Ouvrir le menu principal

Pierre Aubry (musicologue)

archiviste-paléographe, musicologue et philologue
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Aubry.
Pierre Aubry
PierreAubry.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 36 ans)
GyőrVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Pierre Aubry, né le à Paris et mort le à Dieppe, est un musicologue français.

Il est considéré comme l'un des pionniers[1],[2] de la musicologie médiévale.

BiographieModifier

Pierre Aubry entra en 1894 à l'École nationale des chartes[2].

Intéressé par le chant grégorien, dès 1895 il fréquentait l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes. L'année suivante, il fut présenté à Dom Mocquereau, directeur de l'atelier Paléographie musicale de l'abbaye, par Jules Combarieu[2].

Devenu musicologue, il enseigna ce chant à l'Institut catholique de Paris ainsi qu'à l'École pratique des hautes études. Après avoir rencontré Charles Bordes, il l'enseigna également à la Schola Cantorum de Paris que ce dernier avait fondée[2].

D'ailleurs, Aubry assista Dom Mocquereau en tant que musicologue, en soutenant la Paléographie musicale. Notamment, cet ancien élève de l'École des Chartes contribua à améliorer plus scientifiquement les études de Dom Mocquereau[2].

Cependant, il mourut prématurément, à la suite d'un accident d'escrime[2].

BibliographieModifier

  • Les Proses d'Adam de Saint-Victor (1900).
  • Lais et descorts français du XIIIe siècle (1901).
  • Trouvères et troubadours (1909).

Notes et référencesModifier

  1. « Pierre Aubry », sur l'encyclopédie Larrousse (consulté le 23 mars 2011).
  2. a b c d e et f Dom Patrick Hala de l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes, Solesmes et les musiciens au tournant du 20e siècle, dans les Études grégoriennes, tome XXXVIII (2011) p.258 ; d'après Émile Dacier, "Pierre Aubry", Bibliothèque de l'École des chartes, 1910, vol.71, p.701-704 ainsi que Rémy Campos, "Philologie et sociologie de la musique au début du XXe siècle, Pierre Aubry et Jules Combarieu", dans la Revue d'histoire des sciences humaines, 2006, n°14, p.19-47

Articles connexesModifier

Liens externesModifier