Plan pour une métropole d'Osaka

La Plan pour une Métropole d'Osaka (大阪都構想, Ōsaka-to kōsō?) ou Métropole d'Osaka est un plan visant à transformer la Préfecture d'Osaka, actuellement un fu, une préfecture urbaine, en métropole. Selon le plan initialement envisagé, les villes d'Osaka, de Sakai, et d'autres villes environnantes, dans la préfecture d'Osaka, auraient été  dissoutes et, de manière similaire aux districts urbains de Tokyo, subdivisées en arrondissements spéciaux, qui auraient un statut de municipalités, mais laisseraient certaines tâches communales et des recettes à l'administration de la préfecture. Comme la résistance politique augmentait, notamment l'opposition de la ville de Sakai, exprimée en 2013 par l'élection d'un maire hostile au projet, le projet a été réduit, au moins dans une première étape, pour abolir seulement la ville d'Osaka. Comme à Tokyo, la métropole aurait continué à inclure toutes les autres municipalités de la préfecture et aurait servi de gouvernement de la préfecture pour elles.

Un des projets de réorganisation de la Préfecture d'Osaka en 20 arrondissements spéciaux, tel que proposé par l'Association pour la Restauration en 2010. Les districts (1) à (8) couvrent le territoire actuel de la Ville d'Osaka, les districts (9) à (11) couvrent le territoire actuel de la Ville de Sakai, et les districts (12) à (20) correspondent à d'autres municipalités existantes dans la Préfecture d'Osaka.

Le plan a été défait par une mince marge de 0,76% lors du référendum sur le projet de Métropole d'Osaka, en 2015, organisé dans la ville d'Osaka.

Défendeurs du projetModifier

Le plan est l'un des principaux objectifs de l'Association pour la Restauration d'Osaka, un parti politique dirigé par Tōru Hashimoto. Le parti compte dans ses rangs au moment du referendum le gouverneur d'Osaka et le maire de la ville d'Osaka, et dispose d'une majorité à l’assemblée de la Préfecture d'Osaka et une pluralité de sièges dans les assemblées de la ville d'Osaka et de la ville de Sakai.

PropositionsModifier

 
Ce tableau explique le processus générique de la création d'une Métropole au Japon.

Selon le plan de l'Association, les 24 arrondissements d' Osaka, les sept arrondissements de Sakai, et neuf autres municipalités dans la Préfecture d'Osaka seraient réorganisés en vingt arrondissements spéciaux, chacun ayant le même statut municipal que les arrondissements spéciaux de Tokyo. Comme c'est le cas à Tokyo, le gouvernement de la préfecture serait responsable de la perception des impôts immobiliers et de l'impôt régional des sociétés au sein de cette zone, et il serait responsable de l'approvisionnement en eau, de la protection contre les incendies, de la circulation publique et d'autres services par une administration unifiée des 20 arrondissements, tandis que les services aux résidents et d'autres tâches administratives seraient traités par les arrondissements eux-mêmes.

En , sept partis de la Diète Nationale (PDJ, PLD, Komeito, PNP, LF, Minna no To, Kizuna) et le groupe parlementaire Kaikaku-Mushozoku no Kai de la Chambre des Représentants ont présenté conjointement une proposition de loi visant à créer le cadre juridique pour permettre à Ōsaka et Sakai de se diviser en arrondissements spéciaux; le changement de nom de la préfecture d'Osaka de Osaka-fu à Osaka-to n'est pas inclus, réservant la désignation to à la préfecture de Tokyo. La loi devrait également permettre à d'autres grandes villes et à leurs municipalités voisines de se réorganiser en arrondissements spéciaux et de transférer les tâches communales au gouvernement de la préfecture. Pour postuler à cette réorganisation, il faut une population de 2 millions d'habitants et l'accord de toutes les municipalités participantes (par vote de l'assemblée et par référendum)[1] et ainsi que l'accord de la préfecture impliquée. Sont ainsi concernées les villes de Sapporo, Saitama, Chiba, Yokohama et Kawasaki, Nagoya, Kyoto et Kobe[2],[3]; cela pourrait transformer Hokkaido, Saitama, Chiba, Kanagawa, Aichi, Kyoto ou Hyōgo en "métropoles" similaires à Tokyo. Le projet de loi a été adoptée par la Diète en [4].

 
Plan final utilisé lors du référendum.

Quatre plans d'arrondissements spéciaux de la Ville d'Osaka, tels que proposés par l'équipe du projet en 2012:        

RéférendumModifier

Second référendumModifier

Le , des représentants des partis Osaka Ishin no Kai, à la tête de la ville d'Osaka et de la Préfecture d'Osaka, et Komeito ont annoncé lors d'une conférence de presse qu'un nouveau référendum sera organisé à la fin de l’année 2020[5]. Le , Ichiro Matsui, maire d'Osaka, a annoncé que le référendum se tiendra le [6].

RéférencesModifier

Liens externesModifier