Ouvrir le menu principal

Paul Martin (peintre)

peintre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Martin (homonymie) et Martin.
Paul Martin
Paul Martin-Aquarelliste.jpg
Portrait de Paul Martin
Naissance
Décès
Nom de naissance
Pierre Balthazar Martin
Nationalité
Drapeau de la France France
Activité
Aquarelliste
Maître

Paul Martin, pseudonyme de Pierre Balthazar Martin, né à Digne-les-Bains le et mort dans la même ville le , est un aquarelliste français.

BiographieModifier

Baptisé Pierre Balthazar, il adopte lors de sa confirmation le prénom de Paulin, puis à partir de 1852 signe ses œuvres « Paul Martin ». À l'école il a pour professeur de dessin Honoré Camoin dont le fils Victorin Camoin lui donnera le goût de l'aquarelle. Il abandonne très vite le collège pour mener une vie vagabonde jouant de la musique dans les fêtes de village. Soucieux de son avenir son père lui procure à Marseille une place d'employé dans un magasin de nouveautés où il reste de 1848 à 1852. Il se marie en 1852 et aura un seul fils, le peintre Étienne Martin.

Grâce à un grand fabricant parisien de toiles à peindre et collectionneur avisé, il ouvre un magasin d'art et de bronzes dans la rue Saint-Ferréol à Marseille, ce qui lui permet d'entrer en contact avec le milieu artistique. Il présente dans ses vitrines des toiles de jeunes peintres : Constant Troyon, Narcisse Díaz de la Peña, Eugène Delacroix, Jean-Baptiste Camille Corot, Théodore Rousseau etc. Il se lie d'amitié avec Émile Loubon dont il devient l'élève après la mort en 1856 de son ami Victorin Camoin. Il sympathise également avec Adolphe Monticelli, Félix Ziem, Paul Guigou, Prosper Grésy et Marius Engalière.

Il ferme son magasin en 1865 pour se consacrer uniquement à l'aquarelle et s'installe rue Montaux, actuellement rue Edmond-Rostand à Marseille. Il devient également collectionneur et acquiert une réputation d'expert. Il partage son temps entre Marseille et Digne où il achète en 1873 la maison Saint-Martin. Il préside aux destinées du tout jeune musée de Digne dont son fils Étienne Martin sera le conservateur pendant quarante ans. Ami de Frédéric Mistral, il écrit en dialecte dignois quelques contes.

Œuvres picturalesModifier

On trouve ses aquarelles dans les musées suivants :

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean Chélini (dir.), Félix Reynaud (dir.) et Madeleine Villard (dir.), Dictionnaire des marseillais, Marseille, Académie de Marseille - Édisud, , 368 p., 24 × 17 cm (ISBN 2-7449-0254-3, OCLC 52159149, notice BnF no FRBNF37715787), p. 220.
  • Jean-Roger Soubiran et Nadine Gomz-Passamar, L'utopie d'une Provence éternelle : L'œuvre des Martin, Fage éditions, , 200 p., 20 cm x 25 cm (ISBN 978-2-84975-047-6, notice BnF no FRBNF40004765)
  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412, OCLC 920790818, notice BnF no FRBNF40961988), p. 308-309

Liens externesModifier