Pauline von Metternich

Pauline de Metternich-Sándor
Pauline Sandor Princess Metternich.jpg
La Princesse de Metternich-Sándor. Portrait par Franz Xaver Winterhalter, 1860.
Titres de noblesse
Princesse von Metternich-Winneburg zu Beilstein Comtesse Sándor von Szlavnicza
Biographie
Naissance
Décès
(à 85 ans)
Vienne
Nom dans la langue maternelle
Pauline Clementine Maria Walburga Sándor von Szlavnicza
Nationalité
Autrichienne
Domicile
Palais Metternich-Sándor à Vienne
Activité
Famille
Père
Moric Sándor von Szlavnicza
Mère
Leontine Adelheid Maria Pauline von Metternich-Winneburg
Conjoint
Enfant
Sophie, princesse von Metternich-Winneburg (1857-1941)
Antoinette Pascaline, comtesse Metternich Sándor von Winneburg (1862-1890)
Clementine Marie, comtesse Metternich Sándor von Winneburg (†1870).
Coat of Arms of Princess Pauline von Metternich (Order of Queen Maria Luisa).svg
D'argent à trois coquilles de sable II et I

Pauline Clémentine Marie Walburge, comtesse Sándor von Szlavnicza puis princesse de Metternich-Winneburg zu Beilstein, née le 25 ou à Vienne et morte le 18 ou dans la même ville, est une aristocrate austro-hongroise connue pour son salon parisien pendant le Second Empire.

BiographieModifier

Elle est la fille de la princesse Léontine de Metternich-Sándor (1811-1861) et du comte Moric Sándor de Szlavnicza (1805-1878). Son grand-père maternel est le prince Klemens Wenzel von Metternich, chancelier d'État autrichien (1773-1859).

En 1856, elle épouse son oncle Richard Klemens von Metternich (1829-1895), émissaire autrichien à Dresde chargé de la représentation diplomatique auprès de la cour saxonne. Par ce mariage, l'ancien chancelier devient le beau-père de la princesse.

À partir de 1859, Richard représente l'Autriche en tant qu'ambassadeur en France, où son épouse tient un salon littéraire rapidement célèbre et dont le style typique sera imité par toute l'aristocratie européenne. En 1871, Richard est rappelé à Vienne où Pauline continue à rassembler autour d'elle un cercle d'hôtes triés sur le volet.

Elle parle aussi bien le français que l'allemand, sa langue maternelle. Elle est d'un naturel vif, joyeux et communicatif, toujours prête à s'engager pour le beau et pour l'esprit. Par son caractère spontané voire capricieux, et ses nombreuses initiatives, elle outrepasse son rôle d'aristocrate salonnière et introduit une touche de fraîcheur dans les milieux mondains.

Vie mondaineModifier

Engagement pour Richard WagnerModifier

Étant « ambassadrice » informelle et grande dame à Paris, Pauline entretient des relations amicales avec l'empereur Napoléon III autant qu'avec l'impératrice Eugénie qui l'apprécient beaucoup et lui confient même des secrets politiques. L'empereur, galant, aime faire la cour à la jeune et belle princesse, qui s'intéresse volontiers aux beaux arts et joue du piano à un niveau remarquable. C'est son intervention résolue qui pousse Napoléon à faire donner la première du Tannhäuser de Richard Wagner, dont elle est une fervente admiratrice, à l'opéra de Paris en 1861[1]. Cette décision soulève une forte opposition dans la haute société de Paris, surtout au Faubourg Saint-Germain traditionnellement ennemi des influences germaniques en France. Wagner déclare ainsi que « c'étaient au fait deux dames du monde qui l'avaient protégé chez leurs souverains et, par cela, généré son plus grand succès : la princesse Pauline chez Napoléon III, et la comtesse Schleinitz chez l'empereur Guillaume Ier d'Allemagne »[2].

Engagement philanthropiqueModifier

Bien qu'elle fût d'abord salonnière, Pauline s'engage également dans la philanthropie, par exemple dans l'entretien de la polyclinique générale à Vienne. De même, elle initie le corso fleuri dans le Prater. Ses efforts civiques lui valent la popularité auprès des Viennois, qui, en raison de son penchant pour le commérage, la surnomment ironiquement « Mauline Petternich » (soit « pipelette » par allusion au mot allemand Maul « gueule »).

Duel de damesModifier

En , elle se bat en duel à l'épée avec la comtesse Anastasia Kielmannsegg, épouse du gouverneur de l'archiduché de Basse-Autriche. La princesse est la présidente d'honneur de l'Exposition musicale et théâtrale de Vienne ; la comtesse est présidente de la commission des femmes de ladite exposition. S'étant invectivées pour une question de composition d'un parterre floral, elles se rencontrent entourées exclusivement de femmes, dont la baronne Lubinska, qui leur conseille, par précaution médicale, de se battre torse nu, afin que des tissus ne viennent pas infecter d'éventuelles blessures. La princesse est coupée au nez par son adversaire, mais la blesse plus fortement au bras, ce qui lui donne la victoire. Ce duel, dont l'ensemble des participantes était exclusivement des femmes, est appelé ultérieurement « duel d'émancipation »[3].

Cependant, il n’y a pas de sources primaires pour cette histoire, seulement des comptes rendus de journaux étrangers[4]. En outre, peu de temps après la publication des premiers comptes rendus, un journal français a publié un démenti de la princesse, dans lequel elle qualifie l’histoire d'« invention ridicule de journalistes italiens »[5].

 
Pauline von Metternich-Sándor (à gauche) en 1900, au corso fleuri de Vienne.

Pauline von Metternich dans la cultureModifier

Réputée pour son esprit capricieux et sa beauté rayonnante, elle inspire beaucoup d’artistes, tels Edgar Degas et Eugène Boudin, qui la portraiturent à plusieurs reprises.

DescendanceModifier

Au tournant du siècle qui vit l’assassinat de l’impératrice Elisabeth en 1898, elle est, à Vienne, la doyenne de la cour, et elle loge au Palais Metternich-Sándor dans le 3e arrondissement, aujourd'hui disparu. Avec Richard, Pauline de Metternich a trois filles dont la benjamine meurt à la naissance. Elle perd également sa cadette qui meurt à l'âge de 28 ans en 1890 :

  • Sophie, princesse de Metternich-Winneburg (1857-1941) épouse en 1878 François Albert d'Oettingen-Oettingen et d'Oettingen-Spielberg (1847-1916) d'où postérité,
  • Antoinette Pascaline, comtesse Metternich Sándor-von Winneburg (1862-1890),
  • Clementine Marie, comtesse Metternich Sándor-von Winneburg (*/† 1870).

Notes et référencesModifier

  1. Cf. Carl Friedrich Glasenapp, Das Leben Richard Wagners, Leipzig 41905, vol. 3, p. 250.
  2. Cf. Cosima Wagner, Die Tagebücher, Munich 1976 suiv., vol. 2, p. 347 (10 mai 1879). Traduit de l'original allemand.
  3. (en) Mikey Robins, Reprehensible, Simon and Schuster, , 368 p. (ISBN 978-1-76085-300-6, lire en ligne), p. 105
  4. Jenni (2015-05-13). Pauline Metternich : la princesse en duel | JenniWiltz.com ». Jenni Wiltz. Consulté le 2020-10-08.
  5. « Nouvelles et Echos ». Gil Blas. 1892-08-26. Consulté le 2019-12-11. Canard stupide et ridicule inventé par journaux italiens.

SourcesModifier

  • (de) Neue Deutsche Biographie, vol. 17, p. 233 article familial, 236*, 243 suiv.
  • (de) Article dans la Deutsche Biographische Enzyklopädie

Voir aussiModifier

MémoiresModifier

  • Éclairs du passé (1859-1870), Vienne,
  • (de) Erinnerungen, Vienne, , 155 p. (ISBN 3-8000-3263-5)
  • Souvenirs d'enfance et de jeunesse (Geschehenes, Gesehenes, Erlebtes), 1845 - 1863
  • My years in Paris, 1922

BibliographieModifier

  • Octave Aubry, L'Impératrice Eugénie, Paris,
  • Jules Gesztesi, Pauline Metternich. Ambassadrice aux Tuileries, Paris,
  • (de) Theophila Wassilko, Fürstin Pauline Metternich, Munich,
  • (de) Brigitte Hamann, Elisabeth. Kaiserin wider Willen, Vienne,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :