Pausanias d'Orestide

Pausanias d'Orestide est l'un des sômatophylaques (gardes du corps) du roi de Macédoine Philippe II et son assassin en 336 av. J.-C.

Pausanias d'Orestis
Image dans Infobox.
Fonction
Sômatophylaques
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Vergina (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Condamné pour

L'assassinat de Philippe IIModifier

Au cours de l'été 336 av. J.-C., Philippe est assassiné par Pausanias dans le théâtre d'Aigai durant le mariage de sa fille Cléopâtre avec le roi d'Épire, Alexandre le Molosse, le frère d'Olympias. Pausanias garde en effet une rancune contre Philippe, ce dernier ayant ignoré sa requête de condamner les auteurs, dont Attale, du viol subi après qu'il eut traité son nouveau favori d'« hermaphrodite pervers ». Il est immédiatement capturé et tué notamment par Perdiccas[1].

Des historiens antiques estiment que le meurtre de Philippe est une machination impliquant Olympias[2], et peut-être son fils Alexandre. Une autre hypothèse nie l'implication d'Alexandre et met en cause Darius III, le nouveau roi de Perse. Plutarque mentionne une lettre virulente adressée par Alexandre à Darius, dans laquelle il blâme le roi Achéménide (et Bagoas, son grand vizir dont Darius III se débarrasse rapidement peu après), pour le meurtre de son père, soutenant que Darius s'est vanté auprès des différentes cités grecques de la façon dont il a fait assassiner Philippe. Après cet assassinat, Alexandre est proclamé roi de Macédoine.

Notes et référencesModifier

  1. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], XVI, 94, 4.
  2. Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée [détail des éditions] [lire en ligne], IX, 7, 12. Cependant le récit indiquant les célébrations ostentatoires d'Olympias envers l'assassin est considéré comme douteux.