Ouvrir le menu principal
Un pied de pomate.

La « pomate » est un hybride somatique végétal obtenu par fusion de protoplastes entre la tomate et la pomme de terre, deux espèces du genre Solanum (famille des Solanaceae) dont les génomes incompatibles interdisent une hybridation sexuelle. Cet hybride a été créé pour la première fois en 1978 par le biologiste allemand Georg Melchers à l'institut Max Planck de biologie de Tübingen[1],[2].

Dans le processus de fusion, les protoplastes nus sont mis en contact et fusionnent, puis une nouvelle paroi cellulaire est induite. Les cytosols des deux cellules sont mélangés. La nouvelle cellule hybride hérite des propriétés génétiques des deux protoplastes[3].

Toutefois, l'hybride créé par Melchers s'est révélé instable génétiquement, et c'est Inca Lewen-Dörr, de l'institut Max Planck de recherche en sélection végétale de Cologne, qui réussit à créer en 1994 une « pomate » viable, c'est-à-dire une plante vigoureuse et produisant des fruits[4].

Une autre expérience d'hybridation somatique entre la pomme de terre et une tomate sauvage (Solanum pimpinellifolium), intéressante pour ses caractères de résistance à diverses maladies, a été réalisée en 1988 par M. Okomura, biologiste japonais de la société Kirin Brewery[5].

Notes et référencesModifier

  1. (en) H. S. Chawla, Introduction to plant biotechnology, Science Publishers, (ISBN 1578082285), p. 104.
  2. Cet hybride fut présenté à l'époque comme un exemple d'hybride intergénérique, cependant la tomate a depuis lors été reclassée dans le même genre que la pomme de terre.
  3. (en) K. R. Aneja, Experiments in microbiology, plant pathology and biotechnology, New Age International, (ISBN 812241494X), p. 488-489.
  4. (en) Reinhard Renneberg, Arnold L. Demain, Biotechnology for beginners, Elsevier, (ISBN 0123735815), p. 210.
  5. (en) Y. P. S. Bajaj, Somatic hybridization in crop improvement, Volume 1, Springer, coll. « Biotechnology in agriculture and forestry », (ISBN 354057445X), p. 210-219.