Ouvrir le menu principal
Pierre Méré
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre Méré en 1945
Nom de naissance Pierre Victor Méré
Naissance
Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 84 ans)
Arnay le Duc - Côte d'Or
Profession Réalisateur
Scénariste
Directeur de la photographie
Acteur
Films notables La nuit s'achève
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méré.

Pierre Méré (1912-1996), réalisateur, scénariste, dialoguiste, directeur de la photographie et acteur français.

BiographieModifier

Né le dans le 17e arrondissement de Paris[1], Pierre Méré est le fils du dramaturge, réalisateur et scénariste français Charles Méré. Après des études secondaires au lycée Rollin (devenu Jacques Decour après la guerre), il commence sa carrière cinématographique comme directeur de la photographie, puis assistant réalisateur dans les années 1930. Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale qu'il commence sa carrière comme réalisateur, scénariste, dialoguiste et acteur. Il met fin à sa carrière dans le cinéma en 1958, et entre dans le monde de la publicité, en particulier comme directeur de publicité à La Revue du son.

il a eu un fils Philippe, né en 1958.

Il prend sa retraite en 1981 et meurt le à Arnay-le-Duc (Côte-d'Or)[1].

La Seconde Guerre mondiale et la RésistanceModifier

Sergent de réserve au 5e régiment d'infanterie de ligne, il rejoint son corps le 27 août 1939. Lors de la Bataille de France, le régiment subit pendant trois jours – 9 au 11 juin 1940 – l'assaut de forces trois fois supérieures en nombre. Pierre Méré est fait prisonnier le 11 juin 1940 à Vieux-les-Asfeld (Ardennes) et fut emprisonné au Stalag XI B (Fallingbostel).

Il rejoint la résistance du camp, animée par Michel Cailliau, neveu du général de Gaulle. Rapatrié sanitaire le 3 mars 1943, il continue son action résistante au sein du Mouvement de résistance des prisonniers de guerre et déportés (MRPGD), qui deviendra le Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés (MNPGD), et est une première fois interné à la prison Montluc du 19 août 1943 au 1er octobre 1943, en compagnie de Pierre Le Moign, futur Compagnon de la Libération. Relâché faute de preuve formelle, il est à nouveau arrêté le 23 juin 1944 au domicile de son père Charles, rue La Bruyère dans le 9e arrondissement de Paris.

Classé NN (Nuit et brouillard - Nacht und Nebel), il est interné à Compiègne, monte le 25 août 1944 dans le dernier convoi à destination de Buchenwald, mais réussit à s'évader du convoi, franchit les lignes allemandes et rejoint Paris le 26 août 1944.

Il est membre du « Comité de Libération du Cinéma Français », en tant qu'assistant réalisateur. Il fonde et préside l'« Amicale des Prisonniers de guerre et Déportés Politiques du Cinéma » qui s'occupe de trouver des emplois et des subsides à ceux qui reviennent des camps.

Directeur de la photographieModifier

Assistant réalisateurModifier

ActeurModifier

ScénaristeModifier

RéalisateurModifier

DécorationsModifier

BibliographieModifier

  • Michel Cailliau, Histoire du M.R.P.G.D (Mouvement de Résistance des Prisonniers de Guerre et Déportés), Éd. Presses bretonnes, 1987
  • Jean Tulard, Dictionnaire du Cinéma - Les Réalisateurs, collection Bouquins, Éd Robert Laffont
  • Stéphane Roux, Dictionnaire des réalisateurs français, Éd. Dualpha.
  • Simon Simsi, Ciné- Passions -Le guide chiffre du cinéma en France, Éd. Dixit.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier