argent X Rome casquée Dioscures
Quinaire 1/2 1 2 5   Argent V Rome casquée Dioscures
Sesterce 1/4 1/2 1 2,5   Argent IIS Rome casquée Dioscures
As 1/10 1/5 2/5 1   Bronze Janus proue de navire

Les difficultés monétaires romaines ne sont néanmoins pas résolues, d'après Tite-Live le Sénat est contraint en de puiser dans les réserves d'or pour financer l'effort de guerre[21]. Le denier connait une première baisse de poids vers avec un poids théorique de 4,20 g, puis une seconde dans les années [22]. Le denier est désormais taillé à 1/84 de livre soit un poids théorique de 3,87 grammes, tandis que l'as baisse de 1/6 de livre (as sextantaire) à 1/12 de livre (as oncial), valeur à laquelle il est stabilisé durant le IIe siècle av. J.-C.[23],[24].

Vers , le denier est dévalué une troisième fois et son poids est ramené à 3,7 grammes (le rapport entre l'argent et le bronze est alors de 1/70).

 
Denier d'argent de la gens Cupienna de

Enfin, vers la valeur relative du denier d'argent par rapport au bronze est réestimée[25] :

  • le denier vaut désormais 16 as de bronze[23] soit un rapport de 1/110 ;
  • le sesterce passe à 4 as[23], mais conserve sa marque de HS, souvenir de sa parité initiale avec l'as (deux as et demi, soit en chiffres romains IIS, vite retranscrit en HS).
Équivalences entre monnaies romaines (Ier siècle av. J.-C.)
Denier Quinaire Sesterce As Métal
Denier 1 2 4 16   Argent
Quinaire 1/2 1 2 8   Argent
Sesterce 1/4 1/2 1 4   Argent
As 1/16 1/8 1/4 1   Bronze

Le sesterce comme unité de compteModifier

Le sesterce devient au cours du IIe siècle av. J.-C. l'unité de compte usuelle en lieu et place de l'as libral, les dépenses, les revenus et les fortunes s'évaluent en sesterces, d'abord dans les comptes officiels de l'État romain, puis auprès des particuliers. La date d'introduction de ce changement comptable n'a pas pu être déterminée par les historiens, qui s'accordent pour considérer qu'elle est un peu antérieure à selon l'inscription du premier sénatus-consulte qui chiffre en sesterces[26],[27].

L'impact de ce changement comptable sur la gestion publiques et particulièrement sur les seuils déterminant les classes lors des recensements est difficile à apprécier faute de documentations antiques. Si Michael Crawford considère que les valeurs en as ont été simplement retranscrites en sesterces, transformant le minimum pour la première classe de 100 000 as en 100 000 sesterces[28], Claude Nicolet trouve le changement trop considérable, et après analyse des rares indices écrits, constate qu'on ne peut affirmer que l'échelle censitaire a été multipliée par quatre lors du passage des comptes en sesterces. Seule certitude, le nouveau cens crée à cette époque pour les chevaliers s'exprime à 400 000 sesterces[29].

Le monnayage sous le Haut EmpireModifier

Le système augustéenModifier

À partir de la réforme monétaire d'Auguste de , le système entre dans une période de stabilité qui va durer plus de deux siècles. L'aureus créé par César est maintenu, le monnayage d'or et d'argent est complété par une série de sous-multiples en métal moins noble. Le bronze, alliage de cuivre et d'étain, est abandonné. Le sesterce, qui était une minuscule pièce en argent sous la République, devient une monnaie dans un nouvel alliage de cuivre et de zinc, dit orichalque, similaire au laiton, tandis que l'as est fabriqué en cuivre pur. Valeur la plus importante des espèces cuivrées, le sesterce devient l'unité de compte de l'économie romaine[30].

Le système monétaire augustéen se présente alors comme suit[31] :

Système monétaire sous Auguste[32]
Denier Sesterce As   Monnaie Métal Poids sous Auguste
25 100  400
  Aureus
or 7,85 g
 12½ 50 200
  Quinaire d'or
or 3,92 g
1 4 16
  Denier
argent 3,79 g
1/ 2 2 8
  Quinaire d'argent
argent 1,9 g
1/ 4 1 4
  Sesterce
laiton 25 g
1/ 8 1/ 2 2
  Dupondius
laiton 12,5 g
1/ 16 1/ 4 1
  As
cuivre 11 g
1/ 32 1/ 8 1/ 2
  Semis
cuivre 4,6 g
1/ 64 1/ 16 1/ 4
  Quadrans
cuivre  

L'unification monétaire n'était toutefois pas totale. Dans la partie orientale de l'Empire, les cités frappaient leur propre monnaie pour l'usage local ou régional, comme la drachme grecque ou temporairement le cistophore d'argent, d'environ 12 grammes et valant 3 deniers romains ou 4 drachmes grecques[33].

En 64, sous Néron, le poids de monnaie d'or et d'argent est modifié, diminuant la valeur de l'or monnayé par rapport à l'argent. L'aureus passe de 7,8 à 7,26 grammes soir 1/45e de livre, et le denier d'argent descend à 3,40 grammes[34].

Comparaison monétaireModifier

Combien vaut un sesterce ? La réponse n'est pas simple car la valeur du sesterce a évolué au fil des décennies en fonction des crises et de l'inflation.

Selon le système monétaire fixe instauré par Auguste en 23 avant J.-C. : 1 sesterce = 2 dupondii =4 as = 8 semis = 16 quadrants. 1 denier = 4 sesterces

1 aureus = 100 sesterces . Il faut examiner les inscriptions recensées sur les sites archéologiques, à commencer par les murs de Pompéi. On y découvert une large gamme de prix. La plupart du temps ils sont indiqués en as, plus qu'à les convertir. Nous savons qu'au Ier siècle de notre ère le sesterce équivalait à 2 euros de même au début du siècle de Trajan. Voici une liste non-exhaustive des prix de l'époques les analogies avec nos prix sont surprenante :

1 litre d'huile d'olive = 3 sesterces = 6 euros

1litre de vin ordinaire = 1 sesterce = 2 euros

1 miche de pain de 1 kilo = 1/2 sesterce = 1 euro

1 kilo de blé = 1/2 sesterce = 1 euro

1 bol de soupe =1/4 sesterce (1 as) = 0.50 euros .

1 entrée aux thermes =1/4 sesterce (1 as) = 0.50 euros .

1 tunique = 15 sesterces = 30 euros

1 mule = 520 sesterces = 1 040 euros

1 esclave = 1200 à 2500 sesterces = 2400 à 5000 euros

Attention ! De telles estimations ne sauraient valoir pour toute la durée de l'Empire romain.L'exemple le plus frappant est celui du blé. Au I er siècle de notre ère il fallait 3 sesterces pour n'acheter 1 modius (6.5 kg), mais à la fin du III e siècle il en fallait 240 ! [35]

Propagande impérialeModifier

 
Dupondius d'Antonin le Pieux empereur en 138.

Les empereurs soignent particulièrement leur portrait sur les monnaies qui servent de propagande, le sesterce en laiton valant un quart de denier est, avec son diamètre d'environ 33 mm, la monnaie reine de l'époque.

 
Médaillon multiple d'aureus, d'un poids de 39,79 g, émis par Constantin en 313.

L'avers (« côté face ») représente la plupart du temps l'effigie de l'empereur régnant à l'époque de l'émission de la monnaie. Les revers des monnaies sont l'occasion de faire de la propagande : ils célèbrent les victoires et les conquêtes des empereurs, ils représentent des dieux, des déesses, des allégories symbolisant des qualités associées à l'empereur, des monuments, des provinces personnifiées, des animaux. On compte parfois plusieurs centaines de revers différents pour un seul empereur, parmi lesquels certains d'une grande importance historique, inscrivant dans la durée ou racontant le présent[36]. Les impératrices et les enfants de la famille impériale sont aussi parfois représentés.

Sous plusieurs empereurs, des monnaies d'or de prestige, multiples de l'aureus et appelées médaillons, sont frappées pour être distribuées en hommage aux dignitaires méritants de l'Empire. D'un poids de 2 à 10 aurei, ces émissions n'étaient pas vraiment destinées à circuler et s'apparentaient plutôt à des médailles. On trouve également des médaillons en bronze et en argent. Sur ces modules, les iconographies sortent davantage de l'ordinaire et sont encore plus signifiantes[36],[37].

Les monnaies sont aussi un formidable outil pour les archéologues pour déterminer les frontières de l'empire, ou les zones d'influence : quand on trouve des monnaies en grand nombre en un endroit, cela signifie que la région était bien romanisée, et entretenait des activités économiques régulières avec le reste de l'empire.

La période des troubles politiquesModifier

 
Denier de Commode empereur en 180.

Au fil du temps, la dévaluation est de plus en plus rapide. Sous Septime Sévère, le titre du denier passe de 70 % à 50 % d'argent. Vers 215, Caracalla, qui a besoin d'argent pour pouvoir payer les soldats dont il a augmenté la solde, institue une nouvelle monnaie, un double denier appelé antoninien ne pesant le poids que d'un denier et demi, au titre d'environ 50 % d'argent[38],[39]. Cette monnaie, dont on ignore quel fut le nom à l'époque, se reconnait à la couronne radiée de l'empereur[38] et sur les monnaies des impératrices au croissant de lune sous le buste.

L'antoninien est abandonné en 219 par Héliogabale, puis réémis en 238 sous Balbin et Pupien, mais avec une valeur intrinsèque de plus en plus faible, tandis que le denier disparait peu à peu et cesse d'être émis à partir de Decius[40], une mauvaise monnaie en chassant une bonne. Avec l'anarchie militaire du IIIe siècle, la multiplication des ateliers monétaires et l'instabilité politique, le système monétaire est dans la tourmente. Les monnaies se déprécient constamment, contenant de moins en moins de métaux précieux. L'antoninien est émis massivement, avec une qualité qui s'effondre, passant de 4,4 g pour 47 % d'argent sous Gordien III à 2,8 g et 2,5 % d'argent, voire moins, au début du règne d'Aurélien. L'antoninien n'est alors plus qu'une monnaie de billon, argentée d'une fine pellicule par « sauçage », un procédé d'enrichissement de l'argentation en surface[41].

En 271, Aurélien réforme la monnaie et augmente le poids de l'antoninien, que l'on nomme actuellement aurelianus. On les reconnait à la marque XXI qui indique que la monnaie contient 1/20e d'argent. Il tente aussi de réintroduire l'as de cuivre et le sesterce[42].

Le monnayage sous le Bas EmpireModifier

La réforme du système monétaireModifier

 
nummus/follis de Maximien Hercule frappé à Aquilée, avec le Génie du Peuple Romain au revers. Cette monnaie conserve des traces d'une argenture superficielle.

Durant le règne de Dioclétien, la situation politique et militaire se stabilise, tandis que l'inflation galopante persiste. Fin 294, il mène une nouvelle réforme monétaire, il diminue l'aureus d'Aurélien, qui passe de 1/50 à 1/60 de livre d'or, et crée de nouvelles monnaies : l’argenteus ou denier d'argent à 1/96e[43] de livre d'argent, de même qualité que l'ancien denier de Néron, et trois monnaies de bronze dont un grand bronze avec un faible pourcentage d'argent, le follis ou nummus. L'unité de compte reste le denier courant, malgré sa dépréciation.

Tableau des principales monnaies de Dioclétien en 300. Leurs parités respectives à cette date proviennent d'un papyrus égyptien[44],[45]

Livre or Aureus Denier   Monnaie Métal Poids
1 60 60 000
  Libra aurea
or 327 g
1/60 1 1000
  Aureus
or 5,45 g
 1/1500 1/25 40
  Denarius argenteus
Argent 3,4 g
1/12000 1/200 5
  Nummus ou Follis
bronze argenté 9,7 g
1/30000 1/500 2
  neo antoninianus
Billon 2,9 g
1/60 000 '1/1 000 1
  Denarius communis
bronze 1,3 à 1,5 g

Ces parités respectives sont très vite remises en cause par l'inflation galopante. Une dizaine d'années plus tard, Constantin recrée un nouveau système, où le solidus en or de 4,5 g remplace l'aureus qui ne sera plus émis que pour des occasions particulières en très petites quantités. Le miliarense est une pièce d'argent sous Constantin pesant le même poids que le solidus d'or.

Le succès du solidusModifier

 
Monnaie de 1 1/2 solidi de Constantin, 327, Thessalonique

Constantin Ier, vers 311 opère une dévaluation de la monnaie d'or en créant une nouvelle monnaie, le solidus frappé au 1/72 de la livre d'or pur (soit environ 4,5 g) contre 1/60 de livre précédemment. Son nom solidus (= solide, stable) constituait un véritable programme politique face aux dévaluations monétaires répétées des générations précédentes. Constantin Ier put maintenir la stabilité de cette nouvelle monnaie et l’émettre en quantités considérables, grâce à la confiscation des importants stocks d'or thésaurisés depuis des siècles dans les temples païens.

Face à la baisse constante des autres monnaies d'argent et de bronze, celle du follis par exemple qui perd rapidement son contenu d'argent, le solidus devint la monnaie refuge, pour tous les règlements importants (dons de l'empereur aux soldats, paiement des impôts, tributs versés par les peuples barbares, etc.).

Des sous-multiples d'or du solidus furent créés : le semissis soit un demi-solidus, le tremissis ou triens, soit un tiers de solidus.

La stabilité du solidus de 4,5 g d'or se conserva durant l'évolution de l'Empire romain en empire byzantin, où il prit le nom de nomisma. Il ne connut de dévaluation qu'au XIe siècle sous les Comnènes, soit une extraordinaire stabilité de sept siècles.

Persistance du système monétaire romain en OccidentModifier

Après la chute de l'Empire romain d'Occident, le solidus continua à circuler quelque temps chez les Francs ; son nom se maintint et se transforma en français en « sol », puis « sou ». Les peuples installés dans l'Empire, Burgondes, Ostrogoths et Wisigoths, émirent aussi des monnaie à l'imitation du système romain, dont des solidi[46].

L'étymologie monétaireModifier

  • Le bétail, pecus en latin, unité originelle des échanges, a donné le mot « pécuniaire ».
  • Les monnaies romaines étaient au début frappées dans le temple de Junon Moneta, origine du mot « monnaie ».
  • Le terme grec o nomos « la loi », aurait donné nomisma, selon l'étymologie choisie par Aristote (Politique), ce qui suppose pour lui que la monnaie a d'abord une valeur légale, définie par l'autorité civique, et une incidence politique, nomisma (qu'on peut traduire approximativement comme « légalisé ») est donc devenu dans sa forme latinisée numisma (ou encore numus) qui a donné « numismatique ».
  • Le denier, denarius est à l'origine du dinar arabe, qui est une pièce d'or du poids d'un denier
  • Le solidus s'est transformé au fil des siècles en « « sold », « sol » », puis « sou » (parent de « solde, solder » et de « souder » par l'italien (< « saldo » = chose [rendue] solide).

Marques monétairesModifier

Abréviations latinesModifier

 
Un rhinocéros sur un quadrans de Domitien.

Abréviations apparaissant sur des monnaies romaines. Notez que le "v" latin se rend phonétiquement par "u".

  • AVG : AVGVSTVS, AVGVSTA = empereur, impératrice
  • AVGG : AVGVSTORVM = des empereurs (génitif pluriel)
  • CAES : CAESAR = empereur
  • COS : CONSVL = consul
  • D : DIVVS,DIVA = divinisé
  • F : FILIVS = fils
  • FIL : FILIA = fille
  • IMP : IMPERATOR = général victorieux
  • PM : PONTIFEX MAXIMVS = grand pontife
  • PP : PATER PATRIAE = père de la Patrie
  • SC : SENATVS CONSVLTO = par décret du Sénat
  • TRP : TRIBVNICIA POTESTAS = puissance tribunicienne, renouvelée chaque année

Exemple : TI CLAVD CAESAR AVG P M TR P VI IMP XI (Tibère Claude César Auguste, Grand Pontife, revêtu pour la sixième fois de la puissance tribunitienne, salué victorieux pour la onzième fois).

ChiffresModifier

 
Sesterce d'Antonin le Pieux ; revers avec l'indication COS IIII.

Les chiffres apparaissent sur les monnaies impériales dans les indications de titulature portée plusieurs fois, comme le titre d'imperator (exemple IMP XII), de puissance tribunicienne (exemple TR PP II) ou de consul (exemple COS II). Parmi ces notations, les formes additives IIII et VIIII sont celles couramment employées (voir comme exemple le sesterce ci-après, avec l'indication COS IIII et non COS IV pour le quatrième consulat d'Antonin le Pieux). C'est la notation originelle des chiffres romains, les formes soustractives sont quant à elles plus récentes et ne sont pas employées sur les monnaies[47].

Des chiffres apparaissent aussi au IVe siècle dans les revers frappés pour les anniversaires de règnes. Là encore on trouve des notations additives pour les chiffres : une monnaie émise pour les trente ans de règne de Constance II porte VOT XXX MULTIS XXXX[48] pouvant signifier le vœu -VOTo/-is- que XXX / 30 ans de règne se MVLTI(s)plient -/ se prolongent- jusqu'à / par XXXX / XL / 40 ans.

Voici les chiffres utilisés dans les titulatures avers et revers des monnaies romaines :
I II III IIII V VI VII VIII VIIII X
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Marques d'atelierModifier

À partir du IIIe siècle, les ateliers de frappe se multiplient, et les monnaies portent la marque d'origine de l'atelier d'émission.

Voir dans l'article ateliers monétaires romains le tableau des marques d'ateliers romains.

NotesModifier

  1. Rappel : L'utilisation des détecteurs de métaux, à l'effet de recherches de monuments et d'objets pouvant intéresser la préhistoire, l'histoire, l'art ou l'archéologie, sans autorisation administrative préalable est prohibée par l'article L. 542-1 du code du patrimoine.

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. Michel Christol, Daniel Nony, Rome et son empire, des origines aux invasions barbares, Hachette, collection HU, 2003, (ISBN 2011455421), p 167.
  2. Henry Cohen, Monnaies tome I, préface, p XI.
  3. Adrien Blanchet, Les trésors de monnaies romaines et les invasions germaniques en Gaule, Paris, 1900.
  4. Jean Lafaurie, Réformes monétaires d'Aurélien et de Dioclétien, Revue numismatique, 6e série - Tome 17, année 1975, pp. 74-75 [1].
  5. Depeyrot 1987, p. 6.
  6. Harold Mattingly, Edward Allen Sydenham u.a.: Roman Imperial Coinage, Londres 1923–1994.
  7. Depeyrot 2006, p. 122.
  8. Depeyrot 1987, p. 114.
  9. Bourdin et Virlouvet 2021, p. 600.
  10. Lévêque 1980, p. 19.
  11. Lévêque 1980, p. 20.
  12. Depeyrot 2006, p. 11.
  13. Lévêque 1980, p. 21.
  14. Lévêque 1980, p. 7, tableau récapitulatif.
  15. Lévêque 1980, p. 7.
  16. Bourdin et Virlouvet 2021, p. 601-603.
  17. Tite-Live, Histoire romaine, XXII, 58.
  18. Marchetti 1993, p. 9.
  19. Bourdin et Virlouvet 2021, p. 602.
  20. a et b Zehnacker 1992, p. 3.
  21. Tite-Live, Histoires romaines, XXVII, 10.
  22. Bourdin et Virlouvet 2021, p. 603.
  23. a b et c Bourdin et Virlouvet 2021, p. 606.
  24. Zehnacker 1992, p. 4.
  25. Michel Christol, Daniel Nony, Rome et son empire, des origines aux invasions barbares, Hachette, collection HU, 2003, (ISBN 2011455421), p 75.
  26. Robert Kenneth Sherk, Roman documents from the Greek East; senatus consulta and epistulae to the age of Augustus, The Johns Hopkins Press, 1969, Baltimore, p. 49, S.C. 9, ligne 20.
  27. Nicolet 2000, p. 155.
  28. Crawford 1974, p. 631.
  29. Nicolet 2000, p. 155-160.
  30. Hubert Zehnacker, « Aperçus de numismatique romaine (III) », Vita Latina, N°129, 1993. p. 3.
  31. Depeyrot 2006, p. 33.
  32. Depeyrot 2006, p. 33
  33. Depeyrot 2006, p. 37.
  34. Depeyrot 2006, p. 45.
  35. Alberto Angela, Une journée dans la Rome Antique, Payot, 06/04/22 6 avril 2022, 384 p. (ISBN 9782228930376), p. 265 - 267
  36. a et b Donatien GRAU, La Mémoire numismatique de l'Empire romain, Paris, Les Belles Lettres, , 514 p. (ISBN 9782251452395).
  37. (en) Jocelyn TOYNBEE, Roman Medallions, New-York, The American Numismatic Society, , 320 p..
  38. a et b Hiérnard 1997, p. 81.
  39. Catherine Virlouvet (dir.) et Claire Sotinel, Rome, la fin d'un empire : De Caracalla à Théodoric - fin du Ve siècle, Paris, Éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 687 p. (ISBN 978-2-7011-6497-7, présentation en ligne), chap. 1 (« Un pouvoir impérial en quête de continuité (212-249) »), p. 21.
  40. Hiérnard 1997, p. 82.
  41. Hiérnard 1997, p. 82-83.
  42. Hiérnard 1997, p. 84.
  43. Georges GAUTIER, Le Monnayage en argent de la réforme de Dioclétien (294-32 p.C.), Bordeaux, Ausonius, , 775 p. (ISBN 9782356134349)
  44. Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Seuil, 1974, (ISBN 2020026775), 549
  45. Roger Remondon, La crise de l’Empire romain, PUF, collection Nouvelle Clio – l’histoire et ses problèmes, Paris, 1964, 2e édition 1970, p 131
  46. Lafaurie et Morrisson 1987, p. 40.
  47. Mireille Cébeillac-Gervasoni, Maria Letizia Caldelli, Fausto Zevi, Épigraphie latine Annexe 3 Onomastique et titulature des empereurs, Armand Colin, 2006, (ISBN 2200217749), pp. 38-61.
  48. Monnaie de d'argent de Constance II C337 - Henry Cohen, Description historique des monnaies frappées sous l'Empire Romain, Paris, 1892, [2].

BibliographieModifier

Ouvrages générauxModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Stéphane Bourdin et Catherine Virlouvet, Rome, naissance d'un empire : De Romulus à Pompée, 753-70 av. J.-C., Belin, coll. « Mondes anciens », , 800 p. (ISBN 978-2-7011-6495-3).
  • Andrew Burnett, traduction de George Depeyrot, La Numismatique romaine, de la République au Haut-Empire, Paris, Errance, 1991, (ISBN 9782903442699)
  • Jean-Pierre Callu, La politique monétaire des empereurs romains de 235 à 311, Paris, Éditions E. De Boccard,
  • (en) Michael Crawford, Roman republican coinage, t. II, Cambridge,
  • Georges Depeyrot, Le Bas Empire romain, économie et numismatique (284-491)., Paris, Edition Errance, , 140 p. (ISBN 2-903442-40-1) 
  • Georges Depeyrot, La monnaie romaine : 211 av. J.-C. - 476 apr. J.-C., Paris, Éditions Errance, , 212 p. (ISBN 2-87772-330-5) 
  • Claude Nicolet, Censeurs et publicains, économie et fiscalité dans la Rome antique, Paris, Fayard, , 500 p. (ISBN 2-213-60296-4)
  • Hubert Zehnacker, Moneta. Recherches Sur l'Organisation et l'Art des Émissions Monétaires de la République Romaine 2vo, École de Rome, 1973, 1214 pages, (ISBN 2728304599)
  • Claire Feuvrier-Prévotat, La loi de l'argent à Rome: VIè siècle - IIè siècle av. J.-C., Paris, L'Harmattan, , 280 p. (ISBN 978-2343175027).
  • Donatien Grau, La mémoire numismatique de l'empire romain, Paris, Les Belles-Lettres, 2022.
  • Ascanio Modena Altieri. Vis et Mos. Un compendio di simbologie e personificazioni allegoriche da Augusto a Diocleziano. Porto Seguro Editore, 2022. (ISBN 9788855469968)

ArticlesModifier

  • Jean Hiérnard, « Une source de l'histoire romaine : la monnaie impériale de Septime Sévère à Constantin : L’empire Romain de 192 à 325 », Pallas, Hors-série,‎ , p. 79-125 (lire en ligne).
  • Dominique Hollard, « La crise de la monnaie dans l'Empire romain au IIIe siècle après J.-C. Synthèse des recherches et résultats nouveaux », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 50e année, no 5,‎ , p. 1045-1078 (lire en ligne).
  • Edith Karagiannis-Mazeaud, « Diane chez les « Antiquaires » : le discours sur les médailles », Albineana, Cahiers d'Aubigné, no 14,‎ , p. 227-246 (lire en ligne)
  • Jean Lafaurie et Cécile Morrisson, « La pénétration des monnaies byzantines en Gaule mérovingienne et visigotique du VIe au VIIIe siècle », Revue numismatique, 6e série, t. 29,‎ , p. 38-98 (lire en ligne).
  • Pierre Lévêque, « La Genèse et les premières réductions du monnayage romain », dans Les « dévaluations » à Rome. Epoque républicaine et impériale. Volume 2. Actes du Colloque de Gdansk (19-21 octobre 1978), Rome, École Française de Rome, , 3-30 p. (lire en ligne) (Publications de l'École française de Rome, 37-2)  
  • Patrick Marchetti, « Numismatique romaine et histoire », Cahiers du Centre Gustave Glotz, no 4,‎ , p. 25-65 (lire en ligne)  
  • Hubert Zehnacker :
    • « Premiers portraits réalistes sur les monnaies de la République Romaine », Revue numismatique, 6e série - Tome 3, année 1961 pp. 33-49 [3]
    • « Rupture ou continuité : La monnaie romaine de Sylla à Auguste », Bulletin de l'Association Guillaume Budé, n°2, juin 1990. pp. 175-189 [4]
    • Hubert Zehnacker, « Aperçus de numismatique romaine (I) », Vita Latina, no 127,‎ , p. 2-4 (lire en ligne)
    • Hubert Zehnacker, « Aperçus de numismatique romaine (II) », Vita Latina, no 128,‎ , p. 2-5 (lire en ligne)
    • « Aperçus de numismatique romaine (III) », Vita Latina, N°129, 1993. pp. 2-5 [5]
    • « Aperçus de numismatique romaine (IV) », Vita Latina, N°130-131, 1993. pp. 3-6. [6]

Catalogues de monnaies romainesModifier

En gras, les abréviations habituellement utilisées dans les catalogues.

Catalogues du XIXe siècle (obsolètes)
  • Babelon Description historique et chronologique de monnaies de la république romaine par Ernest Babelon, Paris 1885-86
  • COHEN = Henry Cohen, Description historiques des monnaies frappées sous l’Empire romain, Paris, 1882, plusieurs réimpressions, 8 vol. Il en existe une version en ligne
  • Theodor Mommsen, Histoire de la monnaie romaine, traduction par Le duc de Blacas, 1865, tome I, II, III et IV. Tome I Tome II Tome IV
Catalogues du XXe siècle
  • Bastien = Pierre Bastien, Le Monnayage de l'atelier de Lyon
    • Dioclétien et ses corégents avant la réforme monétaire, Wetteren, Édition numismatique romaine, 1972
    • De la réouverture de l’atelier par Aurélien à la mort de Carin (fin 274 – mi-285), Wetteren, Édition numismatique romaine, 1976
    • De la réforme monétaire de Dioclétien à la fermeture temporaire de l’atelier en 316 (294 – 316), Wetteren, Édition numismatique romaine, 1980
    • De la réouverture de l’atelier en 318 à la mort de Constantin (318 – 337), Wetteren, Édition numismatique romaine, 1982
    • De la mort de Constantin à la mort de Julien (337 – 363), Wetteren, Édition numismatique romaine, 1985
    • Du règne de Jovien à la mort de Jovien (363 – 413), Wetteren, Édition numismatique romaine, 1987
  • BASTIEN 1983 = Pierre BASTIEN, Le Monnayage de Magnence (350 – 353), Wetteren, Édition numismatique romaine, 1983
  • Crawford ou RRC = Roman Republican Coinage, Michel H. CRAWFORD, Cambridge, (1re ed. 1974), 1991
  • LRBC = Late Roman Bronze Coinage, plusieurs réimpressions.
    • I. The Bronze coinage of the house of Constantine, AD 324 – 346, P.V. HILL, J.P. C. KENT
    • II. Bronze roman imperial coinage of the later empire, AD 346 – 498, R.A.G. CARSON, J.P. C. KENT
  • BMC = Coins of the Roman Empire in the British Museum
  • RIC = The Roman Imperial Coinage
  • RPC = Roman Provincial Coinage
    • I. From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC – AD 69), Andrew BURNET, Michel AMANDRY, Pere Pau RIPOLLES. Paris, Londres, 1992
    • II. From Vespasian to Domitian. AD 69-96, Andrew Burnett, Michel Amandry, Ian Carradice, Paris, Londres, 1999
    • VII De Gordien I à Gordien III, 238-244 apr. J.-C., T.1, Les provinces d'Asie, Marguerite Spoerri Butcher, 2006
  • BNCMR (Bibliothèque Nationale. Catalogue des Monnaies de l’Empire Romain), publié par le Département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France :
    • Jean-Baptiste Giard, BNCMER I, Auguste, Paris, 1re éd. 1976 ; 3e éd, 2001
    • J.-B. Giard, BNCMER II, de Tibère à Néron, Paris, 1988
    • J.-B. Giard, BNCMER III, du soulèvement de 68 à Nerva, Paris, 1998
    • Paul-André Besombes, BNCMER IV, Trajan, 2008
    • Sylviane Estiot, BNCMER XII.1, d’Aurélien à Florien. 270-276 ap. J.-C., Paris, 2004

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier