Philippe Cospéan

prélat catholique français

Philippe Cospéan (ou Cospéau, Cospeau, Cospeaux[1]) est un prélat et prédicateur français d'origine belge, né à Mons le , et décédé au château de Loges, près de Lisieux, le .

Philippe Cospéan
Image illustrative de l’article Philippe Cospéan
Portrait de Philippe Cospéan en 1637.
Biographie
Naissance
Mons Flag of the Low Countries.svg Pays-Bas espagnols(Belgique)
Décès
Château des Loges, Hauterive (Orne)
Évêque de l'Église catholique
Consécration épiscopale
par Henri de Gondi
Évêque de Lisieux
Évêque de Nantes
Évêque d'Aire

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

BiographieModifier

Jeunesse et étudesModifier

Philipe Cospeau est né le à Mons. Ses parents appartenaient tous deux à la bonne bourgeoisie de la cité. Les biens familiaux furent confisqués et vendus à la suite du retour de la ville en main catholique en , son père Louis Cospeau ayant soutenu les rebelles protestants. Une amnistie générale en permit à la famille de reprendre sa place dans la société montoise. Après avoir fait ses humanités au collège de Houdain, Cospeau fréquenta l'université de Louvain, où il remporta le titre de maître des arts et enseigna la philosophie.

Carrière universitaire et ecclésiastiqueModifier

En , il profita de la paix de Vervins entre France et Espagne pour étudier la théologie à Paris. Pauvre, il se fait alors valet d'études de l'abbé d'Épernon, futur cardinal de La Valette, fils du duc d'Épernon, un des plus hauts personnages du royaume. Grâce à la protection du duc d'Épernon, il devient docteur en Sorbonne en , où il enseigna la philosophie et la théologie.

Après s'être fait naturalisé, il fut nommé évêque d'Aire-sur-l'Adour en , toujours grâce à l'appui d'Épernon. Il devient ensuite évêque de Nantes en , puis évêque de Lisieux de à sa mort.

À la cour de FranceModifier

Un évêque dit "de cour", Cospeau fut aumônier principal auprès de la reine Marguerite de Navarre, et devint un membre influent dans l'entourage d'Henri IV et de ses successeurs. Il assista spirituellement Anne d'Autriche lors de l'accouchement de Louis XIV, et était l'un des ecclésiastiques présents lors de la mort de Louis XIII. Richelieu, ayant été son élève, tenait Cospeau dans une certaine estime, mais se méfiait de sa franchise. Il fut membre du conseil de Conscience lors de la Régence, mais il ne plaisait pas à Mazarin, qui le croyait proche de la Cabale des Importants. Il s'arrangea pour faire rentrer Cospeau dans son diocèse malgré les réticences d'Anne d'Autriche, où il mourut le .

Cospeau est aussi connu pour ses positions ambiguës et sa modération lors de la dispute théologique entre jansénistes et anti-jansénistes. Il intervint sans succès auprès de Richelieu pour faire libérer Saint-Cyran à la suite de son arrestation, mais il n'accueillit pas bien la parution du livre d'Antoine Arnauld sur la Fréquente Communion.

La réputation de prédicateur de Philippe Cospéan tient principalement au fait que ce fut lui qui prononça l'éloge funèbre d'Henri IV à Notre-Dame de Paris lors des obsèques du roi. Il passe aussi pour avoir été l'une des sources d'inspiration de Bossuet.

ArmesModifier

Ses armes reprennent celle de la Maison de Haynin.

BibliographieModifier

  • René Le Mée, Le Prélat accompli, représenté en la personne d'illustrissime Philippe Cospéan, Saumur,
  • Charles-Louis Livet, Philippe Cospeau, nommé en France Philippe de Cospéan ; sa vie et ses œuvres, Paris, [2]
  • Émile Jacques, Philippe Cospeau, un ami-ennemi de Richelieu (1571-1646), Paris, Beauchesne,
  • Émile Jacques, Philippe Cospeau, Prélat accompli devant Port-Royal et le jansénisme, Paris,

Publications principalesModifier

  • Oraison funèbre prononcée dans la grande église de Paris aux obsèques de Henry le grand roy très chrestien de France et de Navarre, Paris, [3]
  • Remonstrance dv clergé de France, faicte au Roy le 18. iuillet. Assisté de messeigneurs les illustrissimes cardinaux de Sourdis & de Guise, et de messeigneurs les reuerendissimes archeuesques & euesques, & autres deputez de l'Assemblee generalle du clergé, [4]
  • Epistre apologétique de Révérend Père en Dieu Mre Philippes Cospéan,... au très-illustre cardinal Bentivole,... pour le Révérend Père de Bérule,
  • Rever. Domini Philippi Cospeani,... ad illustrissimum cardinalem Bentivolium,... pro R. P. Berullio Epistola apologetica, [5]

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier


|